Press "Enter" to skip to content

Monde. Australie : les comptes de médias sociaux anonymes publiant des commentaires diffamatoires feront l’objet d’un examen minutieux

ACTUALITÉ > Monde

L’Australie réfléchit à l’introduction d’une nouvelle loi visant à mettre fin aux commentaires diffamatoires publiés sur les réseaux sociaux par des comptes anonymes. La législation proposée exigera des réseaux de médias sociaux qu’ils fournissent des détails sur ces comptes.

Le gouvernement envisage de mettre en place un système de plainte. Si un utilisateur a le sentiment d’être victime d’intimidation, d’attaque ou de diffamation sur les réseaux sociaux, il peut demander à la plate-forme de supprimer le contenu offensant. Si le réseau ne se conforme pas à la demande, un tribunal peut contraindre l’entreprise à fournir des détails concernant le compte.

« Le monde en ligne ne devrait pas être un Far West où les robots, les fanatiques, les trolls et autres circulent anonymement et peuvent nuire aux gens… Ceci ne peut pas arriver dans le monde réel, et ne devrait en aucun cas se produire dans le monde numérique », a déclaré le Premier ministre australien Scott Morrison lors d’une conférence de presse. Il a insisté sur le fait que les entreprises numériques, qui ont créé l’espace des médias sociaux, doivent le rendre sûr. Si elles ne le font pas, « nous les fabriquerons » via de telles lois, a-t-il déclaré.

Le Premier ministre australien a souligné qu’il est dans l’intérêt des sociétés de médias sociaux de faire en sorte de divulguer à qui appartient un compte particulier. Si elles ne le font pas, ces plateformes pourraient devoir faire face à de nombreux procès. En se conformant à la loi et en fournissant des informations sur les comptes anonymes, elles peuvent utiliser l’argument d’être simplement un éditeur de commentaires. Les plateformes devraient révéler le numéro de téléphone portable et l’adresse e-mail des utilisateurs anonymes.

« Ce sont de nouvelles lois strictes, inédites au monde, qui donneront aux tribunaux australiens le pouvoir d’ordonner aux géants des médias sociaux d’identifier les auteurs ou de risquer d’encourir de lourdes indemnités pour diffamation », a déclaré au Wall Street Journal, Michael Miller, président exécutif de News Corp Australia.

La loi contre les comptes anonymes fait suite à la décision d’un tribunal australien de rendre les sociétés de médias responsables des commentaires publiés par les utilisateurs sur leurs pages Facebook. La décision, rendue par la Haute Cour australienne en septembre, faisait partie d’une affaire où un plaignant avait fait l’objet de commentaires diffamatoires sur les pages Facebook de sociétés de médias.

« Les actes (des sociétés de médias) visant à faciliter, encourager et ainsi aider la publication de commentaires par les utilisateurs tiers de Facebook en ont fait des éditeurs de ces commentaires », a déclaré le juge Rothman. Cependant, le tribunal n’a pas statué sur la responsabilité de Facebook dans de telles circonstances, la plate-forme n’ayant pas été poursuivie. Le jugement a forcé les gouvernements des États et territoires du pays à réécrire leurs lois sur la diffamation. CNN a quitté Facebook en Australie après la décision de justice.

Le mois dernier, Scott Morrison a qualifié les médias sociaux de « palais des lâches ». Il a insisté sur le fait que les plateformes comme Facebook doivent être tenues responsables des messages diffamatoires publiés par des comptes anonymes.

« Les lâches qui se rendent anonymement sur les réseaux sociaux et diffament les gens, les harcèlent, les intimident et se livrent à des déclarations diffamatoires, ils doivent être responsables de ce qu’ils disent… Les réseaux sociaux sont devenus un palais des lâches où les gens peuvent simplement y aller, ne pas dire qui ils sont, détruire la vie des gens et dire les choses les plus grossières et offensantes aux gens, et le faire en toute impunité », a-t-il expliqué.

Les critiques craignent que la loi proposée ne finisse par violer le droit à la vie privée. Le droit de garder l’anonymat est essentiel pour les groupes vulnérables.

Par exemple, un Ouïghour vivant en Australie peut utiliser un compte anonyme pour critiquer le PCC dans un reportage médiatique sur la persécution de la communauté. Mais en vertu de la nouvelle loi, les groupes pro-PCC peuvent qualifier de tels commentaires de diffamatoires et forcer Facebook à révéler des détails sur le compte. De plus, certains experts en sécurité expliquent que la plupart des commentaires cruels ou diffamatoires émis en ligne proviennent souvent de comptes réels.

« Une barre haute pour prouver la nécessité, la sécurité et l’efficacité devrait être requise avant que le gouvernement ne demande aux Australiens d’accepter une mesure que presque aucun autre pays n’a imposée », a déclaré au réseau de sites web ZDNet, Elise Thomas, analyste du renseignement open source à l’Institute for Strategic Dialogue.

La consultation sur la législation contre les comptes de médias sociaux anonymes commencera bientôt. Le Premier ministre australien pense que la loi pourrait être présentée au Parlement l’année prochaine. La constitution de l’Australie ne garantit pas la liberté d’expression comme le fait le Premier amendement de la Constitution des États-Unis. En conséquence, la loi du pays sur la diffamation est perçue comme trop favorable aux plaignants. Ces cas sont plus facilement gagnés en Australie que dans d’autres pays.

Rédacteur Nello Tinazzo

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.