Press "Enter" to skip to content

Tradition. L’une des vingt-quatre périodes solaires chinoises : solstice d’hiver ou Dongzhi

CHINE ANCIENNE > Tradition

Le solstice d’hiver ou Dongzhi (littéralement l’arrivée de l’hiver) donne lieu à l’un des plus importants festivals chinois. Il tombe le 21ème ou 22ème jour du mois de décembre, lorsque le soleil atteint 270 degrés de l’écliptique, directement au-dessus du tropique du Capricorne. Il coïncide avec la fin de la récolte d’automne lorsque les grains sont mis dans les granges, et que tout est abondant.

Histoire du solstice d’hiver en Chine

L’histoire du solstice d’hiver en Chine remonte à la dynastie des Zhou d’il y a 3 000 ans. Le duc de Zhou mesurait les jours les plus longs et les plus courts à l’aide de l’ombre, connus aujourd’hui sous le nom de solstices d’hiver et d’été. Le duc de Zhou considérait le jour avec l’ombre la plus longue comme le début de la nouvelle année. Dans la Chine ancienne, on disait que le solstice d’hiver était aussi important que le Nouvel An, et on lui accordait une valeur considérable.

Au cours de la dynastie Han, le solstice d’hiver s’est transformé en un festival célébré à la fois par les autorités et le peuple. Dans le Livre de la dynastie des Han postérieurs, le chapitre consacré aux rituels décrit ainsi la scène de vie durant le solstice d’hiver sous la dynastie des Han orientaux : « Autour du solstice d’hiver, le gentilhomme se reposait en paix, et les fonctionnaires mettaient leur travail de côté afin de choisir un moment propice pour se remettre en question. » Il en ressort que le solstice d’hiver sous la dynastie Han était un jour férié.

Au cours de la dynastie des Han occidentaux, un nouveau calendrier, le calendrier Taichu, a été élaboré, modifiant ainsi la date de début du Nouvel An, et le solstice d’hiver est devenu le festival du onzième mois, le deuxième festival le plus important après le Nouvel An.

Ce jour-là, le gouvernement organisait une cérémonie de célébration connue sous le nom de « célébration de l’hiver ». Le palais et l’armée se reposaient, les frontières étaient fermées, les boutiques étaient closes, les familles et les amis s’offraient des produits gastronomiques et se rendaient visite, passant une fête paisible et joyeuse au calme.

Sous les dynasties Tang et Song, le solstice d’hiver était un jour pour vénérer les cieux et les ancêtres. L’empereur partait à la campagne accomplir une cérémonie pour vénérer les cieux, tandis que le peuple rendait hommage à leurs parents et ancêtres.

Coutumes du solstice d’hiver

Le jour du solstice d’hiver, des rituels étaient organisés dans de nombreuses régions afin de remercier les cieux et les ancêtres pour leurs bénédictions tout au long de l’année, permettant à la famille de profiter du beau temps et d’une vie en paix, et de prier pour que l’année à venir continue d’être aussi douce et joyeuse que l’année en cours.

Contrairement aux rituels organisés par les autorités, le peuple célèbre le solstice d’hiver à travers des activités saisonnières, comme la consommation de boulettes de riz gluant et des raviolis, afin d’exprimer leurs espoirs et leur gratitude pour la bonne fortune.

Dans le sud de la Chine, les boulettes de riz gluant sont consommées le jour du solstice d’hiver pour symboliser l’unité familiale, l’harmonie et le bonheur. Après la vénération des ancêtres, toute la famille se réunit pour manger des boulettes et accueillir la nouvelle année. La forme ronde des boulettes symbolise le soleil et la lumière du soleil au solstice d’hiver. Avec l’arrivée du solstice d’hiver, l’énergie yang se réveille.

Dans le nord de la Chine, il a toujours été de coutume de manger des raviolis le jour du solstice d’hiver, communément appelé « protéger les oreilles ». Selon une légende, Zhang Zhongjing, un célèbre médecin de la dynastie Han, a constaté que les oreilles de nombreux pauvres étaient gelées au 12ème mois lunaire. Il a donc mis de l’agneau à mijoter avec des herbes et les a hachés avant de les envelopper dans de la pâte pour faire des raviolis dont la forme ressemblait. Zhang Zhongjing a distribué des raviolis aux pauvres pour leur réchauffer les oreilles. Cela a été efficace, d’où la tradition de manger des raviolis au solstice d’hiver pour éviter les oreilles gelées.

Rédacteur Yi Ming

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.