Press "Enter" to skip to content

Monde. L’Iran pourrait bientôt disposer du combustible nucléaire nécessaire à la fabrication de la bombe atomique

ACTUALITÉ > Monde

Dans un briefing spécial du 31 janvier, le Département d’État américain a averti que le régime iranien serait à quelques semaines de se procurer le combustible nucléaire nécessaire à la fabrication de la bombe atomique.

Les négociations visant au retour mutuel de Washington et Téhéran dans l’accord sur le nucléaire iranien se termineront au cours des prochaines semaines, ceci même si les deux nations ne parviennent pas à un accord. Cette mise à jour du Département d’État américain intervient suite à la reprise des pourparlers entre les États-Unis, l’Iran et d’autres puissances mondiales à Vienne.

Un haut fonctionnaire du département d’État a déclaré que, selon l’évaluation de l’administration Biden, le programme nucléaire iranien sera si avancé dans les semaines à venir que les États-Unis n’auront aucun avantage significatif, en matière de sécurité, à réintégrer l’accord nucléaire de 2015 avec Téhéran.

Le 8 mai 2018, l’ancien président américain Donald Trump a annoncé le retrait des États-Unis de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien et a appliqué des sanctions économiques pour restreindre les capacités nucléaires de la nation. Mais l’Iran a continué à enrichir de l’uranium à des niveaux de pureté élevés. Téhéran a accéléré l’installation de centrifugeuses nucléaires avancées et a également expulsé les inspecteurs nucléaires internationaux du pays.

« Nous sommes dans la dernière ligne droite car, comme nous le disons maintenant depuis un certain temps, cela ne peut pas durer éternellement à cause des avancées nucléaires de l’Iran. Ce n’est pas une prédiction. Ce n’est pas une menace. Ce n’est pas une date limite artificielle. C’est juste une exigence que nous avons transmise indirectement à l’Iran et à tous nos partenaires du*P5+1 depuis un certain temps, à savoir qu’étant donné le rythme des avancées de l’Iran, ses avancées nucléaires, il ne nous reste qu’une poignée de semaines pour conclure un accord, après quoi il ne sera malheureusement plus possible de revenir au JCPOA et de récupérer les avantages de non-prolifération que l’accord nous a procurés », a déclaré le fonctionnaire.

Des négociations tourmentées

Le fonctionnaire du Département d’État a déclaré que l’administration négocie avec l’Iran depuis 10 mois. Lors des dernières négociations à Vienne, qui étaient « parmi les plus intenses », les parties ont réduit leurs différences à des « priorités clés ». Il est maintenant temps pour l’Iran de décider s’il veut prendre les décisions nécessaires pour un « retour mutuel » à l’accord nucléaire de 2015, a-t-il indiqué.

Si l’Iran choisit d’accepter l’accord, toutes les sanctions imposées par l’administration Trump seront levées. Le régime iranien aura ainsi accès à des milliards de dollars de fonds. Si l’Iran refuse l’accord, Washington exercera davantage de pression économique et diplomatique sur la nation islamique. L’administration Biden espère que ce dernier cas ne se produira pas, selon le fonctionnaire. Pour le moment, Téhéran a refusé de négocier directement avec Washington et utilise des pays comme la Russie comme intermédiaire pour les négociations.

Mark Dubowitz, le directeur général de la Fondation pour la défense des démocraties, un groupe de réflexion de Washington, a mis en garde contre la signature d’un accord avec Téhéran.

« Tout accord nucléaire permettra à l’Iran de prendre des chemins fermes vers les armes nucléaires alors que des restrictions clés expirent et que des dizaines de milliards de dollars affluent dans les coffres du régime pour financer ses activités destructrices… Lorsque le pouvoir changera à Washington, les Républicains réimposeront à nouveau toutes les sanctions et sortiront l’Amérique de ce qu’ils considèrent comme un accord fatalement imparfait », a déclaré Mark Dubowitz au NYT.

Joe Biden doit faire face à des questions difficiles de la part des membres de son propre parti concernant l’accord sur le nucléaire iranien. Le sénateur démocrate Robert Menendez a indiqué qu’il n’avait aucune confiance dans la tentative de Washington de faire revenir l’Iran dans l’accord nucléaire.

Alors qu’il s’exprimait au Sénat le 2 février, Robert Menendez a déclaré qu’il n’avait pas encore entendu d’arguments disant si l’accord est même une « perspective réalisable ». Il a souligné que le gouvernement iranien actuel a « abandonné tous les accords précédents » et a fait savoir « absolument clairement » que les réseaux de mandataires régionaux et les missiles balistiques de la nation islamique ne sont pas négociables. « À ce stade, nous devons sérieusement nous demander ce que nous essayons de sauver exactement ? » a-t-il déclaré.

* P5+1 (États-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie, Chine et Allemagne)

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.