Press "Enter" to skip to content

Chine. Xi Jinping resserre son emprise sur les forces de police chinoises à l’approche du 20ème Congrès du Parti

ACTUALITÉ > Chine

À l’approche du 20ème Congrès du Parti, Xi Jinping semble resserrer son emprise sur les forces de police chinoises. Le 24 juin, le site officiel de l’Assemblée populaire nationale de Chine a annoncé la nomination de Wang Xiaohong, un allié de Xi Jinping, au poste de ministre de la Sécurité publique.

Le lendemain, Wang Xiaohong a dévoilé la mise en place d’une campagne visant à mettre son empreinte sur les questions de sécurité publique.

Selon les médias chinois, la campagne dite des « Cent jours d’action » vise à lutter contre les « violations et les crimes importants » et à « résoudre les divers problèmes de sécurité » afin d’« accueillir victorieusement le 20ème Congrès du Parti », à la fin de l’année. Le ministère de la Sécurité publique a ensuite annoncé que la campagne avait donné lieu à 42 000 affaires et à l’arrestation de 72 000 suspects au 17 juillet.

Une quinzaine de jours plus tard, les autorités du Parti communiste chinois (PCC) ont pris des mesures pour inculper officiellement deux vice-ministres de la sécurité publique, précédemment limogés. Le 8 juillet, Sun Lijun a plaidé coupable d’avoir accepté des pots-de-vin, manipulé le marché des valeurs mobilières et possédé illégalement des armes à feu devant le tribunal populaire intermédiaire de Changchun, dans la province de Jilin. Le 11 juillet, les procureurs de Changchun ont annoncé que Fu Zhenghua serait accusé d’avoir accepté des pots-de-vin et d’avoir aidé des criminels.

Xi Jinping resserre son emprise sur les forces de police chinoises à l’approche du 20ème Congrès du Parti
Fu Zhenghua, ancien haut responsable de la sécurité chinoise licencié sous Xi Jinping. (Image : Capture d’écran / YouTube)

Les récentes mesures prises par les dirigeants de Xi Jinping à l’encontre des éléments dévoyés du système de sécurité publique, (connues sous le nom de « manche de couteau », et le remaniement des fonctionnaires dans les rangs des dirigeants semblent viser à renforcer la sécurité du régime et à minimiser les risques politiques avant d’importants conclaves politiques.

Les mesures prises par Pékin révèlent également que Xi Jinping maîtrise le « manche du couteau » du Parti, après avoir passé une décennie à le soustraire à l’influence de la faction de Jiang Zemin.

Personnel et contrôle

De nombreux observateurs de la Chine pensent que Xi Jinping a un contrôle total sur les différents organes et appareils du gouvernement de la RPC en raison de sa position de leader au sein du Parti et de l’État. C’est vrai sur le papier, mais c’est moins vrai dans la pratique. Les organes et les appareils ont plutôt tendance à agir en fonction des intérêts du patron politique qui a supervisé la nomination du personnel clé.

Le système de sécurité publique a été largement influencé par la faction Jiang Zemin au cours du premier mandat de Xi Jinping. La plupart des cadres dirigeants, y compris le ministre de la sécurité publique de l’époque, Guo Shengkun, étaient membres de la faction Jiang Zemin ou devaient leur carrière à la faction Jiang Zemin, qui a dominé la politique chinoise depuis la mort du leader suprême Deng Xiaoping en 1997 jusqu’à l’ascension de Xi Jinping en 2012.

Xi Jinping a progressivement éliminé les responsables de la faction Jiang Zemin du système de sécurité publique par le biais de la campagne anticorruption et de remaniements du personnel. Lors du 19ème Congrès du Parti, Xi Jinping a réussi à installer son allié politique, Zhao Kezhi, au poste de ministre de la sécurité publique.

La nomination de Zhao Kezhi n’a toutefois pas mis fin à la lutte de Xi Jinping pour consolider son contrôle sur le système de sécurité publique. Zhao Kezhi n’avait pas d’expérience préalable en matière de sécurité publique avant d’accepter ce poste, ce qui restreignait sa capacité à nettoyer correctement le système de sécurité publique.

