Press "Enter" to skip to content

Monde. Mongolie Intérieure : soulèvements contre la sinisation

ACTUALITÉ > Monde

Des dizaines de milliers de personnes en Mongolie intérieure, incluant des étudiants, des enseignants et des parents résistent aux tentatives du gouvernement visant à supprimer l’enseignement du mongol. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Un mouvement de désobéissance civile à grande échelle a éclaté en Mongolie intérieure avec des dizaines de milliers d’étudiants, d’enseignants et de parents organisant des grèves et des rassemblements de protestation à grande échelle.

Le peuple de Mongolie intérieure s’est levé en masse pour protester contre les tentatives scandaleuses et tyranniques du Parti communiste chinois (PCC) d’éradiquer la langue mongole dans les écoles, une décision qui s’est concrétisée par l’imposition du chinois comme langue d’enseignement principale, dès la rentrée scolaire. Ce soulèvement a provoqué la panique dans les rangs du PCC, le conduisant à adopter d’autres tactiques de répression. Cependant, le peuple de Mongolie intérieure ne craint pas la répression et de plus en plus de personnes participent à cette manifestation de grande envergure. Outre les plus de 300 signatures des deux médias officiels locaux, plus de 16 000 pétitions et 2 600 objections ont été rédigées par des étudiants.

Sous l’égide du PCC, les autorités mongoles ont exigé au cours du premier semestre que les écoles primaires et secondaires utilisent le chinois comme langue principale et suppriment l’enseignement de la langue mongole, provoquant l’indignation de la population locale qui est immédiatement descendue dans la rue pour protester. Le gouvernement a qualifié la protestation d’« incitation par des forces étrangères ». La police était déterminée à arrêter les manifestants. Elle a diffusé sur Internet les photographies de plus d’une centaine de manifestants, leur ordonnant de se rendre sans délai pour être arrêtés et « faire face à la justice ».

Cependant, les habitants de Mongolie intérieure ne se laissent pas dissuader et continuent à résister et à tenir bon. Les employés officiels de la télévision et de la radio ont signé une déclaration indiquant qu’ils préféreraient perdre leur emploi plutôt que d’accepter une éducation bilingue pour leurs enfants, qui met l’accent sur la majorité ethnique Han plutôt que sur leur propre ethnie mongole.

 

Feuilles de Pétitions remplies de signatures. Les employés officiels de la télévision et de la radio ont signé une déclaration indiquant qu’ils préféreraient perdre leur carrière plutôt que d’accepter la suppression de la langue mongole dans les écoles. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Feuilles de Pétitions remplies de signatures. Les employés officiels de la télévision et de la radio ont signé une déclaration indiquant qu’ils préféreraient perdre leur carrière plutôt que d’accepter la suppression de la langue mongole dans les écoles. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Le quotidien Apple Daily de Hong Kong a rapporté que le Centre d’information sur les droits de l’homme de Mongolie du Sud avait déclaré que malgré les pressions du gouvernement et les intimidations de la police, de plus en plus de personnes en Mongolie intérieure participaient à ce mouvement de protestation et qu’il s’était étendu à toute la région autonome. Plus de 300 employés des médias officiels locaux ont signé une pétition refusant l’introduction d’un « enseignement bilingue ».

Le Centre d’information sur les droits de l’homme de Mongolie du Sud a également mis en ligne une vidéo indiquant qu’il y avait plus de 16 000 pétitions et 2 600 objections d’étudiants, en réponse à cette politique de sinisation forcée.

L’origine des protestations et du mouvement d’opposition

Le 26 août, le ministère de l’éducation de Mongolie intérieure a publié un nouveau règlement visant à supprimer progressivement le mongol dans les écoles primaires et secondaires locales et à le remplacer par le chinois, à l’aide de manuels compilés par le ministère de l’éducation. Le règlement stipulait que cette décision prendrait effet au 1er septembre, en commençant progressivement la première année et s’étalerait pendant les deux années suivantes. Les classes de politique et d’histoire devront utiliser le chinois mandarin. Les Mongols ont également découvert que dans les nouveaux manuels scolaires, des fragments de poèmes nationalistes sur l’amour des Mongols pour leur patrie, leur culture et leur langue maternelle ont été supprimés, et remplacés par des caractères chinois.

L’incident a suscité une énorme controverse au sein de la communauté locale. Des rassemblements de protestation ont été organisés sur plusieurs jours en de nombreux endroits de Mongolie intérieure. Les parents ont refusé d’envoyer leurs enfants à l’école. Une vidéo diffusée sur Internet montre que récemment à Zalut Banner, Tongliao, en Mongolie intérieure, certains parents d’élèves ont refusé d’emmener leurs enfants à l’école, afin de soutenir la langue mongole et exprimer leur protestation face à l’éradication de leur culture. D’autres parents ont essayé de ramener leurs enfants à la maison après avoir appris que l’école allait commencer à enseigner le chinois, mais l’école a refusé de libérer les enfants.

La bannière centrale d’Urad en Mongolie intérieure a émis un « avis d’urgence » pour toutes les villes et villages, exigeant que les fonctionnaires mongols emmènent leurs enfants à l’école avant le 2 septembre au soir et menaçant d’expulser les enfants qui ne seraient pas inscrits avant le 3 septembre à midi.

 

Un groupe d’étudiants mongols en uniformes scolaires participe à une manifestation. Les enfants de fonctionnaires mongols sont menacés d’expulsion si leurs parents ne les renvoient pas à l’école. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Un groupe d’étudiants mongols en uniformes scolaires participe à une manifestation. Les enfants de fonctionnaires mongols sont menacés d’expulsion si leurs parents ne les renvoient pas à l’école. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Les bureaux de sécurité publique de tous les districts de la ville de Tongliao, en Mongolie intérieure, ont publié sur Internet des « Annonces sur les co-enquêtes », visant à retrouver certaines personnes accusées d’« incitation et de provocation à des troubles » en dehors de l’école. Au 3 septembre, le nombre de personnes impliquées atteignait le chiffre de 129.

Le 4 septembre, le Bureau de la sécurité publique de Balinzuo Banner, en Mongolie intérieure, a publié un avis indiquant que le bureau avait pris des mesures de répression contre un individu qui « perturbait l’ordre de l’enseignement » et lui avait imposé une détention administrative de 5 jours.

Selon les rapports, le PCC a publié un avis spécial urgent destiné aux membres locaux du Parti, demandant aux secrétaires du Parti et aux dirigeants de tous les quartiers de dire aux fonctionnaires d'envoyer leurs enfants à l’école avant 17h30 le 2 septembre, sinon, ils seraient réprimandés. Ceux qui n’auraient pas été inscrits au 1er septembre seraient transférés en attendant de décider de leur cas ou même expulsés.
 

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Inner Mongolia: Large-Scale Protests Erupt Against Wholesale Destruction of Their Culture

Traduit du chinois par Joseph Wu