Press "Enter" to skip to content

Histoire. L’histoire de l’empereur Taizong de la dynastie Tang et du moine chinois Xuanzang 

CHINE ANCIENNE > Histoire

Le voyage du moine Xuanzang (600 ou 602 – 664) de la dynastie Tang (618 à 907) et de ses disciples vers l’Occident est bien connu de tous. Dans le roman mythologique mondialement connu La Pérégrination vers l’Ouest, Xuanzang et ses trois disciples traversent de grandes épreuves, vainquent les démons et retournent à l’empire Tang avec les écritures bouddhistes en sanskrit. Dans la réalité, le voyage du moine Xuanzang en Inde est également célèbre en Chine et à l’étranger. Il était tenu en haute estime par Li Shimin (v. 600 - 10 juillet 649), l’empereur Taizong de la même époque . Cette histoire a bien illustré la diffusion du bouddhisme dans l’Empire du Milieu sous la dynastie Tang.

Le voyage vers l’Ouest du moine Xuanzang

La troisième année du règne de l’empereur Taizong (629 ap. J.-C.), le moine Xuanzang partit de Chang’an, capitale de l’empire Tang (aujourd’hui Xi’an), et parcourut 25 000 km en trois ans pour atteindre Tianzhu (l’Inde actuelle). Il y vécut plus de dix ans à étudier le bouddhisme et à chercher la voie. Le 24ème jour du premier mois de la 19ème année du règne de l’empereur Taizong (645 ap. J.-C.), le moine Xuanzang est revenu à Chang’an avec 657 textes bouddhiques, un exploit qui a ébranlé tout le pays.

L’empereur Taizong a été si impressionné par la persévérance de Xuanzang à tenir sa promesse qu’il lui a ordonné d’ouvrir un bureau de traduction au temple Hongfu de Chang’an, spécialisé dans la traduction des soutras sanskrits, et lui a demandé d’enregistrer ses voyages en Occident. En 646 ap. J.-C., Xuanzang a achevé son célèbre ouvrage, Le Rapport du voyage en Occident à l’époque des Grands Tang, avec l’aide de son disciple Bianji. Dix-neuf ans après son retour en Chine, Xuanzang avait traduit 1 335 volumes de soutras et de commentaires, soit un total de plus de 1,3 million de mots, contribuant ainsi de manière significative à la diffusion du bouddhisme en Orient.

La Préface aux enseignements sacrés du Tripitaka à l’époque des Grands Tang écrit par l’empereur Taizong

Au cours de sa traduction des soutras, Xuanzang a un jour soumis une lettre demandant à l’empereur d’écrire une préface aux soutras qu’il traduisait. L’empereur Taizong a accepté sans hésiter et a écrit La Préface aux enseignements sacrés du Tripitaka à l’époque des Grands Tang en signe de reconnaissance. Xuanzang en était si heureux qu’il a soumis une autre lettre pour remercier l’empereur de sa gentillesse.

La Préface aux enseignements sacrés du Tripitaka à l’époque des Grands Tang comprend 1 904 caractères, dont une préface de l’empereur Taizong, une note de l’empereur Gaozong, fils et successeur de Taizong, et un soutra traduit par Xuanzang lui-même.

Plus tard, le moine Huai Ren du Temple Hongfu a trouvé les caractères correspondants dans la calligraphie de Wang Xizhi et les a utilisés pour graver cette préface dans une inscription, qui existe maintenant dans la forêt de stèles de Xi’an.

Cette préface, dont le contenu est très littéraire et assez profond, écrite par Taizong, exprime dans un langage condensé et poétique son illumination et son respect pour les enseignements du Bouddha, ainsi que son éloge de Xuanzang.

L’histoire de l’empereur Taizong de la dynastie Tang et du moine chinois Xuanzang
Le moine Tang Huairen a été chargé par Taizong de compiler les caractères de Wang Xizhi et de les utiliser pour inscrire la préface sur une stèle en 672. Dans l’image, il s’agit d’une œuvre réalisée par des artistes ultérieurs, délibérément écrite sur du papier de couleur différente et assemblée sous forme de rouleau à main pour faire ressortir les caractères compilés. (Image : Musée National du Palais de Taïwan / @CC BY 4.0) 

