Press "Enter" to skip to content

Sagesse. Un pas en arrière permet de voir les choses autrement

CHINE ANCIENNE > Sagesse

 

 

Savez-vous quelle est la quintessence de la culture traditionnelle chinoise ? La bonne cuisine ? La belle calligraphie ? Les techniques de Kung Fu spectaculaires ? Oui vous avez raison. Mais derrière tout cela, il faut arriver à une parfaite maîtrise de soi. S’entraîner dur pour acquérir une bonne technique ? Bien sûr. Mais le plus fondamental, c’est de faire preuve de patience et de tolérance devant les désagréments pour avoir un coeur paisible. Tout comme ce qu’un proverbe chinois dit : « Un pas en arrière et la mer est vaste, le ciel immense » (退一步海阔天空, pinyin: tuì yí bù hǎi kuò tiān kōng). Quand on recule d’un pas, on voit souvent les choses autrement.

Han Xin : voir les choses autrement grâce à sa capacité de contrôle

L’un des exemples les plus remarquables dans l’histoire de la Chine est celui de Han Xin (韩信, 230 av. J.-C. - 196 av. J.-C. ), marquis de Huaiyin sous la dynastie Han de l’Ouest (西汉,206 av. J.-C. - 9 apr. J.-C.). Il est considéré comme l’un des trois héros qui ont contribué à la création de la dynastie Han.

Un tel héros, comment pouvait-il faire preuve d’une telle maîtrise de soi ? Très jeune, Han Xin faisait du Kung Fu et sortait souvent avec son épée sur le dos. Un jour, il rencontra un voyou qui essaya de le provoquer dans la rue : « Toi, tu as une épée, es-tu capable de me couper la tête ? » A ces mots, il tendit son cou à Han Xin. Face à cette provocation, au lieu de s’énerver, Han Xin resta calme et ne lui répondit pas. Le voyou se moqua alors de lui : « Puisque tu n’oses pas me couper la tête, passe entre mes jambes maintenant, ha ha ha ! » Han Xin recula d’un pas et observa le voyou, puis, sans aucune hésitation, il passa rapidement entre les jambes de ce dernier.

On se demande comment un grand héros peut être aussi lâche. Mais en réalité il ne s’agit pas de lâcheté, mais une plus grande capacité à se contrôler. C’est justement grâce à cette qualité rare que Han Xin a réussi, plus tard, à diriger de nombreuses opérations militaires à merveille, avec des soldats beaucoup moins habiles et moins nombreux que ses adversaires, engendrant ainsi de nombreuses légendes dans l’histoire militaire de la Chine.

Han Qi, sa tolérance et sa sérénité lui permettaient de voir les choses autrement

L’autre histoire concerne Han Qi (韩琦, 1008-1075), premier ministre qui a servi trois empereurs durant la période des Song du Nord ( 北宋 ; pinyin : běi sòng, 960-1127). Han Qi est connu pour sa tolérance envers autrui et sa sérénité lors de la prise de décisions importantes. Il était toujours « solide comme un roc » dans des cas extrêmes.

Un soir, devant écrire une lettre sous la tente militaire, il demanda à un soldat de lui tenir une bougie pour éclairer la pièce. Distrait, ce soldat brûla accidentellement les cheveux de Han Qi. Mais ce dernier éteignit simplement le feu avec ses manches et continua à rédiger son courrier. Lors qu’il tourna la tête un peu plus tard, le petit soldat avait été remplacé par un autre. Craignant que le petit soldat ne subisse une punition, il fit vite venir le responsable et lui expliqua : « Ne le remplacez pas, maintenant il a compris comment tenir la bougie. » Dès lors, les soldats admirèrent beaucoup sa grandeur d’âme.

Une autre fois, quelqu’un voulut lui offrir deux verres blancs en jade, Han Qi  insista pour rembourser cette personne avec de l’or. Il aimait beaucoup ces deux verres et les utilisait seulement pour les invités importants. Il les posa sur une table séparée et les protégea avec une nappe en soie. Un soir, lors d’un banquet, un serviteur bouscula la table intentionnellement, les deux verres en jade furent cassés. Pris de peur, le serviteur devint tout pâle. Mais au lieu de le punir, Han Qi le consola : « Toute chose se casse à un certain moment, c’est la vie. Je sais que vous n’avez pas fait exprès, ce n’est pas de votre faute. N’ayez pas peur. »

Etre capable d’endurer ce qui est difficile à endurer, faire preuve d’une maîtrise de soi exceptionnelle, telle est la caractéristique fondamentale de l’esprit chinois qui a brillé durant 5000 ans et qui perdure encore de nos jours.

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.