Press "Enter" to skip to content

Monde. Le Japon prolonge l’état d’urgence sanitaire

ACTUALITÉ > Monde

Le Premier ministre japonais a annoncé ce lundi 4 mai la prolongation de létat durgence sanitaire dans tout le pays jusquau 31 mai

Le gouvernement japonais a annoncé l’état d’urgence afin de garantir le contrôle de l’épidémie de coronavirus.(Image : Chairman of the Joint Chiefs of Staff / flickr / CC BY 2.0) 
 

Le gouvernement japonais a annoncé l’état d’urgence afin de garantir le contrôle de l’épidémie de coronavirus. Certaines préfectures étaient déjà en état d’urgence lors de cette annonce, mais cette mesure est désormais applicable à l’échelle nationale. Le Japon a signalé le 27 Avril 2020, plus de 13 000 cas d’infections, avec un bilan de près de 350 décès à cette date.

Motif de la déclaration d’urgence

« J’ai décidé d’étendre l’état d’urgence à toutes les préfectures pour freiner les infections dans chaque zone respective et surtout pour limiter au maximum les mouvements de population à l’approche des vacances de la Golden week (Semaine en or, du 29 avril au 6 mai). Pour mettre fin à la situation d’urgence d’ici le 6 mai, il est impératif pour les gens de réduire leurs contacts avec les autres d’au moins 70 % et jusqu’à 80 % », a déclaré le Premier ministre Shinzo Abe, selon un rapport de Kyodo News.

La déclaration d’urgence donnera aux préfectures des pouvoirs accrus leur permettant de prendre les mesures nécessaires pour lutter contre la propagation de COVID-19. Cela inclut des mesures telles que la fermeture d’entreprises ou d’écoles. Les gouverneurs des préfectures auront également le pouvoir d’exproprier des bâtiments et des terrains privés pour mettre en place des installations de soins médicaux. Ils peuvent réquisitionner la nourriture et les fournitures médicales nécessaires auprès d’entreprises refusant d’en vendre et punir ceux qui profitent de la situation pour se faire de l’argent.

La déclaration d’urgence donnera aux préfectures des pouvoirs accrus leur permettant de prendre les mesures nécessaires pour lutter contre la propagation de COVID-19. (Image : Capture d’écran / YouTube)
La déclaration d’urgence donnera aux préfectures des pouvoirs accrus leur permettant de prendre les mesures nécessaires pour lutter contre la propagation de COVID-19. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Le système de santé du pays est soumis à un énorme stress, avec un nombre important de patients continuellement admis dans les unités de soins. Les experts alertent que les installations médicales d’urgence de Tokyo pourraient s’effondrer. Le manque d’équipements de protection individuelle (EPI) est un fléau pour le personnel de santé. Le maire d’Osaka a appelé les gens à faire don de leurs imperméables pour qu’ils soient réutilisés comme EPI. Le gouvernement japonais a également annoncé qu’il enverrait par courrier deux masques en tissu à chaque foyer, un geste qui coûtera au pays environ 46 milliards de yens (428 millions de dollars US).

Alors que les cas d’infections au coronavirus ne cessent d’augmenter au Japon, les critiques à l’encontre de Shinzō Abe et de sa politique se multiplient. Certains disent qu’il a déclaré l’état d’urgence trop tard. Un clip vidéo montrant le premier ministre se relaxant avec son chien sur un canapé s’est propagé de manière virale, mettant en colère certaines personnes, même si le message visait à souligner l’importance du confinement.

Les médias japonais ont cité des sources anonymes affirmant que le nombre de décès causés par le virus pourrait atteindre les 400 000 si des mesures d’atténuation appropriées n’étaient pas mises en œuvre. Près de 850 000 personnes nécessiteraient des ventilateurs. De ce fait, le gouvernement conseille aux gens de suivre strictement les mesures d’isolement et d’éventuelles autres mesures. Un législateur de l’opposition a été contraint de démissionner après s’être rendu dans un bar, malgré l’appel du gouvernement à rester chez soi.

Les médias japonais ont cité des sources anonymes affirmant que le nombre de décès causés par le virus pourrait atteindre les 400 000, si des mesures d’atténuation appropriées n’étaient pas mises en œuvre. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Les médias japonais ont cité des sources anonymes affirmant que le nombre de décès causés par le virus pourrait atteindre les 400 000, si des mesures d’atténuation appropriées n’étaient pas mises en œuvre. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

L’administration japonaise avait décidé au départ de verser 300 000 yens (2 784 dollars US) aux ménages dont les revenus ont diminué en raison de l’épidémie de COVID-19. Cependant, les fonctionnaires ont abandonné cette proposition et ont révélé un nouveau plan selon lequel 100 000 yens (928 dollars US) seront versés à chaque citoyen japonais. Le Fonds monétaire international (FMI) prévoit que l’économie du pays va se contracter de 5,2 % cette année. Il a conseillé à Tokyo d’augmenter les dépenses fiscales pour limiter les effets économiques négatifs du coronavirus.

Mauvaises nouvelles pour la Chine

Entre-temps, la décision du Japon d’aider les entreprises japonaises à tranférer leurs activités de fabrication hors de Chine a déclenché un énorme débat parmi les Chinois. Beaucoup craignent maintenant que la décision du Japon n’encourage d’autres nations à délocaliser également leurs activités hors de Chine, ce qui, à grande échelle, provoquerait d’énormes bouleversements économiques et politiques dans le pays.

Le Japon a été gravement touché par la fermeture des usines chinoises. L’industrie automobile japonaise dépend fortement de la Chine pour la fourniture de composants. Cependant, l’industrie automobile est maintenant confrontée à une réduction de son activité, ce qui a plongé de nombreuses entreprises du secteur dans une situation financière difficile.

Shinzō Abe a souligné que les gens s’inquiètent de la dépendance excessive des chaînes d’approvisionnement vis-à-vis de la Chine et cherchent à minimiser ces risques. L’administration se concentre sur la délocalisation de la production d’articles de grande valeur au Japon. Pour les autres articles, la diversification des opérations dans les pays de l’ASEAN est considérée comme viable.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.