Press "Enter" to skip to content

Monde. Hong Kong : appel à l’aide contre la Loi de sécurité nationale

ACTUALITÉ > Monde

Yuan Gongyi, un industriel de Hong Kong âgé de 72 ans, a pris ouvertement position pour s’opposer à la loi dite de sécurité nationale promulguée contre Hong Kong par le régime du continent. (Image : Guan Xin / ET)
 

Yuan Gongyi, un industriel de Hong Kong âgé de 72 ans, a pris ouvertement position pour s’opposer à la loi dite de sécurité nationale promulguée contre Hong Kong par le régime communiste chinois. Il a maintenu une position ferme et énergique en public et dans les médias. Certains critiques doutent de ses intentions et pensent qu’il cherche simplement à faire de la publicité pour aider ses enfants à se présenter aux élections. M. Yuan ne cesse de répéter avec force à ses détracteurs qu’il prend position pour combattre et reconquérir Hong Kong et pour éliminer le Parti communiste chinois (PCC).

La Mère de Yuan Gongyi : une femme héroïque

L’authenticité des intentions de M. Yuan peut être vérifiée et jugée en retraçant son parcours familial. Sa mère a été détenue en prison par le PCC en raison de sa foi indestructible et inébranlable dans le christianisme. La Mère de M. Yuan a commencé à prêcher le christianisme à Shanghai dans les années 1950. C’est là qu’elle a été arrêtée. Elle a été sévèrement condamnée à 20 ans de prison, dont trois ans en isolement. Sa sentence était perverse. Pendant cette période, elle a été persécutée par le régime communiste et a été traitée comme une prisonnière dans le couloir de la mort. Cependant, malgré la persécution, elle ne s’est pas laissée dissuader. Elle est restée fidèle à sa foi.

Elle avait le courage de sa foi et s’est exprimée, face à face, avec le directeur de la prison. Une fois, elle lui a dit « Posez votre arme. Si vous tenez une arme à feu, de quoi allons nous parler ? Si vous avez une arme, le monde entier sera obligé de vous écouter ».

Le directeur de la prison, qui avait un grand respect pour Mme Yuan, a soupiré « Si le parti communiste avait une personne comme vous, ce serait formidable. Il vous suffit de dire : "Dieu n’existe pas", et nous vous laisserons partir immédiatement. C’est aussi simple que cela ». Cependant, Mme Yuan a tenu bon pendant 20 ans, refusant de dire « Dieu n’existe pas ». Elle a finalement été libérée de prison en 1976.

 

Mère Yuan a persisté pendant 20 ans à refuser de dire « Il n'y a pas de Dieu ». (Image : pixabay / CC0 1.0)
Mère Yuan a persisté pendant 20 ans à refuser de dire « Il n’y a pas de Dieu ». (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Comme il n’était qu’un petit garçon quand sa mère a été incarcérée par le PCC, Yuan Gongyi s’est appliqué à devenir indépendant. À l’âge de 6 ans, il était capable de prendre soin de lui-même. Il a aussi pu se rendre compte de la nature maléfique du PCC grâce à une expérience de première main.

Aujourd’hui, M. Yuan lui-même dit aux habitants de Hong Kong : « Le PCC veut contrôler votre foi, contrôler votre âme, et prendre le contrôle de votre propre esprit. » Il a souligné que la persécution des pratiquants de Falun Gong par le PCC est basée sur la même doctrine.

Lutter contre le PCC

M. Yuan a révélé que trois semaines auparavant, il avait retiré tous ses intérêts commerciaux et son portefeuille d’investissements du continent. Il a décidé de rester à Hong Kong. Il n’a pas l’intention d’émigrer à l’étranger et d’être traité comme un réfugié.

Il a affirmé avec fermeté : « Dites au PCC que je ne veux pas apporter de contribution à leur régime. J’ai envoyé des messages sur WeChat à tous mes amis sur le continent pour expliquer ma position. Si je ne fais rien en cette période critique, il n’y aura plus d’occasions ».

