Press "Enter" to skip to content

Monde. Le gouvernement iranien met en place un système numérique de rationnement alimentaire

ACTUALITÉ > Monde

L’Iran est le premier pays au monde à donner le coup d’envoi d’un système de rationnement alimentaire pour les denrées de base, basé sur un système d’authentification d’identité numérique.

« Là où les passeports vaccinaux ont échoué, les passeports alimentaires seront désormais acceptés avec empressement par les personnes affamées qui ne peuvent pas se permettre l’inflation rapide des prix des aliments », a déclaré le blogueur indépendant Christian Westbrook sur sa chaîne Ice Age Farmer.

Le mois dernier, le président iranien Ebrahim Raisi a annoncé que le gouvernement allait introduire un système de coupons numériques permettant aux gens d’acheter une quantité minimale de pain à des prix subventionnés.

Le surplus ne sera disponible qu’au prix du marché

« Aujourd’hui, les subventions sont gaspillées et les gens sont témoins de la corruption et de la discrimination à cet égard. Comment pouvons-nous laisser cela continuer ? » a déclaré Ebrahim Raisi, selon le Financial Times.

« Le peuple et l’élite nous exhortent à réformer l’économie et nous sommes déterminés à le faire », a-t-il ajouté.

Toutefois, le rationnement sera effectué de façon numérique à l’aide d’un système d’identification biométrique, qui pourrait théoriquement être lié à un système de crédit social, comprenant l’empreinte carbone du consommateur, son statut vaccinal et sa conformité politique.

Le plan entrera en vigueur dans un délai de deux mois, d’abord en ce qui concerne le pain, puis pour les autres aliments essentiels à base de farine, et enfin pour tous les produits de première nécessité tels que l’huile, la viande, les produits laitiers, etc.

Des émeutes dans tout le pays

Avec un taux d’inflation de près de 40 % et près de la moitié de la population de 82 millions d’habitants vivant sous le seuil de pauvreté, la plupart des Iraniens dépendent des denrées alimentaires de base subventionnées par l’État, comme le pain.

L’Iran dépend de la Russie et de l’Ukraine pour environ 30 % de son blé, mais en raison du conflit militaire entre les deux pays, ces importations ont été bloquées, selon un rapport du Financial Times.

Le gouvernement ayant réduit les subventions sur le blé importé, les prix des produits alimentaires à base de blé ont augmenté dans certains cas jusqu’à 300 %, ce qui a provoqué des émeutes de la faim dans tout le pays le mois dernier, selon Reuters.

En réponse à ces émeutes, le gouvernement a coupé l’Internet dans de nombreuses régions du sud, où les protestations étaient les plus frénétiques, rendant plus difficile l’organisation des manifestants.

Plus tard, lorsque le mouvement de protestation a gagné le reste du pays, l’interdiction a été étendue à l’ensemble de la nation, bien que de manière échelonnée. Les entreprises, les banques et les administrations publiques ont néanmoins été autorisées à poursuivre leurs activités.

Par accident ou à dessein

Dans le cadre de son émission, Ice Age Farmer a également fait allusion au programme de la Fondation Rockefeller visant à « réinitialiser la table » et à « améliorer le système alimentaire ».

Sur son site Web, la fondation exhorte depuis des années les gouvernements à s’orienter davantage vers une « véritable comptabilité analytique », incluant « son impact sur la santé humaine, l’environnement et les inégalités sociales et économiques ».

Bien que les suggestions du groupe de réflexion Rockefeller puissent sembler équitables et sans préjudice, de nombreux opposants craignent que le gouvernement n’aille trop loin. Ces mesures pourraient obliger les gens à payer pour les dommages qu’ils ont causés à l’environnement, par exemple en mangeant un hamburger ou tout autre type d’aliment, en utilisant une voiture ou un appareil de chauffage.

Tout comme en témoigne le média chrétien Wine Press News, certains soupçonnent qu’il ne s’agit là que d’une autre manière subtile d’imposer des frais et des taxes distribués de manière aléatoire, contraires au système d’autorégulation du marché libre.

Les gouvernements et les institutions tenteraient ainsi d’exercer un contrôle encore plus grand sur leurs citoyens, les rendant totalement dépendants.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.