Press "Enter" to skip to content

Monde. Passeport vaccinal, code QR, la norme en Europe et en Amérique ?

ACTUALITÉ > Monde

La France a annoncé qu’elle exigera de toutes les entreprises en contact avec le public qu’elles mettent en place des codes QR de traçage des contacts à l’entrée dans les lieux publics. (Image : OpenClipart-Vectors / Pixabay)
 

La recherche de contacts basée sur des codes QR, et le passeport de vaccination, deviennent la nouvelle norme en Europe et en Amérique. La France a annoncé qu’elle exigera de toutes les entreprises en contact avec le public la mise en place de codes QR.

Selon le media americain Breitbart, qui s’est basé sur un rapport de l’émission française BFMTV, les codes QR sont destinés à être utilisés en conjonction avec l’application de recherche de contacts TousAntiCovid (All Against Covid). Le gouvernement français a un objectif de 15 millions de participants. Actuellement, 12,5 millions de personnes ont installé l’application sur leur téléphone. L’application a suivi 99 000 cas positifs et notifié 54 000 contacts tracés jusqu’à présent.

Au Royaume-Uni, l’unité d’innovation numérique du Service de santé, NHSX, a développé l’année dernière, en collaboration avec l’agence de renseignement, une application similaire qui stocke les données collectées sur des serveurs gouvernementaux centralisés.

Matthew Gould, PDG de la NHSX, a cherché à minimiser les nombreuses objections liées à la protection de la vie privée soulevées lors du lancement de l’application, déclarant « Nous trouvons un équilibre entre la protection de la vie privée et la nécessité pour les autorités de santé publique de savoir quels contacts sont les plus à risque ».

« Nous pensons qu’une approche centralisée nous a permis d’obtenir des données très importantes qui donnent un aperçu sérieux du virus. Nous le garderons constamment sous surveillance et si nous devons changer, nous le ferons ».

Un groupe de plus de 100 « scientifiques et chercheurs travaillant au Royaume-Uni dans les domaines de la sécurité de l’information et de la vie privée » a signé une déclaration commune de préoccupation concernant l’application, notant que les données saisies étaient anonymisées. Le groupe s’inquiétait particulièrement du fait que la fonctionnalité de l’application persisterait après la fin de la pandémie, devenant une forme de surveillance permanente, et que les données qu’elle suivait pourraient devenir la cible de « mauvais acteurs » sous la forme du secteur privé ou de groupes de piratage.

En avril 2020, la France a demandé à Apple et à Google de supprimer les restrictions de confidentialité sur les applications qui empêchaient le suivi permanent par Bluetooth si les données devaient être déplacées hors de l’appareil.

Le 21 janvier, le Dr Richard Dawood, « grand spécialiste britannique de la santé des voyageurs », a déclaré au Daily Telegraph qu’il pensait que les passeports vaccinaux deviendraient la nouvelle norme : « Peu importe ce que nous pensons de l’idée des " passeports de vaccination " pour les voyages, ils seront finalement inévitables ».

« Une fois que les pays commenceront à insister sur la preuve de l’immunité contre la Covid-19 des voyageurs qui arrivent, il n’y aura guère d’autre choix que de relever le défi », a déclaré le Dr. Richard Dawood. « Nous souhaitons tous que les voyages reviennent à la normale. Mais les conditions d’entrée resteront en vigueur tant que les pays ne se sentiront pas en sécurité, peut-être jusqu’à ce que la plupart des personnes aient été vaccinées dans le monde entier. L’éloignement social, les désinfectants, les masques faciaux sur les vols, les retards, la bureaucratie et les changements de plans de dernière minute resteront une norme pour les voyages jusque-là ».

Le 12 janvier, le Centre américain de contrôle des maladies a émis une ordonnance exigeant que tous les voyageurs internationaux fournissent, au plus tard trois jours avant le départ de leur vol, la preuve d’un test PCR ou d’un test antigène négatif du virus SRAS-CoV-2 responsable de la maladie Covid-19. L’ordonnance entre en vigueur le 26 janvier.

La semaine dernière, le programme de passeport de vaccination, baptisé VCI (Vaccination Credential Initiative) a vu le jour aux États-Unis, soutenu par un consortium de grandes entreprises technologiques telles que Microsoft, Oracle et Salesforce. Le vice-président exécutif d’Oracle, Mike Sicilia, a déclaré que ce programme « doit être aussi simple que la banque en ligne ». Décrivant le rôle de Salesforce comme étant « d’aider les organisations à personnaliser facilement et en toute sécurité tous les aspects du cycle de vie de la gestion des vaccinations et à s’intégrer étroitement aux offres des autres membres de la coalition, ce qui nous aidera tous à revenir à la vie publique », le vice-président exécutif Bill Patterson a déclaré que l’initiative serait ancrée dans le monde du travail et des ventes en entreprises.

Le système « Smart Health Cards » que la VCI (Vaccination Credential Initiative) a cité en exemple est un « portefeuille numérique » tout-en-un pour les tests et les certificats de vaccination. Il est similaire au système de balayage des codes QR et de recherche des contacts notoirement utilisé par le Parti communiste en Chine continentale depuis le début de la pandémie fin 2019.

En Chine, l’utilisation de ce système a persisté au quotidien même après que le parti ait levé les mesures de confinement et autres lorsque la première vague a été maîtrisée.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.