Press "Enter" to skip to content

Monde. Une perspective différente sur l’épidémie de Coronavirus

ACTUALITÉ > Monde

L’épidémie de COVID-19 s’est répandue à travers le monde à une vitesse sans précédent. (Image : Gerd Altmann / Pixabay)
 

Contrairement à ce que nous pourrions penser, une pandémie mondiale n’est pas quelque chose a laquelle l’espèce humaine n’a pas souvent été confrontée auparavant. Au cours de l’histoire, le monde a subi les foudres de maladies hautement infectieuses et des civilisations ont été presque entièrement anéanties. La raison pour laquelle la situation actuelle du virus du PCC (Parti communiste chinois) semble être sans précédent, est la vitesse à laquelle il s’est propagé à travers le monde. Alors qu’avant, les gens vivaient dans des communautés isolées, aujourd’hui, les globe-trotters et les villes grouillantes ont fourni le scénario idéal pour qu’un virus se propage rapidement et à grande échelle.

Facteurs de risque d’une pandémie

« En Europe, les maladies ont causé la mort d’environ 20 millions de personnes, soit 90 à 95 % de la population précolombienne des Amériques. Ce sont les microbes, et non les armes ou l’acier, qui ont conquis le Nouveau Monde », selon TheHill.com

Que ce soit la « peste noire » qui a anéanti près de la moitié de la population européenne à la fin des années 1340, la grippe espagnole qui a tué plus de 50 millions de personnes dans le monde ou, plus récemment, l’épidémie de SRAS, autant de pertes monumentales que nous avons subies, cela nous a permis de comprendre et d’améliorer les rouages internes du gouvernement et de faire avancer la recherche médicale.

 

Au cours des premières phases d’une pandémie, il est courant d’accumuler des denrées essentielles.  (Image : Pixabay / CC0 1.0)
Au cours des premières phases d’une pandémie, il est courant d’accumuler des denrées essentielles.  (Image : Pixabay / CC0 1.0)

 

Au cours des premières phases d’une pandémie, il est courant d’accumuler des denrées essentielles. Dans une pandémie telle que celle à laquelle nous sommes confrontés, la crainte provoquée par l’impact social dû au virus peut avoir une incidence bien plus importante que l’impact du virus lui-même. C’est le comportement intrinsèque essentiellement observé dans presque toutes les situations de maladies infectieuses mondiales, dans le passé. Les technologies de pointe et les connaissances acquises au fil des ans nous aideront à contenir et à surmonter la maladie, mais la peur reste la même. Il est intéressant de noter comment différentes communautés dans le monde réagissent à cette crainte.

Quand le leadership compte

Il faut un leadership fort pour renforcer une communauté et l’amener dans un espace mental collectif où elle peut gérer efficacement cette peur et se comporter de manière positive pour surmonter une situation de pandémie. Les tendances négatives les plus courantes qui surviennent dans une communauté pendant les phases initiales d’une pandémie comprennent la thésaurisation ou la manipulation de produits essentiels à des fins de profit personnel, l’appât de gain, la diffusion de fausses informations ou la minimisation constante de la menace.

Un leadership efficace dissipe les craintes par le biais d’informations ciblées et précises fournies à une fréquence régulière. La manière dont ce pont de communication est établi, ainsi que les actions fermes qui le soutiennent, déterminent dans une large mesure la manière dont une communauté va y répondre. La compassion, la sagesse et la force véhiculées dans cette communication refléteront en fin de compte l’interaction entre les membres de la communauté, leur permettant de garder la situation sous contrôle.

Le pouvoir de la vertu

Si une telle situation d’urgence peut révéler le côté sombre de l’humanité, elle met également en lumière son côté héroïque. Dans toute crise sanitaire, il y aura beaucoup de morts et de destruction, de ruine économique et de comportements égocentriques. Mais en même temps, vous pourrez être témoin d’actes brillants et héroïques de la part de certaines personnes, qui vont inspirer d’autres personnes à s’entraider et à vaincre la peur et du désespoir.

 

L’entraide est la clé de la survie lors de fléaux mortels. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
L’entraide est la clé de la survie lors de fléaux mortels. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
 

Dans le Newyorker.com, l’historien américain Frank Snowden déclare : « Un très bon exemple est celui de Médecins sans frontières dans la crise d’Ebola, et la façon dont ils ont, en toute connaissance de cause, leur vie et leur avenir directement en jeu, sans aucun intérêt personnel et sans attendre de récompense, mais uniquement parce qu’ils étaient engagés à défendre la vie et la santé des personnes les plus faibles du monde ».

Il existe une ancienne histoire chinoise qui illustre ces concepts. Il s’agit de l’histoire d’un Maître cuisinier respecté qui, après avoir pris sa retraite de la cour royale, est retourné dans sa ville natale  et a ouvert une taverne. Bientôt, un fléau a surgi, tuant rapidement les gens. Au début, le riche chef cuisinier s’est isolé dans son auberge, mais lorsqu’il a réalisé qu’il avait également été infecté par cette peste mortelle, il a connu un changement moral et a décidé d’utiliser ses ressources pour aider les nécessiteux.

Il a engagé des hommes pour l’aider à redonner vie à sa ville et a inspiré d’autres membres riches de la société à aider leurs communautés. Au fil du temps, le chef cuisinier a survécu à la peste et grâce à ses services, la ville a été guérie et il a atteint un éveil spirituel. Le fondement moral de l’histoire est qu’une solide vertu est le remède en or pour tout problème.

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : A Different Perspective of the CCP Virus Outbreak