Press "Enter" to skip to content

Monde. Texas : le gouvernement adopte une loi autorisant les utilisateurs à poursuivre les sociétés de médias sociaux

ACTUALITÉ > Monde

Le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a récemment signé un projet de loi, adopté par l’assemblée législative, visant à protéger ses citoyens contre la censure sur les plateformes de médias sociaux. Le projet de loi « House Bill 20 » vise à empêcher les plateformes de médias sociaux comptant plus de 50 millions d’utilisateurs mensuels de bannir des personnes en fonction de leurs opinions politiques.

Ce projet de loi vise des plateformes comme Twitter, Facebook et YouTube. Les utilisateurs qui sont injustement censurés sur ces plateformes peuvent intenter une action en justice pour obtenir le rétablissement de leur compte. En outre, le bureau du procureur général du Texas est également autorisé à intenter des poursuites.

La nouvelle loi oblige les réseaux sociaux à divulguer leurs politiques de modération et de gestion du contenu, les contraignant également à mettre en place une procédure de plainte et d’appel pour le contenu qu’elles suppriment et à fournir la raison exacte de la suppression d’un contenu spécifique.

Tout contenu illégal doit être retiré dans les 48 heures. Le projet de loi interdit également aux fournisseurs de services de courrier électronique de bloquer la transmission de messages en fonction de leur contenu. Le gouverneur Abbot a déclaré que le Texas défendrait toujours la liberté d’expression.

« Les sites de médias sociaux sont devenus nos places publiques modernes. Ils sont le lieu d’un débat public sain où l’information devrait pouvoir circuler librement - mais il existe un mouvement dangereux de la part des entreprises de médias sociaux visant à réduire au silence les points de vue et les idées conservateurs. C’est une erreur, et nous ne le permettrons pas au Texas. Je remercie le sénateur Bryan Hughes, le représentant Briscoe Cain et l’assemblée législative du Texas d’avoir veillé à ce que le projet de loi arrive sur mon bureau au cours de la deuxième session spéciale », a déclaré Greg Abbott dans un communiqué de presse.

L’organisation Computer & Communications Industry Association (Association de l’industrie de l’informatique et des communications)(CCIA) a critiqué la nouvelle loi, la qualifiant d’ « inconstitutionnelle ». Elle a accusé la loi de chercher à punir les entreprises technologiques qui tentent de « protéger les internautes des contenus dangereux en ligne ».

Auparavant, la CCIA avait intenté un procès à la Floride visant à empêcher l’État de mettre en œuvre une loi interdisant aux entreprises de médias sociaux de suspendre des hommes politiques. Un tribunal s’est rangé du côté de la CCIA et a accordé une injonction préliminaire bloquant la loi. Le tribunal a décidé que la loi violait les droits du premier amendement des entreprises.

Depuis les élections générales de 2020, les appels à l’abrogation de la section 230 de la loi de 1996 sur la décence des communications, qui sert de bouclier de responsabilité pour les entreprises de médias sociaux contre tout contenu nuisible posté par un utilisateur, se multiplient. Le « House Bill 20 » définit les plateformes de médias sociaux comme des « transporteurs publics en raison de leur position dominante sur le marché ».

Le juge de la Cour suprême, Clarence Thomas, a suggéré en avril dernier de considérer les grandes entreprises technologiques comme des transporteurs publics. Il a évoqué la nécessité d’appliquer des règles plus strictes à ces entreprises pour les empêcher de refuser des services aux utilisateurs pour quelque raison que ce soit.

« Si une partie du problème est le contrôle privé et concentré sur le contenu en ligne et les plateformes disponibles au public, alors une partie de la solution peut être trouvée dans les doctrines qui limitent le droit d’une entreprise privée à exclure », avait écrit Clarence Thomas dans un avis sur une affaire.

La pyramide de la honte

La nouvelle règle du Texas intervient alors que l’universitaire Christopher Rufo a récemment révélé des documents internes de Google montrant que l’entreprise cherche à propager des opinions racistes parmi ses employés. Son programme de rééducation raciale, fondé sur les idéologies de la théorie critique de la race, utilise des mots comme « privilège blanc », « racisme systémique » et « intersectionnalité ».

La théorie critique de la race est une idée marxiste qui prétend que toutes les inégalités dont souffrent les minorités raciales américaines, appelées les « opprimés », sont causées par les Blancs, qualifiés d’« oppresseurs ».

Dans une interview accordée à The Epoch Times, l’animateur de radio conservateur Chris Stigal a déclaré que la théorie critique de la race est une version raciale du marxisme. L’idéologie marxiste divise les gens en fonction de leur statut économique, les riches étant classés comme oppresseurs et les pauvres comme opprimés.

Google a lancé une initiative « antiraciste » affirmant que l’Amérique est un « système de suprématie blanche » et que tous les Américains sont « élevés pour être racistes » - y compris le commentateur conservateur Ben Shapiro, qui est décrit comme une couche de la « pyramide de la suprématie blanche », culminant dans le « génocide », a tweeté Christopher Rufo.

La pyramide de la suprématie blanche classe les gens sur plusieurs niveaux, allant de « l’indifférence » au « meurtre de masse ». Le niveau de l’« indifférence » comprend les personnes qui ont des convictions apolitiques. Un peu plus haut, le niveau de « minimisation » regroupe des personnes qui sont apparemment porteuses d’un « complexe du sauveur blanc » et qui nient le « privilège blanc ».

Le commentateur conservateur Ben Shapiro est actuellement placé à ce niveau. L’ancien président Trump a été classé au niveau « discrimination » qui appelle au « profilage racial » et à « l’incarcération de masse. »

Dans une session de formation, Google a demandé aux employés de déconstruire leurs identités raciales et de se classer en fonction d’une hiérarchie de « pouvoir et de privilèges. » Dans une vidéo, le conférencier Ibrahim Kendi a qualifié de racistes des Américains âgés d’à peine trois mois.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.