Press "Enter" to skip to content

Monde. Le Japon vise de facto un statut dans l’alliance Six Eyes

ACTUALITÉ > Monde

Le Japon reste préoccupé par l’activité chinoise dans la région indo-pacifique

 

Dans une interview accordée en août au Nikkei, l’ancien ministre de la défense Taro Kono a déclaré que le Japon était désireux d’étendre sa coopération avec l’alliance de renseignement Five Eyes. (Image : wikimedia / DIA / Domaine public)
 

En décembre dernier, des diplomates japonais ont fourni aux États-Unis et à la Grande-Bretagne des renseignements concernant la persécution par le Parti communiste chinois (PCC) des musulmans ouïghours dans la province du Xinjiang, a déclaré une source proche des relations américano-japonaises qui souhaitait rester confidentielle, selon Kyodo News.

La source a déclaré que les États-Unis ont augmenté la pression sur le régime communiste chinois après avoir reçu les renseignements.

Dans une interview accordée en août au Nikkei, l’ancien ministre de la défense Taro Kono a déclaré que le Japon était désireux de rejoindre la coopération Five Eyes : « Ces pays partagent les mêmes valeurs... Le Japon peut se rapprocher (de l’alliance) même si elle prend le nom de " Six Eyes "».

L’article rapportait que certains membres de l’alliance, qui comprend les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, cherchaient à coopérer plus étroitement avec le Japon en ce qui concerne les préoccupations liées à l’expansion militaire du PCC.

« De nombreux pays pensent que la Chine essaie de changer unilatéralement le statu quo, avec la menace de la force en arrière-plan, y compris dans les mers de Chine orientale et méridionale, le long de la frontière sino indienne et à Hong Kong », a déclaré Taro Kono, qui était encore ministre de la Défense au moment de l’interview.

« Le consensus au sein de la communauté internationale est qu’il faut lui faire payer un prix élevé ».

Taro Kono a déclaré que pour le Japon, une adhésion de facto à Five Eyes, plutôt qu’une adhésion formelle, serait suffisante. « Nous allons juste apporter notre chaise à leur table et leur dire de nous compter parmi eux », a-t-il affirmé.

 

Si le Japon adhère à l’alliance UKUSA (Five Eyes), cet accord pourrait prendre le nom de « Six Eyes ». (Image : wikimedia / Baba 496 / CC BY-SA 4.0)
Si le Japon adhère à l’alliance UKUSA (Five Eyes), cet accord pourrait prendre le nom de Six Eyes. (Image : wikimedia / Baba 496 / CC BY-SA 4.0)
 

Taro Kono s’est vu confier un nouveau rôle de Ministre de la Réforme administrative et réglementaire dans l’administration du Premier ministre Yoshihide Suga, après que Shinzo Abe ait démissionné de son poste de Premier ministre en septembre 2020, pour des raisons de santé.

Le centre d’études stratégiques et internationales des États-Unis a salué l’arrivée du Japon au sein de Five Eyes« Bien que le Japon bénéficie d’un niveau élevé de coopération avec les pays du Five Eyes, l’argument pour que le Japon devienne officiellement le " sixième œil " s’est renforcé face aux capacités militaires et cybernétiques croissantes de la Chine », a-t-il déclaré.

Une série d’e-mails obtenus par Rebel News dans le cadre d’une demande d’accès à l’information fournie par un autre membre de Five Eyes, le gouvernement canadien, début décembre, a révélé que Human Rights Watch avait signalé une « application pour smartphone » que les autorités utilisent au Xinjiang pour collecter un « vaste éventail d’informations personnelles (y compris la localisation, la religion, les finances, les données biométriques, si une personne utilise WhatsApp, et signale les gens comme "suspects") ».

L’ambassade canadienne à Pékin « avait vu que cette application était utilisée aux postes de contrôle de la police du Xinjiang », selon les propres courriels du gouvernement canadien.

