Press "Enter" to skip to content

Chine. Des informations volées aux autorités de sécurité publique de Shanghai révèlent  la mort de 400 millions de Chinois 

ACTUALITÉ > Chine

Suite au piratage de la base de données de l’autorité de sécurité publique de Shanghai en juillet 2022, un pirate informatique appelé ChinaDan a vendu publiquement en ligne des informations nationales chinoises et des données sur les incidents. La base de données atteint 23 téraoctets et contient les données personnelles d’un milliard de citoyens chinois.

Fuite des données des autorités de la sécurité publique de Shanghai

Selon deux chercheurs en sécurité, la base de données piratée contient quelque 970 millions de lignes de feuilles de données, notamment des noms, des dates de naissance, des adresses, des cartes d’identité et des photos d’identité.

Les autorités chinoises ont annoncé que la population de la Chine avait atteint 1,4 milliard d’habitants, ce qui amène certains à se demander si les pirates informatiques n’ont pas eu accès à toutes les informations. Toutefois, lorsque certains chercheurs ont étudié les causes de la fuite de la base de données des autorités de la sécurité publique de Shanghai d’un point de vue technique, il est apparu clairement que les pirates avaient obtenu la base de données complète.

En d’autres termes, le nombre de personnes enregistrées dans le système de sécurité publique en Chine est d’environ un milliard. Il s’agit d’une différence de 400 millions par rapport aux 1,4 milliard officiellement recensés par les autorités chinoises. Comment cette différence de 400 millions s’explique-t-elle ?

Les décès causés par la Covid-19 peuvent fournir une explication

La politique zéro-Covid mise en œuvre par les autorités chinoises depuis trois ans est considérée comme une opération incohérente qui a entraîné un gaspillage de ressources humaines et matérielles. En fait, une des hypothèses qui circule est que le véritable objectif du Parti communiste chinois (PCC) était de dissimuler le nombre réel de décès en isolant les habitants. En rompant les liens entre les personnes, le PCC était en mesure de dissimuler le nombre de décès dans les communes.

En novembre 2022, alors que l’épidémie se propageait à plus grande échelle en Chine, même la politique du zéro-Covid ne pouvait plus masquer la vérité. Le PCC a utilisé la « campagne du papier blanc » pour inverser la politique zéro-Covid. Politique qui a également masqué ses véritables objectifs, sous le prétexte d’immuniser des groupes sociaux.

« 400 millions de personnes en trois ans, 300 000 personnes par jour en moyenne, il y a plus de 2 000 préfectures dans tout le pays, en moyenne 180 personnes par préfecture, donc ça ne semble pas beaucoup », a commenté un internaute.

Rédacteur Yasmine Dif

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.