Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Monde. Joe Biden annonce une forte hausse des droits de douane sur les importations chinoises 

ACTUALITÉ > Monde

Le 14 mai, le président américain Joe Biden a annoncé une surtaxe portant sur 18 milliards de dollars d’importations chinoises. Bien que cette mesure vise à contrer le dumping de produits pratiqué par Pékin, elle souligne également l’escalade des tensions entre les deux plus grandes économies du monde.

Les nouveaux droits de douane, qui devraient s’appliquer à toute une série de produits, dont les véhicules électriques, les batteries et les semi-conducteurs, ainsi qu’à certains produits en acier et en aluminium, s’inscrivent dans la stratégie de l’administration visant à lutter contre ce qu’elle considère comme des « pratiques commerciales déloyales » de la part des fabricants de la République populaire de Chine (RPC).

« Si la pandémie nous a appris quelque chose, c’est que nous devons disposer d’un approvisionnement sûr en produits de première nécessité chez nous », a déclaré Joe Biden, qui s’est engagé à ne pas laisser la Chine « contrôler injustement le marché » sur un large éventail d’articles.

Détails des droits de douane sur les importations chinoises

Le plan tarifaire de l’administration Biden prévoit un quadruplement du taux tarifaire pour les VE, qui passera de 25 % à 100 % cette année. Le principal fabricant chinois de VE, BYD, qui vend ses véhicules à partir de 10 000 dollars, sera fortement touché.

En outre, certains produits en acier et en aluminium verront leurs droits de douane passer de 0-7,5 % à 25 %, et les pièces de batteries passeront de 7,5 % à 25 %.

Parmi les autres augmentations notables, citons :

  • Les batteries lithium-ion pour véhicules électriques : de 7,5 % à 25 % cette année.
  • Les batteries lithium-ion pour les véhicules non électriques : de 7,5 % à 25 % d’ici 2026.
  • Certains minéraux critiques : de zéro à 25 % cette année.
  • Les cellules photovoltaïques : de 25 % à 50 % cette année.
  • Les seringues et aiguilles : de zéro à 50 % cette année.
  • Certains équipements de protection individuelle (EPI) : de 0-7,5 % à 25 % cette année.
  • Les semi-conducteurs/puces : de 25 % à 50 % d’ici 2025.
  • Le graphite naturel et les aimants permanents : de zéro à 25 % d’ici 2026.
  • Les gants médicaux et chirurgicaux en caoutchouc : de 7,5 % à 25 % d’ici 2026.

Justification de l’administration

La Maison-Blanche a présenté la hausse des droits de douane comme une réponse nécessaire aux stratégies économiques de la Chine. « La Chine utilise le même schéma que par le passé pour alimenter sa propre croissance au détriment des autres en continuant à investir malgré une capacité chinoise excédentaire et en inondant les marchés mondiaux d’exportations dont le prix est sous-évalué en raison de pratiques déloyales », a déclaré Lael Brainard, conseillère économique nationale de la Maison-Blanche.

Un haut fonctionnaire de l’administration a rejeté les inquiétudes relatives à d’éventuelles répercussions inflationnistes, soulignant que l’accent était mis sur les secteurs stratégiques dans lesquels des investissements nationaux sont en cours.

« Ces mesures n’ont pas d’impact inflationniste », a déclaré le haut fonctionnaire. « Elles visent principalement les secteurs stratégiques dans lesquels nous accumulons les investissements nationaux ». Cette position contraste avec l’approche tarifaire globale proposée par l’ancien président Donald Trump, qui a suggéré des droits de douane de 10 % sur toutes les importations.

Pékin riposte

Sans surprise, les représentants de la RPC ont rapidement condamné l’augmentation des droits de douane. Le ministère chinois des affaires étrangères a réitéré son opposition aux hausses tarifaires unilatérales, les qualifiant de violations des règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). « La Chine prendra toutes les mesures nécessaires pour sauvegarder ses droits et intérêts légitimes », a averti Wang Wenbing, porte-parole de la RPC, lors d’une réunion d’information quotidienne.

Cette décision a également suscité un débat aux États-Unis. Les critiques font valoir que les droits de douane entraînent généralement une hausse des prix à la consommation et peuvent même aller jusqu’à étouffer la croissance économique. « Les droits de douane, en général, sont une mauvaise politique économique. Je pense que l’administration devrait s’en éloigner », a déclaré Alex Durante, économiste à la Tax Foundation.

Karoline Leavitt, porte-parole de la campagne de Donald Trump, a déclaré : « Après avoir passé une grande partie de sa présidence à se battre pour défaire les politiques commerciales du président Donald Trump, l’incapacité de Joe Biden à protéger les fabricants américains revient hanter son administration ».

Un exercice d’équilibre

L’administration Biden est désormais confrontée au défi complexe de trouver un équilibre entre son engagement à réduire le coût des énergies propres et la nécessité de protéger l’industrie manufacturière américaine. Ce double objectif est évident dans l’approche sélective de l’administration en matière de droits de douane, qui vise à encourager les investissements nationaux dans des secteurs stratégiques tout en luttant contre les pratiques commerciales déloyales.

« Les efforts restrictifs de l’administration précédente n’étaient pas accompagnés d’incitations positives pour que les entreprises investissent dans des secteurs stratégiques », a déclaré un haut fonctionnaire de l’administration en soulignant la différence entre la stratégie de l’administration actuelle et celle de l’administration précédente.

« Il n’y a pas eu d’efforts diplomatiques pour que des pays partageant les mêmes règles se joignent à nous pour lutter contre les pratiques commerciales de la Chine », a ajouté le haut fonctionnaire.

La proposition de droits de douane a été présentée pour la première fois le 17 avril, alors que Joe Biden s’adressait à des travailleurs syndiqués en Pennsylvanie. S’ils sont approuvés, les droits de douane sur les importations chinoises seraient « triplés », avait-t-il indiqué à l’époque.

Lors de son discours au siège de l’United Steel Workers, Joe Biden a exprimé ses inquiétudes quant aux tactiques commerciales de la Chine, en particulier dans le secteur de l’acier. « La Chine a " triché " dans ses pratiques commerciales en matière d’acier », a déclaré le président en soulignant l’urgence avec laquelle son administration considère la nécessité d’une action corrective.

« Pendant trop longtemps, le gouvernement chinois a injecté des fonds publics dans les entreprises sidérurgiques chinoises, les poussant à produire autant d’acier que possible, subventionné par le gouvernement chinois », a déclaré Joe Biden lors de son discours. « Ces entreprises ne sont pas compétitives. Ils trichent. Ils trichent. Alors, nous avons vu les dégâts ici en Amérique. »

Rédacteur Fetty Adler
Collaborateur Jo Ann

Source : Biden Approves Hefty Tariff Hike on Chinese Imports, Sparking Economic Debate

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.