Le 4 décembre, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a imposé des restrictions de visa aux responsables du PCC qui se sont engagés dans des « activités d’influence coercitives », destinées à diffuser l’idéologie marxiste-léniniste par le biais du département du travail du Front uni du Parti.

« Le Front uni intimide fréquemment les membres des universités, des entreprises, des groupes de la société civile et des communautés de la diaspora chinoise, y compris les membres des communautés ethniques et religieuses minoritaires qui s’expriment contre d’horribles violations des droits de l’homme », comme celles commises au Xinjiang, au Tibet, et dans la persécution du Falun Gong.

« Ces activités malveillantes ont pour but de coopter et de contraindre les dirigeants infranationaux, les communautés chinoises d’outre-mer, les universités et d’autres groupes de la société civile, tant aux États-Unis que dans d’autres pays, afin de faire avancer les discours autoritaires et les préférences politiques du PCC ».

Le 21 décembre, le Département d’État a introduit des restrictions supplémentaires en matière de visas pour les fonctionnaires du PCC soupçonnés d’être responsables, entre autres, de la persécution de pratiquants de disciplines spirituelles, de dissidents, de journalistes ou de manifestants pacifiques, ou d’y avoir participé.

Les restrictions supplémentaires visent notamment les membres des familles des fonctionnaires du Parti impliqués dans ces crimes contre l’humanité.

Le PCC teste l’équipe de Joe Biden

Le PCC semble, en partie, avoir riposté à cela en imposant des sanctions de visite pour une vaste liste de fonctionnaires américains de l’administration de Donald Trump, juste après l’inauguration de Joe Biden. Le magazine Foreign Policy a interprété que cette action pourrait avoir été menée pour mesurer la réaction de la nouvelle administration. Le camp Joe Biden n’a pas tardé à condamner l’action de Pékin et à surveiller les agissements du PCC.

La porte-parole du Conseil de sécurité nationale de Joe Biden, Emily Horne, a exposé les motivations de Pékin dans une déclaration à Reuters : « Imposer ces sanctions le jour de l’inauguration est apparemment une tentative de jouer sur les divisions partisanes. » Emily Horne a également déclaré : « Les Américains des deux parties devraient dénoncer cette démarche improductive et cynique. Le président Joe Biden est impatient de travailler avec les dirigeants des deux parties afin de positionner l’Amérique pour surpasser la Chine ».

Tony Blinken, allié du Japon

Le secrétaire d’État de Joe Biden, Tony Blinken, a déclaré lors de son audition de confirmation au Sénat qu’il partageait l’accusation de génocide portée par Mike Pompeo en ce qui concerne le traitement par le PCC des Ouïghours du Xinjiang.

« Nous devrions nous assurer que nous n’importons pas de produits fabriqués avec du travail forcé provenant du Xinjiang ... nous devons nous assurer que nous n’exportons pas non plus des technologies et des outils qui pourraient être utilisés pour renforcer leur répression », a déclaré Tony Blinken, en soulignant que cela pourrait être le point de départ.

Selon Kyodo News, le ministre japonais des affaires étrangères Toshimitsu Motegi, a déclaré le 24 janvier qu’il prévoyait de se rendre aux États-Unis vers la mi-février pour rencontrer son homologue diplomatique, le secrétaire d’Etat Tony Blinken.

Kyodo News suppose que les sujets de discussion seront centrés sur l’actualité brûlante concernant « la montée en puissance militaire de la Chine et le développement nucléaire de la Corée du Nord ». Toshimitsu Motegi a déclaré que Tony Blinken avait choisi de contacter le Japon juste après son premier appel avec le Canada. « C’est la preuve que l’administration Joe Biden et le secrétaire d’État Tony Blinken apprécient l’importance de l’alliance nippo-américaine et s’engagent dans la région indo-pacifique », a-t-il déclaré aux journalistes.

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : De Facto ‘Sixth Eye’: Japan Provides Intel on China, Indo-Pacific Assistance Spanning 2 Administrations