En juin dernier, des témoins ont révélé ce qui semblait être une collusion entre les triades locales et les forces de sécurité publique de la ville de Tangshan, lors de l’agression très médiatisée de quatre femmes par des gangsters, dans un restaurant de barbecue local. Par la suite, un chef adjoint de la police locale a été limogé et cinq responsables de la sécurité publique ont fait l’objet d’une enquête. Le Hebei, la province qui entoure Pékin et où se trouve Tangshan, a été un bastion de la faction Jiang Zemin pendant de nombreuses années.

La décision de Xi Jinping de nommer Wang Xiaohong au poste de ministre de la sécurité publique, a probablement pour but de nettoyer le Parti des factions rivales.

Xi Jinping resserre son emprise sur les forces de police chinoises à l’approche du 20ème Congrès du Parti
La décision de Xi Jinping de nommer Wang Xiaohong au poste de ministre de la sécurité publique, a probablement pour but de nettoyer le Parti des factions rivales. (Image : Capture d’écran / YouTube)

En tant que fonctionnaire de police, Wang Xiaohong connaît bien le système de sécurité publique et ses opérations, ce qui lui permettra de superviser un travail de « rectification » plus approfondi. Par ailleurs, l’expérience de Wang Xiaohong en matière de sécurité et en tant que chef du Bureau des services spéciaux du ministère de la Sécurité publique, donne à Xi Jinping une longueur d’avance quant à la surveillance des ennemis politiques et la maîtrise d’éventuelles mobilisations de challengers contre son leadership.

Xi Jinping a également procédé à d’autres changements de personnel clés au cours de son second mandat. L’équipe dirigeante du ministère de la Sécurité publique, constituée de huit membres, a été remaniée depuis le 19ème Congrès du Parti. Deux des cinq vice-ministres de la sécurité publique étaient des subordonnés de Wang Xiaohong lorsqu’ils étaient en poste au bureau municipal de la sécurité publique de Pékin. Dans les provinces, quatre des 29 chefs actuels du bureau de la sécurité publique étaient d’anciens adjoints de Wang Xiaohong, notamment Heng Xiaofan à Tianjin, Li Yaoguang à Jiangsu, Wang Zhizhong à Guangdong et Qi Yanjun à la municipalité de Pékin.

Sous la direction de Xi Jinping, les 31 chefs de la sécurité publique provinciale ont été remplacés depuis le 19ème Congrès du Parti en 2017 : postes vacants (Mongolie intérieure et Hebei), fonctionnaires (Shandong et Ningxia) ou proches de l’âge de la retraite (Jiangxi, Yunnan, Hainan, Jilin), normes de rotation (Sichuan et Tibet). Cela signifie que la direction de Xi Jinping pourrait nommer 10 autres nouveaux chefs de la sécurité publique provinciale avant le 20ème Congrès du Parti.

Mise en garde des rivaux

L’inculpation des anciens vice-ministres de la sécurité publique, Sun Lijun et Fu Zhenghua, intervient juste avant la réunion de Beidaihe, un rassemblement informel des dirigeants actuels et d’anciens du Parti à la retraite, qui se tient chaque année dans cette station balnéaire de la province du Hebei, de mi-juillet à mi-août.

La direction de Xi Jinping a probablement procédé à ces inculpations afin de mettre en garde la faction Jiang Zemin et ses autres rivaux politiques et de les décourager d’avoir des « discussions inappropriées sur le centre du Parti » à Beidaihe.

Xi Jinping resserre son emprise sur les forces de police chinoises à l’approche du 20ème Congrès du Parti
18ème Congrès du Parti en 2018 : le futur président chinois Xi Jinping aux côtés du secrétaire général du Parti ,Hu Jintao, et de l’ancien secrétaire général Jiang Zeming. (Image : Capture d’écran / YouTube)

Il convient toutefois de noter que ni Sun Lijun ni Fu Zhenghua n’ont été formellement inculpés des crimes politiques que les autorités avaient précédemment retenus contre eux en annonçant leur expulsion du Parti et de leurs postes.

Sun Lijun a été accusé d’avoir « collaboré avec des cliques et des factions au sein du Parti, formé des gangs et des factions, cultivé des partisans personnels, formé des groupes d’intérêt, contrôlé des départements vitaux avec des gangs, gravement porté atteinte à l’unité du Parti et mis en danger la sécurité politique ».

Quant à Fu Zhenghua, il est accusé d’avoir « participé au gang politique de Sun Lijun, formé des bandes, des factions, et des groupes d’intérêt », « escroqué et trompé le Parti central sur des questions majeures, mettant en danger la centralisation et l’unité du Parti », et d’avoir « entretenu des amitiés durables avec de nombreux " menteurs politiques " ».

