La Chine et les États-Unis créent le futur ordre mondial

Par Vision Times
Le 08/03/2020
L’ordre mondial serait peut-être sur le point d’être rompu certaines nations, embrassant les États-Unis et les idéaux de démocratie et de liberté, tandis que d’autres soutiennent la forme autoritaire de gouvernement de la Chine. (Image : Capture d’écran / YouTube)
À mesure que l’influence de la Chine s’accroît, d’autres nations pourraient choisir de suivre sa politique de «capitalisme d’État», en soutenant les entreprises par des subventions gouvernementales. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Après la Seconde Guerre mondiale, l’Amérique, en coopération avec les nations occidentales, a dirigé la création de l’ordre mondial actuel. Cet ordre, marqué par les idéaux de la démocratie et de la liberté d’expression, a été la source de la paix mondiale et d’une croissance économique stable au cours des dernières décennies. Toutefois, un pays a évité de faire partie de cet ordre et a choisi de mettre en place un gouvernement autoritaire qui gouverne par la peur et écrase la dissidence : La Chine.

L’ordre mondial États-Unis-Chine

Les États-Unis et la Chine ont des systèmes de marché opposés. Les États-Unis pratiquent un système de marché libre dans lequel les entreprises, nationales ou étrangères, sont libres de se concurrencer sans obtenir de traitement préférentiel de l’État. Cela favorise la concurrence et rend les entreprises responsables devant la population. En revanche, la Chine pratique une forme de capitalisme d’État.

«Le système capitaliste d’État chinois fausse les rouages traditionnels d’une économie de marché en s’appuyant fortement sur les entreprises d’État et les champions nationaux soutenus par l’État, pour assurer la stabilité économique - et donc politique. Il dépend des subventions de l’État qui permettent aux responsables politiques de diriger d’énormes quantités de capitaux et d’autres ressources comme ils le souhaitent. Le gouvernement choisit des gagnants et des perdants», selon le Time.

À mesure que l’influence de la Chine s’accroît, d’autres nations pourraient également choisir de suivre ses politiques capitalistes d’État. Cela signifierait que les entreprises américaines devraient faire face à la concurrence des entreprises situées dans d’autres pays, qui sont soutenues par les gouvernements de leurs États par le biais de subventions, de crédits bon marché, etc. Les États se battront entre eux pour que leurs entreprises restent rentables et créeront des barrières visant à éviter la perte d’emplois locaux.

 

À mesure que l’influence de la Chine s’accroît, d’autres nations pourraient choisir de suivre sa politique de «capitalisme d’État », en soutenant les entreprises par des subventions gouvernementales. (Image : Capture d’écran / YouTube)
À mesure que l’influence de la Chine s’accroît, d’autres nations pourraient choisir de suivre sa politique de «capitalisme d’État», en soutenant les entreprises par des subventions gouvernementales. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

L’Internet se divise également en deux. Auparavant, il y avait moins de règles imposées aux gens lorsqu’il s’agissait d’accéder à l’Internet. Aujourd’hui, la population chinoise est confrontée à une tonne de restrictions à cet égard, une politique qui sera certainement adoptée par d’autres nations aux tendances aussi autoritaires. Et tout comme pour les autres entreprises, l’écosystème Internet des États-Unis sera dirigé par des sociétés privées tandis que celui de la Chine sera dominé par des sociétés d’État.

Les données recueillies par les entreprises chinoises leur permettront d’affiner leurs systèmes d’IA (Intelligence Artificielle). En revanche, les entreprises privées américaines pourraient être confrontées à des goulots d’étranglement dans l’utilisation des données des clients en raison des règles de confidentialité. L’administration Trump envisagerait un nouvel ensemble de politiques visant à permettre des partenariats public-privé entre l’État et les entreprises technologiques privées afin d’affronter la Chine.

L’économie mondiale

Actuellement, les États-Unis sont la première puissance économique mondiale en termes de produit intérieur brut basé sur la parité des pouvoirs d’achat (PIB en PPA), la Chine arrivant en deuxième position. Selon un rapport du réseau de services professionnels PricewaterhouseCoopers (PwC), ce ne sera plus le cas d’ici 2050.

«La taille de l’économie mondiale pourrait plus que doubler d’ici 2050, dépassant de loin la croissance démographique, en raison de l’amélioration continue de la productivité due aux technologies... Les marchés émergents (E7) pourraient croître environ deux fois plus vite que les économies avancées (G7) en moyenne... Six des sept plus grandes économies du monde devraient être des économies émergentes en 2050, avec en tête la Chine (1ère), l’Inde (2ème) et l’Indonésie (4ème)... Les États-Unis pourraient se retrouver à la troisième place du classement mondial du PIB», selon PwC.

 

D’ici 2050, les États-Unis ne pourront plus  prétendre au rang de «première puissance économique mondiale». (Photo : sungmu heo / Pexels)
D’ici 2050, les États-Unis ne pourront plus  prétendre au rang de «première puissance économique mondiale». (Photo : sungmu heo / Pexels)
 

Selon un rapport de KPMG, les économies de la Chine et de l’Inde vont toutes deux dépasser celles des États-Unis au cours des dix prochaines années. D’ici 2030, le PIB de la Chine en PPA devrait s’élever à 64,2 billions de dollars US, l’Inde arrivant en deuxième position avec une économie de 46,3 billions de dollars US. L’économie américaine devrait atteindre 31 000 milliards de dollars, ce qui la placerait en troisième position. Les calculs ne tiennent pas compte des fluctuations monétaires.


Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : China and the US Are Creating the Future Global Order