La préface décrit les qualités de Xuanzang : « Il y avait le Moine Xuanzang, le chef de l’école du Dharma. Jeune homme, il était dévoué et intelligent, et dès son plus jeune âge, il a compris la signification des Trois Vides. Le vent des pins, l’eau et la lune ne suffisent pas à se comparer à sa clarté, la rosée et les perles des immortels ne suffisent pas à égaler sa pureté. Ainsi, sa sagesse est libre de toute attache, son esprit est détectable dans l’informe, et il se distingue au-delà des six poussières, sans rival depuis l’antiquité. Il était tellement concentré sur le royaume intérieur qu’il se lamentait de l’incomplétude de la droiture du Dharma, il s’inquiétait de l’inexactitude des soutras. Il souhaitait analyser le raisonnement du livre, pour élargir les connaissances des précédents, rectifier les erreurs pour faire perdurer la vérité, afin d’éclairer les futurs disciples. C’est pourquoi il a jeté son dévolu sur la Terre Pure et il a voyagé en Occident. »

L’empereur Taizong a également décrit les difficultés que Xuanzang a dû endurer lors de son voyage vers l’Ouest : « Parti pour une expédition dangereuse, il est seul dans son voyage. La neige s’envole le matin et le sol est invisible, le sable s’élève le soir et le ciel se cache au-delà. Dix mille kilomètres de montagnes et de rivières, son ombre avance dans la fumée et la brume, cent fois le froid et la chaleur, sa silhouette poursuit le chemin en dépit du gel et de la pluie. La sincérité est la chose la plus importante, et le labeur n’a que peu d’importance. J’ai parcouru les pays du monde à la recherche de la bonne religion. Il a parcouru huit rivières et deux forêts dans le vent. Au Sarnath ou à la Montagne Gṛdhrakūṭa, il a vu la merveille et le mystère, il a reçu les plus hautes paroles des sages et les vrais enseignements des sages. »

L’explication de l’empereur Taizong sur les enseignements du Bouddha est encore plus subtile : « Dans le grand schéma des choses, la Voie du Bouddha imprègne l’univers, dans le plus petit détail, elle est incarnée dans chaque trace. La voie du Bouddha est immortelle et a traversé des milliers d’années sans se dégrader. Parfois caché, parfois révélé, il transmet d’innombrables bénédictions qui se poursuivent jusqu’à ce jour. La loi bouddhiste est si subtile et profonde qu’on peut la suivre sans en connaître les limites. Les enseignements du Bouddha sont profonds et exempts d’inquiétudes, et l’on veut les explorer mais on ne peut pas retracer leur origine. »

L’empereur Taizong a comparé les enseignements du Bouddha à des « nuages de miséricorde » et les a loués pour avoir donné naissance à une « pluie de dharma » nourrissante qui faisait que « les péchés des êtres retournaient aux bénédictions ». Il a également écrit : « Ainsi, j’ai appris que les mauvaises actions mèneront à la souffrance avec le karma, tandis que les bonnes actions mèneront au paradis avec la grâce de Bouddha. La raison de cette montée et de cette descente ne réside que dans le comportement des individus. »

Si le moine Xuanzang a contribué à la merveille de la Chine ancienne, l’ouverture d’esprit de l’empereur Taizong des Tang aux croyances religieuses et sa profonde compréhension de la Voie du Bouddha est non moins étonnante. Conscient du cycle de cause à effet, cet empereur chinois unique encouragea son peuple à faire le bien et éviter le mal, ayant établi la dynastie Tang toute puissante et prospère, devenant un modèle pour les générations futures.

La reproduction de cette histoire sur la scène par Shen Yun Performing Arts

The Buddha's Teachings Spread Far and Wide (Production 2010 de la compagnie Shen Yun Performing Arts) est une interprétation artistique de cette histoire.

Par une belle journée ensoleillée, le moine Tang, le roi singe Sun Wukong, l’homme cochon Bajie et l’ogre Sha Heshang sont enfin arrivés devant la porte de Chang’an, la capitale des Tang, après un si long voyage. À l’intérieur de la ville, un grand nombre d’officiels et de personnes battaient des tambours et dansaient dans les rues pour accueillir la loi du Bouddha avec respect. L’empereur Taizong des Tang lui-même est sorti de son palais pour saluer Xuanzang, débordant d’éloges et de sympathie. Les soutras ont été distribués à tout le monde par le moine et ses disciples. Le soutra dans leurs mains, de l’empereur jusqu’au peuple, la capitale était remplie de solennité et de joie.

Cette pièce met en lumière la vénération du Bouddha par toute la société sous la dynastie Tang. La dynastie Tang était une société ouverte et tolérante, l’une des rares dans l’histoire de la Chine, où le confucianisme, le bouddhisme et le taoïsme étaient tous en plein essor. La diffusion de la loi juste a joué un rôle important dans le maintien de la moralité, la promotion de la prospérité et de la stabilité nationale. Il est touchant de voir qu’un chapitre aussi splendide de l’histoire a été ramené à la vie sur scène.

Rédacteur Yi Ming

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.