Press "Enter" to skip to content

Monde. Manifestations et grèves au Panama contre la hausse des prix du carburant et des denrées alimentaires

ACTUALITÉ > Monde

Le Panama fait face à une vague de manifestations suite à la hausse des prix du carburant, des denrées alimentaires et des médicaments. La situation économique du pays est cependant relativement stable, avec un PIB élevé et un faible taux d’inflation.

L'un des premiers témoignages en anglais concernant la situation provient du site web Panama News, le 5 juillet. Le site rapporte que 22 enseignants ont été arrêtés lors d'une manifestation dans les provinces de Herrera et Los Santos après avoir tenté de bloquer des routes.

Les manifestants ont été dispersés avec des gaz lacrymogènes et du gaz poivré

Le média a déclaré que l'événement faisait partie d'une manifestation nationale « pour exiger des réponses à la hausse du panier alimentaire de base et du carburant », et que des propriétaires de bus scolaires y participaient.

Le 6 juillet, Panama News a rapporté qu'une autre grève a été menée par le Syndicat national des travailleurs de la construction et des industries similaires du pays, toujours en raison des coûts élevés du carburant, de la nourriture et des médicaments.

Les troubles se sont poursuivis sans relâche

De nombreuses vidéos postées sur Twitter au cours des derniers jours montrent des grèves et des manifestations de grande ampleur dans les rues de plusieurs localités.

L'une des manifestations les plus courantes de la protestation est le blocage des principales autoroutes, comme la route interaméricaine dans la province de Veraguas.

Les vidéos remontent au 6 juillet.

Panama News a déclaré le 8 juillet que le président Laurentino Cortizo avait appelé les syndicats à l’origine des protestations à reprendre les pourparlers avec le gouvernement, rejetant la responsabilité de la situation financière du pays sur les conséquences de la pandémie mondiale de Covid-19 et de la guerre entre la Russie et l'Ukraine.

Le 9 juillet, le média a de nouveau annoncé que des milliers d'enseignants et d'autres professionnels étaient descendus dans la rue pour manifester massivement.

Le même jour, il a également indiqué qu'une association de médecins, de dentistes et de travailleurs de la santé du pays avait lancé un ultimatum de 48 heures au gouvernement, qui, en l'absence d’une réponse satisfaisante, entraînerait une grève générale de 48 heures dans tout le pays.

Le 10 juillet, le syndicat panaméen des travailleurs de la construction a annoncé qu'il entamerait une grève nationale de 24 heures le 13 juillet.

Cependant, un rapport de La Prensa Latina du 8 juillet a déclaré qu'une grande partie du conflit concernait les demandes des syndicats pour quPrensa Latina,e le gouvernement installe une économie dirigée et réglemente le prix de l'essence à 3 dollars le gallon.

L'article précise que Laurentino Cortizo a déjà gelé le prix de l'essence à 3,95 dollars le gallon « pour certains secteurs ».

Le Panama compte un peu plus de 4,3 millions d'habitants et doit techniquement faire face à des prix de l'essence supérieurs à 5,70 dollars par gallon, selon GlobalPetrolPrices.com.

Les données de la Banque mondiale montrent que l'économie du pays est relativement forte par rapport à celle d'autres nations où des manifestations ont éclaté en raison de la hausse du prix du carburant et des denrées alimentaires, ou, dans le cas du Sri Lanka, de l’arrêt de l'approvisionnement en carburant, avec un PIB par habitant légèrement supérieur à 14 500 dollars par personne.

Selon la Chambre de commerce américaine au Panama, le pays exporte principalement des produits agricoles tels que des ananas et du café, ainsi que des crevettes, les États-Unis étant le principal client.

Les données du site Web du représentant américain au commerce indiquent qu'en 2019, l’Amérique était un exportateur net de services vers le Panama, affichant un excédent commercial de 7,1 milliards de dollars.

Les Panaméens gagnaient en moyenne 1 249 balboas par mois en décembre 2020, selon le site Trading Economics.

Cependant, d'après les données du marché des changes, il semble que les balboas et le dollar s'échangent à un taux exactement égal. Cela semble être dû au fait que le Panama est une sorte d'aberration dans l'économie mondiale, n'ayant pas de banque centrale.

Les données de la Banque mondiale montrent que le taux d'inflation dans le pays est incroyablement bas, à seulement 1,6 % en 2021. Le taux d'inflation le plus élevé enregistré au cours des 40 dernières années était de 8,8 % pendant la crise financière de 2008, ce qui correspond à peu près au taux atteint par les États-Unis en mai.

Un article plus ancien, daté du 18 mai et publié par Prensa Latina, révèle que les grèves remontent au mois de mai et qu'elles ont été déclenchées par plusieurs niveaux de syndicats nationaux, exigeant que le gouvernement légifère sur des salaires plus élevés.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.