Press "Enter" to skip to content

Monde. La Russie adopte un projet de loi visant à interdire la promotion publique des contenus LGBT

ACTUALITÉ > Monde

TASS, une des principales agences de presse d’État russe, a rapporté le 27 octobre que la Douma d’État, la chambre basse de l’Assemblée fédérale de la fédération de Russie, avait voté à l’unanimité un projet de loi interdisant la promotion des contenus lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT), soit la « propagande des relations sexuelles non traditionnelles » dans les médias, sur Internet, dans les publicités, les livres et les films.

Les messages liés à la pédophilie, aux LGBT et encourageant les jeunes à changer de sexe seront bannis de l’internet, des médias, des livres, des films, des publicités et de la musique, précise l’agence de presse.

TASS a cité le président du Parlement, Viatcheslav Viktorovitch Volodine, qui a déclaré que la chambre basse du gouvernement avait reçu de nombreux appels visant à interdire les informations sur les relations non traditionnelles, et que ces appels demandaient également l’adoption d’une loi interdisant cette propagande. L’agence l’a décrit comme une propagande qui « mine la société russe et les valeurs familiales traditionnelles ». Vyacheslav Volodin est l’un des 400 promoteurs du projet de loi.

La Russie adopte un projet de loi visant à interdire la promotion publique des contenus LGBT
Viatcheslav Viktorovitch Volodine, le président de la Douma d’État, a déclaré que la chambre basse du gouvernement avait reçu de nombreux appels visant à interdire les informations sur les relations non traditionnelles. (Image : wikimedia / Palácio do Planalto / CC BY 2.0)

Le projet de loi punit ceux qui diffusent des contenus LGBT

Le projet de loi prévoit des sanctions pour divers actes de « propagande des valeurs non traditionnelles », notamment une amende de 5 millions de roubles (environ 81 770 euros) pour la diffusion d’informations LGBT à des mineurs et de 4 millions de roubles (environ 65 432,53 euros) pour la diffusion à des adultes.

Les ressortissants étrangers reconnus coupables d’infractions connexes seront expulsés et se verront infliger une amende de 400 000 roubles (environ 6 567 euros), selon l’agence TASS.

L’amende pour avoir fourni illégalement un marchand de pornographie enfantine a été portée à 10 millions de roubles (163 592,66 euros). Les ressortissants étrangers se verront infliger une amende de 800 000 roubles (13 082 euros) et seront soumis à une « détention administrative de 15 jours », qui sera suivie d’une expulsion.

En outre, les personnes qui font la promotion des idées transgenres se verront infliger une amende de 4 millions de roubles, tandis que les ressortissants étrangers se verront infliger une amende de 200 000 roubles (13 373 euros ). Ils seront aussi expulsés et pourront être détenus pendant 15 jours.

Le média conservateur Breitbart a noté que le groupe d’activistes LGBT RFSL, basé en Suède, s’est plaint que la « répression » en Russie ne cessait de s’aggraver et que le projet de loi avait été adopté pour l’intensifier.

La Russie semble être le seul à adopter cette position en Europe

Alors que la Russie est peut-être le seul défenseur de la position anti-LGBT de l’Europe, elle bénéficie d’un soutien populaire pour cette position.

En août de cette année, les responsables du gouvernement serbe ont été contraints d’annuler la parade du Festival européen LGBT+ 2022, après des protestations massives des citoyens du pays, en particulier des chrétiens orthodoxes. L’événement, qui devait se dérouler sur plusieurs semaines, était le plus grand événement LGBT d’Europe.

Le renforcement et le maintien des valeurs familiales et morales traditionnelles ont été la pierre angulaire des efforts déployés par la Russie pour consolider sa situation intérieure pendant la guerre avec l’Ukraine.

Début octobre, la publication LGBTQ du Washington Blade a critiqué Vladimir Poutine pour avoir ciblé la culture gay et transgenre comme une extension de la guerre psychologique occidentale, lorsqu’il a pris la parole devant une foule après avoir célébré l’annexion de plusieurs régions du Donbass.

La Russie adopte un projet de loi visant à interdire la promotion publique des contenus LGBT
Le président Vladimir Poutine a déclaré : « Voulons-nous vraiment que des perversions qui conduisent à la dégradation et à l’extermination soient imposées à nos enfants dès l’école primaire ? » (Image : wikimedia / kremlin.ru / CC BY 4.0)

« Voulons-nous vraiment endoctriner les enfants des écoles primaires avec les LGBT ? »

S’adressant à la foule, Vladimir Poutine a déclaré : « La vérité est que l’Occident a bafoué le droit naturel de milliards de personnes, la majorité de l’humanité, à la liberté et à la justice, et a opposé son veto au droit des êtres humains à déterminer leur propre avenir. Les sociétés occidentales ont complètement évolué vers la négation totale des normes morales, de la religion et de la famille ».

Le président Poutine a déclaré : « Répondons à quelques questions très simples pour nous-mêmes. Je veux revenir maintenant à ce que j’ai dit, je veux dire à tout le pays, à tous les citoyens de Russie : " Voulons-nous avoir des parents numéro un, numéro deux, numéro trois ici, dans notre pays, en Russie, au lieu de mères et de pères ? " Ces gens sont-ils devenus fous ? »

Il a poursuivi : « Voulons-nous vraiment que des perversions qui conduisent à la dégradation et à l’extermination soient imposées à nos enfants dès l’école primaire ? Pour les endoctriner sur le fait qu’il existe plusieurs soi-disant genres autres que les femmes et les hommes, et pour leur proposer une chirurgie de réassignation de genre ? Est-ce cela que nous voulons pour notre pays et pour nos enfants ? »

Vladimir Poutine a continué en ces termes : « Tout cela est inacceptable pour nous et nous avons un avenir différent, notre propre avenir ».

Rédacteur Jean-Baptiste Adrien-Clotaire

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.