Press "Enter" to skip to content

Monde. Pour de nombreux gouvernements,TikTok menace la sécurité du pays

ACTUALITÉ > Monde

TikTok fait l’objet d’un examen minutieux de la part de divers gouvernements du monde. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
 

L’application chinoise TikTok est sous le radar de divers gouvernements qui réfléchissent à l’opportunité de lui permettre de fonctionner dans leur pays. L’application a été considérée comme une menace pour la sécurité en raison de ses liens étroits avec le Parti communiste chinois (PCC). Les experts ont souligné que TikTok pourrait transférer des données personnelles de très nombreuses personnes du monde entier vers des serveurs en Chine où Pékin pourrait les analyser et les utiliser. Voici un bref aperçu de la manière dont différents pays considèrent TikTok.

Les États-Unis

L’administration Trump avait annoncé une interdiction totale de TikTok à partir de fin septembre. Le président a également encouragé le rachat des activités de TikTok aux États-Unis par des sociétés comme Oracle et Walmart. Cependant, quelques heures avant l’entrée en vigueur de l’interdiction, un tribunal fédéral a bloqué l’action. Cela signifie que le gouvernement américain ne pourra pas bloquer TikTok pour le moment. Les avocats du gouvernement avaient fait valoir que TikTok représentait un danger immédiat pour la sécurité américaine. Le juge Carl Nichols a souligné que l’interdiction pouvait être considérée comme privant une entreprise de son droit à une procédure régulière. Dans l’état actuel des choses, TikTok sera toujours disponible aux États-Unis jusqu’à ce que l’administration trouve un moyen de le bloquer.

Inde

L’Inde a interdit TikTok en juin après une escalade militaire avec la Chine. L’application a été jugée à risque par les experts en sécurité. L’activité de TikTok en Inde est évaluée à 3 milliards de dollars. Reliance Industries envisage apparemment de faire une offre pour sécuriser les opérations de TikTok en Inde.

Près de 130 membres de la direction de TikTok sont affiliés au PCC. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Près de 130 membres de la direction de TikTok sont affiliés au PCC. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Australie

L’application est actuellement examinée par le gouvernement australien. En août, le pays avait décidé de ne pas interdire TikTok. Mais plus tard, un groupe de législateurs inquiets de la menace d’ingérence politique de l’application a demandé à TikTok de faire une déclaration. L’entreprise a admis que 130 membres de la direction étaient issus du Parti communiste chinois. TikTok a annoncé qu’elle fournirait le code source aux agences de sécurité australiennes pour la vérification de la sécurité. La société a déclaré que les données personnelles collectées auprès des citoyens australiens sont stockées dans des serveurs à Singapour et aux États-Unis.

Japon

Après que les États-Unis aient déclaré que TikTok constituait une menace pour la sécurité, des préoccupations similaires sont apparues au Japon également. Auparavant, la préfecture japonaise de Saitama avait approuvé TikTok et en avait fait la promotion dans la région. En juin, la préfecture a conclu un accord avec l’unité japonaise de TikTok. Mais aujourd’hui, les citoyens de Saitama craignent que leurs données personnelles ne se retrouvent entre les mains du gouvernement chinois. La préfecture a mis fin à sa promotion de TikTok en juillet. Dans certaines régions du Japon, les citoyens ont complètement cessé d’utiliser TikTok, le supprimant de leurs smartphones.

Royaume-Uni

Le Royaume-Uni est indécis quant à l’opportunité d’une interdiction de TikTok ou non. Matt Navarra, consultant en médias sociaux, estime qu’une interdiction totale au Royaume-Uni est peu probable. Sir Iain Duncan Smith, un ancien dirigeant conservateur, a averti que l’application constitue une menace pour la sécurité du pays tout autant que Huawei et estime que ce serait une erreur de permettre à la société d’établir un siège social au Royaume-Uni.

La France examine des questions telles que le transfert de données personnelles hors d’Europe. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
La France examine des questions telles que le transfert de données personnelles hors d’Europe. (Image : Pixabay / CC0 1.0)
 

L’Union européenne

En été, les autorités de protection des données du Danemark et des Pays-Bas ont ouvert une enquête sur TikTok. Le Conseil européen de la protection des données a mis en place un groupe de travail chargé de s’occuper du dossier de cette entreprise. L’autorité française de protection des données, la CNIL, a récemment annoncé sa quatrième enquête sur TikTok, examinant des questions telles que le transfert de données personnelles hors d’Europe.

Rédacteur Swanne Vi

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.