Press "Enter" to skip to content

Monde. États-Unis : un jeune homme injustement emprisonné à cause de la technologie de reconnaissance faciale

ACTUALITÉ > Monde

Il est connu que la technologie de reconnaissance faciale permet à la police de comparer le visage d’un suspect avec des portraits photos, des permis de conduire ou encore des selfies provenant des réseaux sociaux.

Cependant, récemment, le bureau du shérif du comté de Jefferson Parish en Louisiane, aux États-Unis, a commis l’erreur d’inculper le mauvais suspect en utilisant la technologie de reconnaissance faciale. Ce qui a valu à ce dernier de passer près d’une semaine en prison.

La police avait utilisé la technologie de reconnaissance faciale

Plus précisément, la police a arrêté Randall Reid,28 ans, dans le comté de DeKalb, en Géorgie, le 25 décembre pour vol qualifié. Il a été identifié comme le coupable d’un vol de bijoux précieux chez un prêteur sur gages de la banlieue de Metairie, en Louisiane, en juin. Au cours du braquage, des bijoux Chanel et Louis Vuitton avaient été volés pour une valeur d’environ 10 000. USD, environ 9 377,50 euros.

La police de Bâton Rouge a déclaré avoir utilisé la technologie de reconnaissance faciale du bureau du shérif de Jefferson Parish et identifier Randall Reid comme l’un des trois auteurs du vol, puis avoir lancé un avis de recherche peu après. La police a arrêté Randall Reid le 25 décembre, alors qu’il se rendait dans le comté de Dekalb, en Géorgie, pour célébrer les fêtes avec sa mère.

Cependant, l’avocat Tommy Calogero représentant Randall Reid a déclaré que la police avait accusé son client à tort. D’autant que le visage du coupable apparaissant dans la vidéo présente de nombreuses différences par rapport à celui de Randall Reid. Plus précisément, le visage a un grain de beauté et il est, à l’évidence, plus fin que celui de la photo. La police du comté de Jefferson Parish a donc rapidement retiré le mandat d’arrêt.

« Ils ont dit que j’étais recherché à Jefferson Parish mais je ne savais même pas où se trouvait Jefferson Parish », a déclaré Randall Reid. Il a ajouté qu’il n’avait jamais été en Louisiane donc il n’y avait aucune possibilité d’y voler quoi que ce soit.

Des inquiétudes quant à l’utilisation de la reconnaissance faciale

Randall Reid a été enfermé à la prison du comté de DeKalb, car il était soupçonné de vouloir quitter l’Etat, mais il a été libéré le 1er janvier. En prison, Randall Reid craignait de perdre son emploi et d’être condamné pour un crime avec lequel il n’avait rien à voir. « Je n’ai pas mangé, je n’ai pas dormi, je n’arrêtais pas de penser à cette sanction. Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait », a-t-il déclaré.

Selon l’avocat Tommy Calogero, le shérif du comté de Jefferson Parish a tacitement reconnu son erreur en retirant le mandat d’arrêt. « Je pense qu’ils ont compris que l’arrestation de criminels sur la base de la technologie de reconnaissance faciale est très risquée », a déclaré l’avocat.

Tommy Calogero estime que la police aurait dû vérifier le poids et la taille de son client avant de l’arrêter et de fouiller son domicile à la recherche de preuves. « Il y a 300 millions de personnes qui vivent dans ce pays, donc il existe forcément une autre personne plus ou moins ressemblante » a déclaré l’avocat.

L’étrange cas de Randall Reid a soulevé de nombreuses inquiétudes quant à l’utilisation de la technologie d’identification dans l’État de Louisiane en particulier et dans d’autres régions des États-Unis en général. Jusqu’à présent, cette technologie a toujours été critiquée parce qu’elle peut être utilisée pour traquer et affecter la vie privée des gens.

Rédacteur Yasmine Dif

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.