Il y a trois raisons probables pour lesquelles le leadership de Xi Jinping a « abandonné » les accusations politiques contre Sun Lijun et Fu Zhenghua.

Premièrement, le PCC a généralement évité d’inculper officiellement des fonctionnaires pour des crimes politiques depuis la chute de la « Bande des quatre », afin de préserver la légitimité du Parti et sa position au sein du peuple chinois.

Deuxièmement, la poursuite ouverte et la mise en cause des « gangs politiques » au sein du régime provoqueraient grandement les ennemis de Xi Jinping et provoqueraient une panique indésirable au sein de la base du Parti. Les cadres, craignant une purge des « groupes anti-Parti » comme à l’époque de Mao Zedong, pourraient même faire preuve de prudence et lancer un coup d’État pour éviter d’être arrêtés.

Troisièmement, Xi Jinping pourrait laisser une marge de manœuvre pour établir un « consensus » avec ses principaux rivaux sur la prolongation de son mandat et les nominations de personnel clé lors du 20ème Congrès du Parti.

Maintenir la stabilité

Le PCC, un régime totalitaire qui gouverne par la répression, a toujours dû tenir fermement son « manche de couteau » pour maintenir la population chinoise sous contrôle et le Parti au pouvoir. Sans son système brutal de sécurité publique, le PCC aurait eu du mal à surmonter les diverses crises survenues au cours de ses 70 ans de règne, et à « maintenir la stabilité ».

Xi Jinping resserre son emprise sur les forces de police chinoises à l’approche du 20ème Congrès du Parti
La Chine a entraîné sa police armée dans des conditions de combat extrêmes. L’un des exercices a eu lieu dans la province du Henan, avec 100 soldats des forces spéciales participant à des exercices sur des routes accidentées et des terrains montagneux. Un autre a impliqué des policiers s’entraînant à une altitude supérieure à 4 000 mètres dans la province de Qinghai. (Image : Capture d’écran / YouTube)

Comme Xi Jinping l’a souligné dans de nombreux discours, le Parti est actuellement confronté à de « grands changements inédits depuis un siècle », notamment une économie qui se détériore rapidement, une crise de la dette immobilière qui s’aggrave, la contagion financière de ladite crise de la dette (y compris les problèmes du secteur bancaire), et l’impact économique et social dévastateur de la pandémie de Covid-19 et des mesures « zéro Covid » de Pékin.

En outre, le PCC doit faire face à l’impact de la récession économique mondiale et de l’inflation en Chine, ainsi qu’à la réticence croissante des pays à travailler avec la RPC en raison de divers risques politiques et géopolitiques.

Pour le Parti, le maintien d’un contrôle étroit de l’appareil de sécurité publique devient d’autant plus pertinent que les manifestations sociales, comme celles qui ont eu lieu récemment dans le Henan au sujet des dépôts bancaires ruraux, deviennent plus fréquentes.

Il est d’autant plus nécessaire pour Xi Jinping d’établir son pouvoir personnel sur le « manche du couteau », étant donné les défis posés à son autorité au sein même du régime.

Pour se prémunir contre les éventuelles tentatives des ennemis politiques de Xi Jinping visant à influencer le système policier pour qu’il « laisse » les manifestations échapper à tout contrôle, comme la manifestation de masse des vétérans militaires devant le siège de la Commission militaire centrale en octobre 2016, Pékin a été contraint de remanier fréquemment les responsables de la sécurité publique pour les empêcher de semer le trouble.

Lorsque les différentes crises au sein du PCC exploseront, les dirigeants de Xi Jinping se tourneront certainement vers le système de sécurité publique pour assurer la sécurité du Parti. La capacité de la « poignée de couteau » du Parti à « maintenir la stabilité » n’est toutefois pas sans limites.

Les mesures de répression prises par les autorités chargées de la sécurité publique pourraient en théorie aggraver une mauvaise situation, car ces dirigeants ne connaissent que des mesures brutales pour répondre aux protestations et autres types d’agitation sociale. Des forces de sécurité publique cupides, peu disciplinées ou trop zélées pourraient également aggraver les problèmes sociaux, augmentant ainsi les répercussions sur le régime.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Source : Xi Tightens Grip on China’s Police Force Ahead of 20th Party Congress

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.