Press "Enter" to skip to content

Monde. Le nouveau Premier ministre du Japon et président du Parti libéral-démocrate, plaide en faveur d’une coopération accrue avec Taïwan

ACTUALITÉ > Monde

L’élection à la présidence du Parti libéral-démocrate (PLD) de 2021 au Japon a eu lieu le 29 septembre. Le 4 octobre 2021. Le président du Parti libéral-démocrate au pouvoir, Fumio Kishida, est devenu le 100ème Premier ministre du Japon, suite à la démission de son prédécesseur Yoshihide Suga.

Au premier tour de scrutin, aucun des quatre candidats n’a obtenu plus de la moitié des voix. Les deux premiers candidats, Fumio Kishida et Taro Kono, se sont affrontés lors d’un second tour de scrutin. Les deux candidates, Seiko Noda et Sanae Takaichi, ont étés éliminées au premier tour, perdant ainsi la chance de devenir la première femme Premier ministre de l’histoire du Japon.

Fumio Kishida, 64 ans, est considéré comme un modéré alors que Taro Kono, 58 ans, est partisan des réformes réglementaires et administratives, prônant le changement. Taro Kono a étudié aux Etats-Unis et parle couramment l’anglais. Il communique fréquemment et habilement sur les réseaux sociaux : son compte Twitter en japonais est suivi par plus de 2,3 millions de personnes.

Il a bénéficié du soutien de la Chambre des représentants du Parti libéral-démocrate, à laquelle il a été élu sept fois, et a constamment attiré les jeunes électeurs. Son programme promet des réformes et prône l’abandon des armes nucléaires et le rejet de l’opposition à l’accession d’une femme au trône impérial.

À l’opposé, Fumio Kishida, conservateur modéré, bénéficie du soutien de membres plus anciens du parti.

Le Parti libéral-démocrate détenant actuellement la majorité des sièges au Sénat et à la Chambre des représentants, l’ascension de Fumio Kishida à la présidence était pratiquement garantie. Fumio Kishida est le 27ème président élu au sein du Parti libéral-démocrate.

Les relations avec Taïwan

Fumio Kishida est considéré comme pro-Taïwan. Dans une récente interview, il a déclaré sans ambages que la gestion des questions relatives au détroit de Taïwan, notamment en ce qui concerne la Chine continentale, sera sa première priorité en tant que Premier ministre.

Le 4 octobre, la présidente taïwanaise TsaiIng-wen a félicité Fumio Kishida et les membres de son cabinet sur Twitter. Elle a exprimé son espoir de travailler avec Fumio Kishida et d’approfondir les relations amicales entre Taïwan et le Japon, en continuant de « renforcer les liens entre pays démocratiques. »

Le 6 octobre, Sanae Takaichi, la nouvelle présidente du Conseil de recherche politique du parti au pouvoir au Japon, a approuvé la demande d’adhésion de Taïwan à l’Accord global et progressif de partenariat transpacifique (CPTPP), déclarant lors d’une réunion avec les législateurs du parti : « Je soutiendrai les efforts de Taïwan en tant que partenaire partageant des valeurs communes. »

Plusieurs responsables japonais se sont manifestés pour saluer la candidature de Taipei à ce pacte commercial, précédemment connu sous le nom de TPP, indiquant une volonté, voire un empressement, à travailler avec Taïwan.

Fumio Kishidaa déclaré qu’il prêterait attention au Xinjiang et à Hong Kong

Fumio Kishida a été le premier à déclarer qu’après son accès au poste de Premier ministre, il nommerait des fonctionnaires spéciaux pour les droits de l’homme et la sécurité économique, chargés du Xinjiang et de Hong Kong. Il a aussi ajouté qu’il prêterait attention aux autres violations des droits humains perpétrées par le Parti communiste chinois (PCC).

Fumio Kishida s’est engagé à protéger son pays contre le vol de données par la Chine, connue pour exploiter la science, la technologie et l’économie du Japon.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.