La destitution de Sun Lijun et l’origine du Covid-19

Par Lin Zhongyu
Le 08/08/2020

Les révélations sur la destitution de l’ancien vice-ministre chinois de Sécurité publique

 

Sun Lijun était l’un des officiers du Comité central du PCC qui a supervisé la lutte contre l’épidémie à Wuhan. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Sun Lijun était l’un des officiers du Comité central du PCC qui a supervisé la lutte contre l’épidémie à Wuhan. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Dans une interview publiée par Secret China le 3 août dernier, M. Yuan Gongyi, industriel de Hong Kong a évoqué la raison de la visite de Marise Payne, la ministre des affaires étrangères australienne, à Washington DC aux Etats-Unis, à la fin du mois dernier. Cette visite est due à l’interception par l’Australie des preuves du Covid-19 envoyées par l’ancien vice-ministre chinois de la sécurité publique Sun Lijun à son épouse vivant en Australie.

Après l’apparition de la pneumonie de Wuhan au début de cette année, Sun Lijun, membre du ministère de la sécurité publique, s’est rendu à Wuhan pour superviser la lutte contre l’épidémie.

Sun Lijun serait à l’origine de la demande d’enquête de l’Australie sur l’origine du virus.

Selon Yuan Gongyi, Sun Lijun, qui était à Wuhan à l’époque, était en possession de preuves substantielles sur l’épidémie à Wuhan, notamment des preuves de la dissimulation de l’épidémie par Pékin et des fuites de laboratoires. Sun Lijun a ensuite transmis ces preuves à sa femme vivant en Australie par certains moyens, les hauts fonctionnaires chinois utilisaient souvent ces preuves comme une carte de sortie de prison en cas de problème. Dans l’intervalle, ces informations ont été interceptées par les services de renseignement du gouvernement australien. C’est pourquoi l’Australie a été le premier pays à demander une enquête indépendante sur l’origine du virus.

En avril dernier, les membres de la coalition au pouvoir, George Christensen et le sénateur Alex Antic, ont exigé que le gouvernement chinois paie une compensation pour leurs pertes, et d’autres législateurs australiens ont également approuvé la proposition du gouvernement australien de confisquer les actifs des entreprises chinoises. Cette décision a attiré l’attention des autorités de Pékin.

La décision du gouvernement de démettre Sun Lijun de son poste de vice-ministre de la sécurité publique est intervenue après qu’une enquête des autorités de Pékin ait révélé que des secrets sur le virus étaient tombés entre les mains des Australiens, a déclaré Yuan Gongyi.

Yuan Gongyi a également déclaré que Sun Lijun a un casier judiciaire bien rempli. Il était non seulement derrière l’incident de la librairie Causeway Bay et de l’incident Xiao Jianhua, mais il a également envoyé des policiers chinois armés à Hong Kong durant les manifestations anti-extradition pour malmener les manifestants, les violer, les tuer, et les envoyer discrètement en Chine continentale pour y être jugés. Il (Sun Lijun) n’a pas obtenu le consentement du Comité permanent du Bureau Politique avant d’appliquer la loi, de l’autre côté de la frontière, ce qui a été une autre raison de sa destitution.

Le Comité central pour l’inspection disciplinaire du Parti communiste chinois (CCDI) et la Commission nationale de supervision ont annoncé sur leurs sites web officiels dans la soirée du 19 avril dernier que Sun Lijun, membre du Comité du Parti communiste du ministère de la sécurité publique et vice-ministre, faisait l’objet d’une enquête pour « graves violations disciplinaires ».

Quatre heures plus tard, dans la nuit, le ministère chinois de la Sécurité Publique a déclaré « soutenir fermement l’examen disciplinaire et l’enquête de suivi des graves violations disciplinaires présumées de Sun Lijun ». Le ministre de la sécurité publique Zhao Kezhi a critiqué Sun Lijun pour avoir « ignoré les règles politiques » et « avoir été téméraire sans crainte » lors d’une réunion.

 

Chen Pokong, expert sur les sujets de la Chine, a également soutenu que la fuite des secrets devrait être la raison la plus directe qui a conduit à la destitution de Sun Lijun. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Chen Pokong, expert sur les sujets de la Chine, a également soutenu que la fuite des
secrets devrait être la raison la plus directe qui a conduit à la destitution de Sun Lijun.
(Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Sun Lijun est comparé à Zhou Yongkang et aurait une influence jugée toxique

Zhao a également comparé Sun Lijun à Zhou Yongkang, ancien secrétaire de la Commission des affaires politiques et juridiques, qui a été jugé en 2015, et à Meng Hongwei, ancien chef adjoint du ministère de la sécurité publique du Parti communiste et ancien Président d’Interpol, mettant en garde contre leur « influence toxique ».

