Le PDG de Parler s’en prend à Big Tech pour la censure de contenu

Par Vision Times
Le 05/12/2020
Parler se présente comme une plateforme de médias sociaux pour la liberté d’expression. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Parler se présente comme une plateforme de médias sociaux pour la liberté d’expression. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

John Matze, le PDG de la plate-forme de médias sociaux Parler, a récemment critiqué les Big Tech comme Twitter et Facebook, en affirmant que les activités de censure de ces plates-formes avaient fortement augmenté ces derniers temps. Parler a été lancé en 2018 et a connu un regain de popularité suite au déplacement de nombreuses voix conservatrices vers la plate-forme.

La nouvelle plateforme

Parler se présente comme une plate-forme de médias sociaux pour la liberté d’expression, assurant que c’est la solution aux problèmes auxquels les gens sont confrontés en raison de l’influence de la politique Big Tech par divers groupes d’intérêts. Contrairement aux plates-formes telles que Facebook ou Twitter, Parler ne modifie pas l’emploi du temps des gens. Au lieu de cela, les utilisateurs de Parler choisissent le contenu qu’ils souhaitent voir et ils obtiennent finalement le contenu qu’ils ont sélectionné. À l’heure actuelle, on estime que Parler compte plus de 10 millions d’utilisateurs.

« Les gens affluent toujours et je pense que ce sera une grande tendance qui ne cessera de se poursuivre au cours des prochaines années parce que les gens ne font plus confiance à ces grands oligarques de la technologie… Ils sont grands et méchants, ils profitent des données des gens et ils font taire la voix des gens. Ils vont vraiment trop loin à un point qui fait peur, et les gens le réalisent vraiment. Ils se réveillent et disent : nous devons faire quelque chose à ce sujet », a déclaré John Matze au Washington Examiner.

 

John Matze, PDG de la plateforme de médias sociaux Parler. (Image : Capture d’écran / YouTube)
John Matze, PDG de la plateforme de médias sociaux Parler. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Des plateformes comme Facebook et Twitter ont censuré le contenu sous le couvert de la « vérification des faits », le président Trump étant la victime la plus célèbre de cette tactique. Parler ne procède à aucune vérification des faits. En outre, Parler permet également aux utilisateurs de filtrer et de bloquer des mots-clés spécifiques qui les empêcheront d’être exposés à du contenu qu’ils ne souhaitent pas voir. Cela a déclenché des critiques qui estiment que la plate-forme finira par encourager les utilisateurs à rester isolés des opinions et des points de vue contraires aux leurs, empêchant ainsi les critiques et les débats constructifs.

Certaines voix conservatrices célèbres sont passées à Parler, y compris des législateurs comme Ted Cruz et Devin Nunes. En fait, tous deux ont incité leurs abonnés Twitter à s’inscrire à Parler. Ted Cruz a fait la promotion de Parler en tant que plateforme de liberté d’expression et a demandé aux gens de mettre fin à la censure de la Silicon Valley. Jason Miller, l’un des conseillers principaux de Trump, a également tweeté sur le passage de Twitter à Parler. Même si Trump lui-même ne s’est pas encore inscrit sur Parler, ses fils Eric Trump et Donald Trump Jr. sont tous deux membres de la plateforme.

Chapitre 230

Les actions de censure de plates-formes comme Twitter et Facebook ont soulevé la demande de modification de l’article 230 du Communications Decency Act (CDA) qui protège les entreprises technologiques des poursuites en responsabilité. Selon la section 230, les réseaux tels que Facebook et Twitter peuvent publier du contenu de tiers sans être tenus responsables du contenu fourni.

 

Les actions de censure de plates-formes comme Twitter et Facebook ont augmenté le nombre des requêtes de modification de l’article 230 de la loi sur la décence des communications (Image : pixabay / CC0 1.0)
Les actions de censure de plates-formes comme Twitter et Facebook ont augmenté le nombre des requêtes de modification de l’article 230 de la loi sur la décence des communications (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

En supprimant la protection de l’article 230, les entreprises de médias sociaux peuvent être poursuivies pour le contenu qu’elles publient en ligne. En tant que telle, si l’entreprise censure la publication d’un utilisateur en la déclarant fausse par « vérification des faits », il peut être tenu pour responsable de valider son allégation de mensonge, faute de quoi il peut être puni.

John Matze estime que l’article 230 est en fait une bonne loi puisque les plateformes de médias sociaux ne doivent pas être considérées comme responsables des déclarations des utilisateurs. Cependant, il a souligné que le problème actuel est que les plateformes comme Twitter et Facebook n’agissent pas de bonne foi conformément à l’article 230.


Traduit par Nello Tinazzo

Version en anglais : Parler CEO Lashes Out at Big Tech for Censoring Content