Press "Enter" to skip to content

Sagesse. Un soutien déguisé en trahison – Un conte sur l’amitié

CHINE ANCIENNE > Sagesse

Zhang San et Li Si étaient de bons amis. La famille de Li Si dirigeait une entreprise très prospère tandis que celle de Zhang San était moins chanceuse. Lorsque Zhang San décida de partir à l’étranger pour affaires afin d’améliorer leur situation, il confia sa famille à son bon ami. Li accepta volontiers de s’occuper d’elle pendant que Zhang partait chercher fortune, mais ce conte chinois sur l’amitié a aussi ses moments d’amertume.

Un mois seulement après le départ de Zhang, sa famille se retrouva à court d’argent, pouvant à peine se nourrir. La femme de Zhang envoya son fils à la maison de Li Si pour demander de l’aide. À leur grande surprise, Li Si semblait un homme différent. Non seulement il n’offrit pas l’aide promise, mais il ricana et dit : « Ce que j’ai promis à ton père n’était que du vent. Tu connais beaucoup de gens. Si vous dépendez tous de moi, même si j’avais une montagne d’or, elle serait épuisée avant longtemps. S’il vous plaît, trouvez une autre solution. »

A ces mots, le fils de Zhang, désespéré, le supplia à nouveau de l’aider. Cette fois, Li Si refusa encore plus fermement. Le garçon rentra tristement chez lui et raconta à sa mère ce qui s’était passé. La femme soupira et dit : « Je crains que l’on ne puisse pas compter sur l’amitié, aujourd’hui. » Toute la famille, inquiète, se regardait silencieusement, dans l’impuissance face à l’absence de leur maître.

Puis, à leur grande surprise, l’un des vieux serviteurs de Li vint les voir. La femme de Zhang San le réprimanda pour la promesse non tenue de son maître. Le serviteur acquiesça et ajouta : « En effet, Madame. Étant donné le manque de fiabilité d’une amitié, quel est l’intérêt de se faire des amis ? » Il suggéra ensuite : « Mais ne vous fâchez pas. J’ai entendu dire que votre famille est douée pour la broderie. Pourquoi n’utiliseriez-vous pas des aiguilles et du fil pour gagner votre vie ? N’est-ce pas mieux que de demander de l’aide ? »

Pensive, elle rétorqua : « Vous avez probablement raison. Mais je n’ai pas d’argent. Comment puis-je commencer avec rien en main ? »

Le vieux serviteur répondit : « Si c’est le cas, j’ai une bonne solution. Je gère les magasins pour mon maître et il a confiance en moi. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, je peux vous le fournir à partir des magasins, et vous pourrez les payer une fois le produit fini vendu. »

La femme de Zhang en fut très heureuse. Elle le remercia pour ses conseils et demanda au domestique de l’aider à emprunter du tissu et des outils tels que des aiguilles et du fil. Par la suite, elle incita les concubines, les filles et les belles-filles de son mari à se concentrer sur la broderie tous les jours, en travaillant du matin au soir. Chaque fois qu’elles terminaient un ouvrage, le serviteur le prenait, vraisemblablement pour le vendre, alors qu’en réalité, il l’apportait secrètement à son maître.

Li Si admirait la broderie exquise réalisée par la famille de Zhang San et il l'acheta à un prix élevé. La famille n’était plus dans le besoin, et finalement, elle put même faire des économies. S’ils étaient reconnaissants envers le vieux serviteur, ils en voulaient encore plus à Li Si. Il ne leur rendait jamais visite et ne demandait jamais de nouvelles de la famille depuis le départ de Zhang San.

Un soutien déguisé en trahison – Un conte sur l’amitié
« Donnez un poisson à un homme et il mangera pendant une journée. Apprenez à un homme à pêcher et vous le nourrirez toute sa vie ». Faire l’aumône est facile, aider quelqu’un à se débrouiller seul demande des efforts et de l’organisation. Celui qui est prêt à le faire est un véritable ami, comme nous le voyons dans ce conte d’amitié chinois. (Image : wikimedia / Giuseppe Castiglione / Domaine publique)

Pendant son absence, Zhang s’était trouvé un partenaire et avait lancé une entreprise. Trois ans après, il rentra chez lui les poches pleines. Quand il vit sa famille saine et sauve et bien nourrie, il fut très reconnaissant envers son vieil ami, Li Si, croyant qu’il avait aidé la famille pendant tout ce temps.

Cependant, après avoir parlé avec sa femme, celle-ci s’exclama, pleine de colère : « Ne te fais aucune illusion ! Si nous avions vraiment compté sur ton ami, nous ne serions peut-être plus en vie pour te voir aujourd’hui ! ». Elle raconta amèrement à son mari le comportement de Li Si, puis exprima sa gratitude pour la gentillesse du vieux serviteur. Elle raconta à son mari tout ce qui s’était passé après son départ. Zhang peinait à le croire et décida de retrouver son vieil ami.

Li Si était ravi de voir Zhang de retour et lui serra chaleureusement la main pour le saluer. Mais alors Zhang San, qui était plein de colère, s’écria : « Je vous ai confié ma famille à mon départ, et c’est une chance qu’ils ne soient pas morts de faim. Ce n’est pas grâce à vous qu’ils se portent bien aujourd’hui. »

Li Si sourit et répondit : « Vous vous méfiez de moi, n’est-ce pas ? Je peux le comprendre. En fait, mon vieux serviteur a arrangé pour votre famille, tout ce que j’avais parfaitement planifié. »

« Il y a trois ans, j’étais préoccupé par le fait que vos épouses et vos filles étaient dans une situation précaire. Comme vous étiez loin et que la famille était sans maître, si je les laissais mener une vie tranquille, elles risquaient de faire des bêtises dans l’oisiveté et le confort. Je les ai donc fait travailler dur en réalisant des travaux d’aiguille pour solidifier leur esprit et leur corps. Comme elles devenaient enthousiastes et sérieuses dans leur travail, j’ai donné un prix plus élevé pour leurs broderies afin qu’elles puissent gagner plus d’argent sans se fatiguer. »

« On ne peut pas dire que j’ai été déloyal en planifiant cela pour vous. Je n’avais aucun besoin de toutes ces pièces de broderie que j’ai collectées. » Puis, Li fit sortir par ses serviteurs une boîte pleine des broderies qu’il avait achetées au fil des ans. Elles étaient toutes en parfait état, sans avoir été utilisées.

Il dit à Zhang : « Je ne pense pas qu’il me soit utile de les garder. Je vous en prie, ramenez-les chez vous. Elles pourront être mon cadeau de mariage lorsque vos filles se marieront un jour. »

Zhang comprenait maintenant la gentillesse de Li et sa véritable amitié. Il pleura, prit dans ses bras son ami et le remercia sincèrement. De retour chez lui, il expliqua à sa femme et à ses enfants ce qui s’était réellement passé. Quand ils comprirent enfin toute la vérité, ils lui furent reconnaissants du fond du cœur pour ce profond soutien dissimulé.

Rédacteur Swanne Vi

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.