Tibet : le Parti communiste détruit les drapeaux de prière

Par Vision Times
Le 21/07/2020
Pékin retire les drapeaux de prière du Tibet. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
Pékin retire les drapeaux de prière du Tibet. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
 

Les drapeaux de prière sont une des caractéristiques propres à la culture tibétaine. On peut les voir presque partout au Tibet - sur les toits des maisons, dans les montagnes, les lieux saints, les monastères, etc. Ces drapeaux de prière sont censés éloigner le mal et font partie du bouddhisme tibétain. Il n’est donc pas étonnant que le PCC (Parti communiste chinois) s’efforce aujourd’hui de retirer tous ces drapeaux afin de pouvoir atteindre son objectif ultime, à savoir l’éradication de la culture bouddhiste tibétaine.

Détruire les drapeaux tibétains

Pékin décrit le programme visant à détruire les drapeaux de prière, comme une « réforme comportementale ». Le programme aurait débuté en mars de cette année. Environ 5 900 moines de 66 monastères ont dû participer à cette action. Des représentants du gouvernement ont convoqué la population locale et ont ordonné de retirer les drapeaux et de « nettoyer » l’environnement. Les opérations ont été menées par la police locale. En plus des drapeaux de prière, les poteaux sur lesquels ils étaient accrochés sont aussi enlevés.

« C’est un acte de mépris, de mépris total pour les coutumes et la foi des Tibétains locaux... Les autorités chinoises ont toujours juré d’éliminer tout comportement tibétain qui, selon elles, nuirait à la productivité des gens et affecterait négativement leurs moyens de subsistance... Ainsi, les autorités ont maintenant entrepris d’éradiquer cette tradition tibétaine d’accrocher des drapeaux de prière, en demandant aux fonctionnaires locaux, aux chefs des monastères et aux autorités compétentes au niveau des districts et des townships d’exécuter l’ordre », a déclaré une source à Radio Free Asia.

Plus de 6 000 documents d’information publique véhiculant la propagande du Parti communiste ont été distribués à Golog, la préfecture autonome tibétaine. Cette région a connu la plus grande vague de destruction de drapeaux à ce jour. Pékin va bientôt étendre le projet à tous les endroits du Tibet, garantissant qu’aucun drapeau de prière ne puisse être aperçu dans la région d’ici quelques années. Au cours des derniers mois, Le régime chinois a également commencé à intensifier les restrictions et la surveillance au Tibet. Les Tibétains exilés ont rapporté que certains de leurs contacts au Tibet ne pouvaient pas leur parler en raison de la répression accrue de la liberté de communication.

 

La Chine veut choisir le prochain Dalaï Lama. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
La Chine veut choisir le prochain Dalaï Lama. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
 

Selon le Tibetan Centre for Human Rights and Democracy, basé à Dharamshala, en Inde, les forces de police chinoises ont intensifié cette année la surveillance des villages et des monastères tibétains afin d’identifier et d’éradiquer toute opposition à l’occupation chinoise dans la région. Les protestations politiques ont été réprimées grâce à une surveillance numérique et à la reconnaissance faciale.

À plusieurs reprises, les responsables chinois ont fait savoir qu’à la mort de l’actuel Dalaï Lama, ils nommeront un nouveau dirigeant qui s’alignera sur l’idéologie communiste. Les États-Unis ont critiqué cette décision, adoptant en janvier, à une écrasante majorité, la Tibetan Policy and Support Act. Cette loi reconnaîtra au Dalaï Lama et à la communauté bouddhiste tibétaine le droit exclusif de décider qui sera le futur dirigeant.

Les drapeaux tibétains

Selon la tradition bouddhiste tibétaine, le premier drapeau de prière a été utilisé par Siddharta Gautama, le Bouddha lui-même. La couleur du drapeau est liée aux éléments qu’il représente. La couleur bleue représente le ciel, le jaune la terre, le vert l’eau, le rouge le feu et le blanc l’air. Ensemble, ces cinq couleurs symbolisent l’équilibre. Il existe une idée fausse selon laquelle les drapeaux délivrent des mantras aux dieux. En réalité, les mantras sur les drapeaux sont censés répandre la spiritualité et l’énergie positive.

 

Les drapeaux de prière flottent dans le vent. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
Les drapeaux de prière flottent dans le vent. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
 

Les drapeaux de prières tibétains doivent être hissés aussi haut que possible pour qu’ils flottent au vent. La croyance veut que si les drapeaux restent immobiles, les vibrations spirituelles ne se répandront pas. Mettre les drapeaux de prières par terre est considéré comme un manque de respect. Si la couleur d’un drapeau s’estompe, cela est considéré comme un bon présage car cela symbolise le fait que les prières ont été emportées par la brise.


Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Communists Tearing Down Tibetan Prayer Flags