Press "Enter" to skip to content

Chine. Le représentant du Vatican à Hong Kong : la liberté religieuse est terminée, l’Eglise se prépare à un avenir difficile

ACTUALITÉ > Chine

Alors que Hong Kong célèbre le 25ème anniversaire du transfert de souveraineté et l’arrivée du nouveau chef de l’exécutif, Lee Ka-chiu, la situation des droits de l’homme à Hong Kong devient de plus en plus préoccupante pour le monde extérieur. Selon Reuters, le chargé d’affaires du Vatican à Hong Kong a lancé un avertissement sévère à plus de 50 groupes missionnaires catholiques à Hong Kong, avant de quitter ses fonctions, affirmant que « les libertés dont jouissaient ces dernières décennies ont pris fin » et que « Hong Kong n’est plus la tête de pont de l’Église catholique ».

Hong Kong n’est plus la tête de pont de l’Église catholique

Le 5 juillet, Reuters a cité quatre organisateurs de l’église disant que Mgr Javier Herrera Corona, le représentant informel du Vatican à Hong Kong, a mis fin, en mars, à son séjour de six ans à Hong Kong. Il a mis en garde plus de 50 groupes missionnaires catholiques à Hong Kong. Mgr Javier Herrera Corona, 54 ans, est considéré comme le représentant de facto du pape François en Chine, dont le successeur arrivera à Hong Kong en août.

Le rapport note que lors de quatre réunions débutant en octobre 2021, Mgr Javier Herrera Corona a averti les groupes religieux que la liberté religieuse à Hong Kong est en train de changer, que la Chine resserrera son emprise sur Hong Kong et que l’église aura un avenir plus difficile. Il a également exhorté les fidèles à prendre des mesures opportunes pour protéger les biens, les archives et les fonds de l’Église. « Le changement arrive, vous feriez bien d’être préparés », a-t-il déclaré. « Hong Kong n’est plus la tête de pont de l’Église catholique ».

En mai de cette année, la police de Hong Kong a arrêté dans le diocèse catholique de Hong Kong, l’évêque Lu Hue, conformément à la loi sur la sécurité nationale, l’accusant de « collusion avec des forces étrangères ou étrangères » et de mettre en danger la sécurité nationale de la Chine, simplement parce qu’il était administrateur du Fonds d’aide humanitaire 612. Cette décision a provoqué un choc et une inquiétude parmi la communauté religieuse.

Dans l’avenir, Hong Kong risque d’imiter la Chine et d’imposer diverses restrictions aux groupes religieux

Reuters a rapporté que le message de Mgr Javier Herrera Corona avait été publié après la mise en œuvre de la loi sur la sécurité nationale de Hong Kong le 30 juin 2020, mais ses préoccupations dépassaient le cadre de la loi sur la sécurité nationale. Il a averti que Hong Kong et la Chine seraient plus intégrées dans les années à venir, ce qui pourrait conduire Hong Kong à imiter la Chine et à imposer diverses restrictions aux groupes religieux.

La loi fondamentale de Hong Kong stipule que le gouvernement ne restreindra pas la liberté religieuse des gens et n’interférera pas avec le fonctionnement des groupes religieux. Lors d’une visite à Hong Kong la semaine dernière, le président communiste chinois Xi Jinping a également promis « qu’un pays, deux systèmes » continueraient à donner aux Hongkongais la liberté religieuse et la liberté de la presse. Cependant, Mgr Javier Herrera Corona a souligné que sous la pression de Pékin, la liberté religieuse garantie par la loi fondamentale ne peut plus être invoquée. Il a également souligné que le Parti communiste chinois (PCC) a officiellement identifié plusieurs « catholiques éminents » comme ayant des rôles de leadership dans le mouvement social de 2019, ce qui est l’une des principales raisons de ses craintes d’une détérioration de la situation.

Selon des sources, Mgr Javier Herrera Corona et des envoyés d’autres groupes catholiques à Hong Kong ont soigneusement déplacé les archives du Saint-Siège à l’étranger pour les garder en lieu sûr. Pendant le transfert, ils craignaient toujours d’être surveillés par les agences de sécurité de l’État du PCC. Finalement, par la voie diplomatique de pays amis, ils ont expédié en toute sécurité 500 kilogrammes de fichiers et de données de Hong Kong à Rome, en Italie. Ces documents contiennent des archives établies depuis le milieu des années 1980 et concernent principalement les églises de Chine continentale. Ceux-ci comprenaient des correspondances privées avec des membres de l’église clandestine, ainsi que des informations sur la persécution des catholiques.

Le Parti communiste chinois accuse les églises de Hong Kong de collusion avec des puissances étrangères

Dans le même temps, certaines églises étrangères envisagent également de transférer les biens de l’église au nom des Hongkongais locaux afin d’éviter que la loi sur la sécurité nationale ne renforce le contrôle sur les étrangers. Dans le même temps, le quartier général à l’étranger de certains ordres catholiques est également tenu à distance de Hong Kong pour éviter les allégations de « collusion avec des forces étrangères ».

Dans le passé, les églises étrangères opéraient à Hong Kong sans restrictions. Cependant, la loi sur la sécurité nationale a fait de la « collusion avec des forces étrangères » la cible principale, et les risques pour la sécurité du personnel ecclésiastique étranger ont soudainement augmenté.

Reuters a révélé en décembre que le Bureau de liaison du Comité central du Parti communiste chinois à Hong Kong avait tenu une réunion sans précédent, en octobre de l’année dernière, au cours de laquelle un évêque chinois à Pékin avait informé le haut clergé catholique de Hong Kong de la théorie de Xi Jinping sur la religion socialiste aux « caractéristiques chinoises ». Selon le rapport, il s’agit de l’approche la plus arbitraire que Pékin n’ait jamais tenté pour influencer le diocèse de Hong Kong. L’arrestation de Joseph Zen Ze-kiun par les autorités, en mai de cette année, a rendu l’église locale encore plus inquiète.

Rédacteur Yi Ming

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.