Sun Lijun a été membre et vice-ministre du ministère de la sécurité publique ainsi que vice-président de la Société chinoise de Droit. Auparavant, il a été directeur adjoint du Bureau des affaires étrangères du gouvernement municipal de Shanghai, directeur adjoint du bureau général du ministère de la sécurité publique, membre du comité du parti du ministère de la sécurité publique, directeur du bureau 1 et du bureau 26, directeur adjoint du bureau 610 du gouvernement central et directeur du bureau des affaires de Hong Kong, Macao et Taïwan.

Il a effectué d’importantes missions pour Pékin, notamment se rendre en personne à Wuhan au début de l’année pour superviser la lutte contre les épidémies. Dans le passé, il a été impliqué dans la persécution du Falun Gong, l’arrestation des avocats de droit de l’Homme le 9 juillet 2015, etc. Il a également été directeur du Bureau des affaires de Hong Kong, Macao et Taiwan, et a été accusé d’être l’homme qui est derrière « l’affaire de la librairie Causeway Bay ».

Sun Lijun était l’un des responsables du Comité central du Parti communiste chinois qui a supervisé la lutte contre l’épidémie à Wuhan. Il a été envoyé à Wuhan au début du mois de février, alors que l’épidémie était à son pic. Il est apparu dans un reportage sur la chaîne CCTV le 10 février, au cours duquel on le voyait tenir une vidéoconférence avec Xi Jinping.

Le 19 février, après le changement de secrétaire du parti provincial du Hubei, Sun Lijun et Ying Yong, un homme de confiance de Xi Jinping et le nouveau secrétaire du parti de la province du Hubei, se sont rendus au Bureau de la sécurité publique de Wuhan pour superviser la lutte contre l’épidémie au sein du département local de la sécurité publique. Cependant, lorsque Sun a rejoint le groupe de pilotage central, sa tâche la plus importante était de renforcer la sécurité publique, c’est-à-dire d’assurer la sécurité, d’améliorer la stabilité sociale et de prévenir les incidents.

Quant aux raisons de sa destitution, il y a eu de différentes rumeurs : coup d’État contre Xi Jinping, fuites de secrets, ses fréquentes visites au « Bureau de Peng Liyuan », l’épouse de Xi Jinping, ou pour avoir provoqué la colère de Xi Jinping en agissant au nom du « Bureau de Peng Liyuan », etc.

Sun Lijun était le chef du Bureau de la sécurité nationale et le directeur du « Bureau 610 »

A propos des fuites de secrets, les rumeurs disaient que Sun Lijun aurait divulgué les secrets du parti communiste, ce qui a mis Xi Jinping en colère et a conduit à son arrestation. Sun Lijun a une identité très particulière. Il est à la fois le chef du Bureau de la sécurité nationale et le directeur du « Bureau 610 », c’est-à-dire le chef de la police secrète du Parti communiste chinois. Il est également le seul haut dirigeant dans le système de sécurité publique du Parti communiste titulaire d’un diplôme de Master II, en matière de santé publique. Sun Lijun a ainsi pu entrer à Wuhan pendant le pic de l’épidémie du Covid-19. Il était soupçonné d’avoir divulgué aux États-Unis les principaux secrets de l’épidémie, et notamment les informations liées au laboratoire P4. Dans un contexte où la communauté internationale demande de mener une enquête approfondie sur l’origine du virus et sur la dissimulation de l’épidémie par le Parti communiste chinois, ce dernier a décidé d’arrêter Sun Lijun pour éviter de futurs drames.

Le 20 avril dernier, lors d’une conférence de presse régulière au ministère des affaires étrangères chinois, un journaliste russe de la TASS Russian News Agency a demandé si l’enquête sur Sun Lijun était liée à son travail à Hubei. Le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Geng Shuang, a déclaré à l’époque : « Je n’ai pas d’autres informations à fournir. »

Chen Pokong, expert sur les sujets de la Chine, a également soutenu dans certains programmes de vidéos que la fuite des secrets devrait être la raison la plus directe qui a conduit à la destitution de Sun Lijun.

 


Yuan Gongyi a révélé que Sun Lijun avait transmis à son épouse vivant en Australie des informations et des preuves sur la dissimulation du Covid-19 et du laboratoire P4 par Pékin, où il a été intercepté par le gouvernement australien.
 


Traduit par Yi Ming

Source : https://www.secretchina.com/news/b5/2020/08/04/941785.html