L’approche sage de Confucius face à Yan Hui

Par Vision Times
Le 13/05/2020
Yan Hui, le disciple préféré de Confucius, était intelligent, diligent dans ses études, et pouvait apprendre par analogie. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Yan Hui, le disciple préféré de Confucius, était intelligent, diligent dans ses études, et pouvait apprendre par analogie. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Yan Hui, également connu sous le nom de Yan Yuan, était un ancien philosophe chinois de l’État de Lu (521-481 av. J.-C.).

Il était le disciple préféré de Confucius, qui le situait à la première place parmi ses 72 disciples. Yan Hui était né dans une famille pauvre, mais il acceptait sa situation. Il était intelligent, diligent dans ses études et pouvait apprendre par analogie. En raison de son bon caractère, Confucius le louait souvent. Yan Hui mourut à l’âge de 40 ans et fut plus tard vénéré comme l’un des Quatre Sages.

Yan Hui eut un jour une discussion avec Confucius : « Je pense qu’une personne ne devrait pas avoir honte d’être pauvre. Il faut savoir se positionner, quel que soit notre milieu. Même si notre statut social n’est pas élevé, on ne doit pas se considérer comme quelqu’un d’inférieur et éprouver de la honte face aux aristocrates. On ne bâtit pas sa réputation sur des faux-semblants, mais plutôt en soutenant ses amis dans l’adversité tout au long de leur vie. Que pensez-vous de prendre ces normes comme des règles de conduite à appliquer dans la vie ? ».

 

Yan Hui eut une discussion avec Confucius sur les normes de conduite de la vie. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Yan Hui eut une discussion avec Confucius sur les normes de conduite de la vie. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Confucius lui répondit : « Ce serait une bonne chose. Si quelqu’un, même issu d’une famille modeste, peut se sentir heureux et n’avoir aucun sentiment d’infériorité face à un aristocrate, c’est tout ce qui importe. On pourra alors se comporter naturellement, avec humilité et bienséance, traiter tout le monde équitablement et sans faux-semblants, et gagner le respect des autres. En s’intégrant à des groupes sociaux, on se fait des amis, on partage des valeurs comme la loyauté, ce qui nous permet de nous soutenir dans l’adversité. En cultivant la parole et en agissant avec modestie, on peut uniformiser les choses. Si vous pouvez agir ainsi, vous n’aurez rien à envier aux anciens sages ». Confucius avait constaté que les actions de Yan Hui se conformaient vraiment à ses paroles. Il le félicitait souvent et lui faisait totalement confiance.

Une fois, Confucius se retrouva bloqué quelque part entre les états de Chen et de Tsai et il n’avait plus de nourriture. Il n’avait pas mangé depuis sept jours et était épuisé. Pendant la journée, il ne pouvait que s’allonger et se reposer. Surgi de nulle part, Yan Hui lui apporta du riz qu’il fit cuire.

Alors que le riz était presque prêt à être servi, Confucius vit Yan Hui en prendre un peu dans la marmite et le manger. Lorsque le riz fut prêt, Yan Hui invita poliment Confucius à se servir. Confucius, faisant comme s’il n’avait rien vu de ce qui venait de se passer, se leva et dit « Je viens de rêver des ancêtres. Ce riz semble si propre que je souhaiterait en faire offrande à nos ancêtres, j’en mangerai plus tard ». Dans la culture chinoise, on ne doit pas goûter à la nourriture offerte aux ancêtres, ce serait leur manquer de respect.

 

Confucius vit Yan Hui prendre du riz dans la marmite et le manger. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Confucius vit Yan Hui prendre du riz dans la marmite et le manger. (Image : pixabay CC0 1.0)
 

Yan Hui lui répondit en toute hâte : « S’il vous plaît, ne le faites pas. Un peu de cendre de charbon de bois est tombée dans la marmite et a taché le riz. Cela aurait été du gâchis si je l’avais jeté, alors je l’ai mangé ».

Confucius soupira et dit à ses disciples : « Nous devrions évidemment faire confiance à ce que nous voyons. Mais même ce que nos yeux voient réellement n’est pas nécessairement la vérité. Les gens font confiance à leur cœur, mais même le cœur n’est parfois pas fiable. Vous devez vous rappeler que comprendre véritablement une personne n’est jamais simple ! »

Cet incident aurait pu causer un malentendu entre Confucius et son élève préféré. Après cela, Confucius a compris le principe selon lequel « voir n’est pas nécessairement croire ». Même un sage s’est laissé aller à mal juger son disciple le plus fiable et à douter de lui, alors que dire des gens ordinaires. Heureusement, il a sagement compris la vérité et a finalement résolu le malentendu.

Nous ne devrions pas juger les choses en surface, en nous fiant uniquement à ce que nous voyons et nous créer des malentendus. Vivre dans l’amertume à cause d’un simple malentendu n’en vaut vraiment pas la peine !


Traduit par Camille Lane

Version en anglais : How Did Confucius Deal With Yan Hui When He Stole the Rice?