Press "Enter" to skip to content

Monde. Une amende pour les vacanciers qui quittent l’Angleterre

ACTUALITÉ > Monde

Les nouvelles mesures promulguées par le gouvernement de Boris Johnson exposeront les citoyens à de lourdes amendes s’ils quittent le pays pour des raisons autres que certaines exemptions limitées. (Image : unsplash / Lena Varzar)
 

Le gouvernement britannique a promulgué de nouvelles mesures de lutte contre la pandémie, entrées en vigueur le 29 mars, incluant notamment une amende de 5 000 livres (5 795 euros) pour les citoyens quittant le territoire sans motif valable. Les voyages sont toutefois autorisés en cas d’exemptions limitées.

En vertu de l’ordonnance « Stay at Home » (Restez à la maison), voyager à l’étranger pour les vacances était déjà illégal au Royaume-Uni. Ces mesures ont été levées le 29 mars et remplacées par des restrictions moindres des libertés dans la vie quotidienne. Les citoyens sont désormais autorisés à se réunir à l’extérieur par groupes de six, à utiliser les installations sportives extérieures et à pratiquer des sports de plein air « officiellement organisés ».

Auparavant, les voyageurs qui ne remplissaient pas un formulaire de déclaration de voyage détaillant leurs informations personnelles et la raison de leur déplacement hors du Royaume-Uni, se voyaient infliger une amende de 200 livres (230 euros). Les nouvelles règles resteront en vigueur au moins jusqu’au 30 juin. Toutefois, le secrétaire à la santé, Matt Hancock, a indiqué qu’il serait possible que les restrictions soient assouplies plus tôt.

Un examen gouvernemental des voyages internationaux sera bientôt publié, ce qui jouera un rôle essentiel dans les évaluations des autorités.

Les exemptions aux amendes comprennent les voyages pour les études, le travail, le vote, les obligations légales

« La question de savoir si les gens pourront voyager à l’étranger cet été va être traitées par le groupe de travail sur les voyages internationaux, qui rendra son rapport vers le 12 avril », a déclaré Matt Hancock à Sky News.

« La feuille de route établit que la date la plus proche à laquelle nous autoriserons les voyages internationaux - sans l’une des raisons claires dont vous avez besoin maintenant - est le 17 mai. »

Les exemptions aux amendes comprennent les voyages pour les études, le travail, le vote, les obligations légales, les funérailles, la garde d’enfants, les raisons médicales, la visite d’un parent mourant, et la fuite en cas de danger, entre autres. Les amendes ne s’appliquent pas non plus aux personnes qui se rendent dans des endroits comme l’Irlande, les îles Anglo-Normandes ou l’île de Man, à condition que ces régions soient leur destination finale.

 

Les personnes qui se rendent dans d’autres pays sans raison valable pourront se voir infliger une amende de 5 000 livres. (Image : Jan Vašek / Pixabay)
Les personnes qui se rendent dans d’autres pays sans raison valable pourront se voir infliger une amende de 5 000 livres. (Image : Jan Vašek / Pixabay)
 

Avec la nouvelle loi, les personnes qui se rendent dans d’autres pays sans raison valable sont passibles d’une amende de 5 000 livres

À l’heure actuelle, près de 40 nations ont été placées sur la liste rouge du Royaume-Uni. Les personnes qui dissimulent qu’elles viennent au Royaume-Uni après avoir visité des pays figurant sur la liste rouge sont passibles d’une amende pouvant aller jusqu’à 10 000 livres (11 53 euros) et peuvent également encourir jusqu’à 10 ans de prison.

Les citoyens britanniques et irlandais qui se sont rendus dans ces pays au cours des 10 derniers jours sont soumis à une quarantaine à l’hôtel de 10 jours à leurs frais, ce qui comprend le transport de l’aéroport à l’hôtel, l’hébergement, la nourriture et les boissons. Le gouvernement britannique a réservé 4 600 chambres à cette fin et devrait demander 1 750 livres (2 020 euros) par personne. Ceux qui tentent de contourner la quarantaine à l’hôtel s’exposent à des amendes de 5 000 à 10 000 livres.

Le Premier ministre Boris Johnson a récemment déclaré qu’il n’était pas certain que les voyages internationaux non essentiels puissent reprendre à la date prévue du 17 mai. Lors d’une conférence de presse, il a admis que les restrictions pourraient être assouplies si les épidémies dans d’autres pays étaient maîtrisées.

Le PDG de British Airways, Sean Doyle, a exprimé l’espoir que les voyages reprennent à la date prévue et a demandé à Londres de collaborer avec les autres gouvernements qui ont également mis en place des campagnes de vaccination efficaces.

Karen Dee, PDG de l’Airport Operators Association, a prévenu que la fermeture prolongée des aéroports britanniques aurait des répercussions financières massives sur le secteur. Plusieurs compagnies aériennes ont fait pression sur le gouvernement pour qu’il fixe une date de réouverture afin de pouvoir planifier les voyages à l’avance. « Il y a un risque réel que le gouvernement soit trop prudent et que nous ne voyions aucun voyage significatif avant la fin de l’été... Ce sera trop tard pour beaucoup de ces compagnies de voyage britanniques qui dépendent des vacances d’été », a déclaré à Bloomberg John Holland-Kaye, le PDG de Heathrow.

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : UK Citizens to Face Fines for Holidaying Abroad