Il a poursuivi : « Il y a 7 millions de personnes à Hong Kong, tout le monde peut choisir d’émigrer, mais ce n’est pas ce que veulent les habitants de Hong Kong, n’est-ce pas ? Peut-être que les gens riches, s’ils ont peur, peuvent émigrer à l’étranger. Je sais que tout le monde aime vivre à Hong Kong. Les gens sont obligés de partir parce qu’ils n’ont pas le choix. De nombreux hommes d’affaires fortunés, des fonctionnaires, des directeurs d’université et même de grandes banques à financement étranger comme HSBC et Standard Chartered sont obligés d’exprimer leur soutien à la loi de sécurité nationale imposée par le Parti communiste chinois ».

 

Selon M. Yuan, même les grandes banques à financement étranger comme HSBC sont obligées d'exprimer leur soutien à la loi de sécurité nationale par le Parti communiste chinois. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Selon M. Yuan, même les grandes banques à financement étranger comme HSBC sont obligées d’exprimer leur soutien à la loi de sécurité nationale par le Parti communiste chinois. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

M. Yuan a déploré que des personnes se soient levées pour soutenir la nouvelle loi, comme des « insectes bourdonnants » qui ont été « enlevés par le PCC et il n’y a pas d’échappatoire pour eux ». Pour ceux qui défendent la loi sur la sécurité nationale, comme l’ancien chef de l’exécutif de Hong Kong, Leung Chun-Ying, « il n’y a plus rien à dire ».

M. Yuan a déclaré qu’il avait six enfants, dont quatre vivent à Hong Kong. Il ne veut pas que ses petits-enfants soient sans avenir ni foyer.

Le seul objectif est d’éliminer le Parti communiste chinois. M. Yuan a interrogé ses détracteurs : « Pourquoi devrais-je me lever et m’exprimer ? J’ai déjà 72 ans ». Aux personnes qui l’ont accusé de chercher à faire de la publicité pour aider son fils à se présenter aux élections, il a répondu que son fils et sa fille avaient leurs propres opinions sur ce qu’il faisait, mais qu’il insisterait pour dire la vérité.

M. Yuan a déclaré que certaines personnes, après avoir écouté son discours, se sentaient mieux ou réconfortées. Toutefois, il a souligné que sa responsabilité n’est pas de réconforter les habitants de Hong Kong. Il a un objectif plus clair. Toutes ses forces seront concentrées sur l’élimination du Parti communiste chinois.

Il a de nouveau souligné que tout le monde devrait s’exprimer pour condamner le PCC. « Aujourd’hui, des dizaines de milliers de familles ont été détruites par le PCC. Si personne ne veut s’exprimer, alors je dois dire quelque chose, non ?  Moi, au moins, je m’exprime, en premier pour représenter ma propre famille ».

Faire alliance avec le Royaume-Uni et les États-Unis pour sauver Hong Kong

M. Yuan pense que la loi de sécurité nationale a été instaurée par le PCC dans le but de faire de Hong Kong « un pays, un système » et que c’est ce qui a amené les Etats-Unis à imposer des sanctions contre le PCC. M. Yuan a également souligné que c’est une occasion unique de défendre Hong Kong. Il a donc décidé de prendre l’initiative de sauver Hong Kong avec l’aide du Royaume-Uni et des États-Unis.

M. Yuan a écrit une lettre ouverte au président américain Donald Trump pour sauver les jeunes de Hong Kong. Dans cette lettre, M. Yuan déplore que la lutte pour la démocratie ait un prix élevé. Trop de jeunes de Hong Kong ont été arrêtés, maltraités, violés et assassinés. Dans le même temps, on soupçonne que de nombreux enfants ont été enlevés, envoyés secrètement sur le continent et détenus dans des camps de concentration. Il n’y a pas eu de nouvelles d’eux depuis lors.

 

Certains jeunes de Hong Kong paient un prix élevé dans la lutte pour la démocratie. (Image : Studio Incendo / flickr / CC BY 2.0)
Certains jeunes de Hong Kong paient un prix élevé dans la lutte pour la démocratie. (Image : Studio Incendo / flickr / CC BY 2.0
 

M. Yuan a appelé les États-Unis à aider Hong Kong à résister au PCC. « Si nous attendons plus longtemps, il y aura un autre holocauste. Le Parti communiste chinois ne s’arrêtera jamais tant qu’il ne contrôlera pas le monde entier. Si nous n’arrêtons pas le PCC maintenant, il sera trop tard ».

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Stand Up and Speak Out: Help Hong Kong Eliminate the CCP