Press "Enter" to skip to content

Tradition. Kong Rong offre des poires

CHINE ANCIENNE > Tradition

Les parents éduquent également leurs enfants à travers des petites histoires pour que les enfants aient une bonne moralité. (Image : Jill Wellington / Pixabay)

Kong Rong était un grand écrivain de la fin de la dynastie des Han occidentaux (206 av. J.-C. - 9 ap. J.-C.). Il y a deux histoires de lui concernant les « poires » qui circulent jusqu’à aujourd’hui. Les parents éduquent également leurs enfants à travers de petites histoires pour qu’ils aient une bonne moralité.

Kong Rong avait cinq frères aînés et un frère cadet. Un jour, il y avait des poires à la maison. Ces poires étaient disposées dans une assiette devant tout le monde. Le frère aîné de Kong Rong lui demanda de se servir en premier.

Devinez quel genre de poire choisit Kong Rong !

Il ne choisit pas les meilleures ni les plus grandes, mais seulement la plus petite. En voyant cela son Papa fut très heureux, il pensa : bien que cet enfant n’ait que quatre ans, il est vraiment sage. Il demanda à Kong Rong : « Il y a tellement de poires, on te demande de te servir en premier. Pourquoi n’as-tu pas choisi la plus grande mais seulement la plus petite ? »

Kong Rong répondit : « Je suis jeune, donc je devais prendre la plus petite et laisser les plus grandes à mes frères aînés. »

Son père lui demanda alors : « Tu as encore un petit frère, ton petit frère n’est-il pas plus jeune que toi ? »

Kong Rong déclara : « Je suis plus âgé que mon frère cadet, je suis son frère aîné, alors je devais laisser la grande pour mon frère cadet. »

La réponse de Kong Rong était très sage. Quand son père entendit cela, il rit de bon coeur : « Bon garçon, bon garçon, tu es vraiment un bon garçon. »

Kong Rong était un grand écrivain de la fin de la dynastie des Han occidentaux (206 av. J.-C. - 9 apr. J.-C. ). (Image : Li Zhi / Vision Times France)
Kong Rong était un grand écrivain de la fin de la dynastie des Han
occidentaux (206 av. J.-C. - 9 apr. J.-C. ). (Image : Li Zhi / Vision Times France)

À quatre ans Kong Rong avait choisi d’offrir des poires aux autres, laissant les plus grandes à ses frères aînés et à son frère cadet. Tout le monde le félicita.

Kong Rong distribue les poires

Une autre fois, l’oncle et la tante de Kong Rong amenèrent leurs six enfants en visite. Kong Rong en fut  extrêmement heureux, car Kong Rong n’avait jamais vu ses cousins jusqu’à ses 6 ans. Kong Rong salua un par un ses cinq cousins et sa cousine.

À cette occasion, sa mère lui demanda d’apporter une assiette de grosses poires savoureuses et douces. Kong Rong les compta, il n’y en avait que six. Kong Rong s’apprêta à distribuer les poires, mais son père l’arrêta : « Attends mon fils !, distribues des poires aux cousins, une par personne mais gardes-en une dans l’assiette ! » Les cousins se regardèrent, ils n’avaient aucune idée de comment cette distribution allait se faire. Ils pensèrent : en faisant comme ça, l’un de nous sera privé de poire !

Kong Rong regarda sa mère avec embarras, elle l’encouragea : « Mon enfant, si tu réfléchis bien, tu pourras certainement y arriver . »

Kong Rong réfléchit, il regarda l’assiette, puis les poires. Soudain, il se tapota joyeusement la tête et dit : « J’ai une idée. » 

Kong Rong prit l’assiette et tendit les 5 poires aux 5 cousins. Il ne restait alors qu’une seule poire dans l’assiette. La plus jeune des cousines regarda la poire dans l’assiette d’un air frustré, les larmes aux yeux.

Tout le monde pensait que la poire dans l’assiette était pour Kong Rong et que cette façon de faire n’était pas très juste. Mais Kong Rong regarda en souriant sa jeune cousine et lui tendit l’assiette avec la poire.

Le père s’exclama joyeusement : « Mon fils, tu as raison, c’est ainsi qu’il faut agir, peux-tu me dire pourquoi tu as fait ainsi ? »

Kong Rong déclara sincèrement : « Je voulais que les six frères et sœurs aient chacun leur poire. »

Tout le monde loua l’intelligence de Kong Rong.

Rédacteur Jessica Wang

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.