Press "Enter" to skip to content

Chine. Xi Jinping prépare l’armée chinoise à des opérations militaires non liées à la guerre

ACTUALITÉ > Chine

Le 13 juin, le dirigeant chinois Xi Jinping a signé une ordonnance fournissant une « base juridique » à l’Armée populaire de libération (APL) pour mener des « opérations militaires non liées à la guerre », comme indiqué dans un livre blanc de 2013.

La directive, qui est entrée en vigueur le 15 juin, contient 59 règlements pour des opérations « non liées à la guerre ». Son objectif déclaré est de servir de « moyen innovant d’utiliser la puissance militaire » pour se prémunir contre les « risques et défis » et maintenir « la sécurité du régime et la stabilité régionale. »

Quelques jours à peine après que le ministre chinois de la Défense, Wei Fenghe, ait juré que Pékin « se battrait jusqu’au bout » pour empêcher l’indépendance de Taïwan, l’ordonnance de Xi Jinping a suscité des spéculations quant à savoir si le Parti communiste chinois (PCC) prépare le terrain pour une invasion non déclarée de l’île, similaire à l’« opération militaire spéciale » de la Russie en Ukraine.

Utilisation diversifiée des forces armées

Selon le porte-parole de l’État, Xinhua, les 59 règlements sont des « plans d’essai » pour sauvegarder « la souveraineté nationale, la sécurité et l’intérêt du développement », ainsi que pour garantir « la paix mondiale et la stabilité régionale » en plus de la souveraineté de la Chine.

Le livre blanc du gouvernement chinois de 2013 sur « l’utilisation diversifiée des forces armées » définit les « opérations militaires non guerrières » comme couvrant les secours d’urgence en cas de catastrophe, les opérations antiterroristes et de « maintien de la stabilité », le maintien de la paix et les secours internationaux, ainsi que la « protection des droits » et les « alertes de sécurité. »

i Jinping prépare l’armée chinoise à des opérations militaires non liées à la guerre
Les navires de guerre russes et chinois ont effectué leurs premières patrouilles conjointes dans la partie occidentale de l’océan Pacifique du 17 au 23 octobre 2021. (Image : Capture d’écran / YouTube)

« Le schéma réglemente systématiquement les principes de base, l’organisation et le commandement, les types d’opérations, le soutien opérationnel et le travail politique, et les met en œuvre pour les troupes », peut-on lire dans une annonce des médias d’État.

Selon les rapports officiels, l’ordre représente la « mise en œuvre approfondie » de la « Pensée Xi Jinping sur le renforcement de l’armée », un sous-ensemble de la « Pensée Xi Jinping » inscrite dans l’idéologie du PCC en 2018.

De nombreux rapports ont souligné la possibilité que le PCC utilise les protocoles de « non lié à la guerre » pour préparer une invasion de Taïwan.

Le Telegraph a qualifié ce décret de « tactique similaire à celle utilisée par la Russie avant son invasion de l’Ukraine. »

Wu Qiang, analyste politique basé à Pékin, a déclaré au média que l’ordonnance avait une « implication politique » vis-à-vis de l’île, officiellement gouvernée en tant que République de Chine (ROC), bien qu’elle soit séparée du régime continental depuis que le PCC a pris le pouvoir en 1949.

Contrôle interne

Toutefois, les autorités de la ROC affirment ne pas avoir vu de signes d’une invasion imminente de l’APL, malgré les fréquentes incursions aériennes militaires chinoises à proximité de Taïwan.

SinoInsider, une société de conseil en risques politiques basée à New York et spécialisée dans la politique de l’élite chinoise, a écrit dans une lettre d’information du 16 juin que « la direction de Xi Jinping est principalement intéressée par l’utilisation de l’ordre militaire de " non liée à la guerre " pour légaliser et normaliser le déploiement de l’APL pour les opérations de maintien de la stabilité intérieure » à la lumière de l’escalade des crises dans le pays.

i Jinping prépare l’armée chinoise à des opérations militaires non liées à la guerre
Les Ouïghours, une ethnie musulmane minoritaire en Chine, font face à une répression systématique de la part de leur propre gouvernement. Leur région natale, le Xinjiang, a été transformée en un État policier. (Image : Capture d’écran / YouTube)

« Les problèmes économiques mis à part, Pékin doit faire face à une foule d’autres questions qui pourraient déclencher un grand ressentiment de la population et de graves troubles sociaux. Il s’agit notamment des excès de la politique " zéro Covid ", des conflits officiels et civils de longue date, de la crise alimentaire, des catastrophes naturelles, etc. Le fait de disposer d’un décret de ’non-guerre’ donne aux dirigeants de Xi Jinping une longueur d’avance pour se préparer au pire scénario. »

Les analystes de SinoInsider ont relevé des exemples récents de troubles sociaux, notamment la grève du 15 juin des enseignants de la province de Shandong, dans l’est de la Chine, en raison de réductions de salaire, et un incident récent au cours duquel les avoirs de nombreux titulaires de comptes bancaires de la province du Henan ont été gelés.

Les personnes concernées ont déclaré que leurs déplacements étaient limités car leurs codes de santé Covid étaient mystérieusement devenus rouges, alors que leurs tests n’étaient pas positifs. Cela les empêchait de se rendre physiquement à leur banque.

« Toutefois, le système des codes de santé pourrait ne pas suffire à restreindre la mobilité des résidents chinois si une masse suffisante émerge pour faire entendre sa voix sur la question des banques rurales ou d’autres problèmes sociaux. C’est là que les dirigeants de Xi Jinping pourraient être amenés à déployer des troupes de l’APL à des fins "non guerrières" pour maintenir l’ordre », écrit SinoInsider.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.