Chine : des logiciels espions pour surveiller les ouïghours

Par Vision Times
Le 21/07/2020
Un nouveau rapport de Lookout Threat Intelligence a révélé que la Chine utilisait des logiciels malveillants pour surveiller la communauté ouïghoure. (Image : Capture d’écran /  YouTube)Un nouveau rapport de Lookout Threat Intelligence a révélé que la Chine utilisait des logiciels malveillants pour surveiller la communauté ouïghoure. (Image : Capture d’écran /  YouTube)
Un nouveau rapport de Lookout Threat Intelligence a révélé que la Chine utilisait des logiciels malveillants pour surveiller la communauté ouïghoure. (Image : Capture d’écran / YouTube)

Un nouveau rapport de Lookout Threat Intelligence a révélé que la Chine utilisait des logiciels malveillants pour suivre le peuple ouïghour. Cette activité de surveillance a été observée dès 2013. Quatre outils Android sont utilisés dans cette campagne de piratage : SilkBean, CarbonSteal, DoubleAgent et GoldenEagle.

Détruire le peuple Ouïghour

L’objectif principal du malware est de collecter des données personnelles à partir d’appareils infectés. Les logiciels malveillants mentionnés dans le rapport sont des applications légitimes « trojanisées », ce qui signifie qu’elles conservent l’apparence extérieure d’une application utile tout en effectuant secrètement des opérations de surveillance. Parmi ces applications, on trouve par exemple « Tawarim » (site de commerce électronique ouïghour), « Sarkuy » (service musical ouïghour) et « TibbiyJawahar » (application pharmaceutique ouïghour).

Les applications malveillantes de SilkBean, se concentrent sur les claviers, les plugins et les alphabets ouïghours. Le malware DoubleAgent visait initialement les Tibétains, mais il s’est peu à peu étendu aux Ouïghours. CarbonSteal a la capacité de prendre le contrôle d’appareils par le biais de messages texte spéciaux. GoldenEagle ne visait pas seulement les Ouïghours et les Tibétains en Chine, mais aussi des individus d’autres nations.

« Partout où les Ouïgours de Chine vont, aussi loin qu’ils aillent, que ce soit en Turquie, en Indonésie ou en Syrie, les logiciels malveillants les suivent ... C’était comme regarder un prédateur traquer sa proie à travers le monde », a déclaré au New York Times, Apurva Kumar, un ingénieur du renseignement sur les menaces de Lookout qui a aidé à démêler la campagne. Au total, on estime que 14 pays ont fait l’objet d’une surveillance chinoise aussi intrusive, dont 12 font partie de la liste des « 26 pays sensibles » de Pékin.

 

Avec ce malware, la surveillance chinoise est capable de suivre les Ouïghours où qu’ils aillent. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Avec ce malware, la surveillance chinoise est capable de suivre les Ouïghours où qu’ils aillent. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Une fois que les applications infectées sont téléchargées sur un appareil, les pirates ont une vue en temps réel de chaque activité sur le téléphone. Dans certaines situations, les pirates n’ont besoin que d’envoyer un message texte invisible à l’utilisateur pour obtenir des données sur ce téléphone spécifique. Le logiciel malveillant enverrait simplement les données par SMS et effacerait rapidement toute trace de ces messages. Ainsi, l’utilisateur ne remarque jamais que ses données sont volées. Afin d’éviter d’autres soupçons, les pirates sont également capables de tuer leur logiciel espion sur commande, en particulier dans les situations où l’application semble consommer trop de batterie.

L’exposé sur la surveillance intervient alors qu’un autre rapport avertit que Pékin stérilise de force les femmes ouïghoures afin de réduire la population de la communauté. On estime que le taux de natalité dans des régions comme Kashgar et Hotan, où les communautés ouïghoures sont très présentes, a chuté de plus de 60 % entre 2015 et 2018. L’année dernière, le taux de natalité de la province du Xinjiang a chuté de 24 %. Une réduction aussi drastique indique à quel point le Parti communiste chinois (PCC) extermine génétiquement les Ouïghours.

Agir contre les persécuteurs

Les États-Unis ont récemment imposé des sanctions aux fonctionnaires chinois, dont un membre éminent du Politburo, pour leur rôle dans les violations des droits de l’homme commises par le pays à l’encontre de la communauté ouïghoure. Ces sanctions ont été imposées en vertu du Global Magnitsky Act, qui permet au gouvernement américain de geler les avoirs et d’appliquer des interdictions de visas pour sanctionner les individus qui bafouent les droits de l’homme.

 

Les États-Unis ont récemment imposé des sanctions aux responsables chinois dans le cadre du Global Magnitsky Act. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Les États-Unis ont récemment imposé des sanctions aux responsables chinois dans le cadre du Global Magnitsky Act. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Parmi les personnes touchées par les sanctions, on compte le secrétaire du parti communiste de la région du Xinjiang, Chen Quanguo, le directeur et secrétaire du parti communiste du bureau de la sécurité publique du Xinjiang, Wang Mingshan, et quelques anciens hauts fonctionnaires. Selon le département du Trésor américain, Chen Quanguo est à ce jour le membre le plus haut placé du PCC à être frappé par les sanctions américaines.


Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Trojan Apps: Uyghur Surveillance Campaign by Beijing