Press "Enter" to skip to content

Chine. Covid-19 : les Chinois s’opposent à la politique du parti alors que la pandémie reprend dans tout le pays

ACTUALITÉ > Chine

Les Chinois ont fortement réagi à la politique du parti communiste alors que la pandémie reprend dans tout le pays. Les cas de Covid ont explosé au cours des dernières semaines. Les informations divulguées lors d’une réunion interne de la Commission nationale de la santé du pays font état de 248 millions d’infections au cours des 20 premiers jours de décembre. Plus de la moitié de Pékin, qui compte 21 millions d’habitants, aurait contracté le virus.

La politique du « zéro Covid » n’a pas permis de maîtriser le virus

C’est un choc pour une grande partie de la population chinoise, à qui le régime communiste au pouvoir a longtemps répété en 2020 que la réponse de la Chine à une pandémie était sans égale, passant de précieuses semaines à dissimuler l’épidémie initiale qui s’était propagée à partir de Wuhan, dans la province centrale du Hubei.

Cependant, malgré près de trois ans de restrictions strictes destinées à aider le Parti communiste chinois (PCC) à gagner sa « guerre populaire » contre la pandémie, la politique du « zéro Covid » a non seulement fait des ravages au niveau de l’économie chinoise déjà en difficulté et aliéné des millions de citoyens, mais elle n’a pas permis de maîtriser le virus.

Des failles apparaissaient déjà dans les tentatives du PCC pour éradiquer le SRAS-CoV-2 (l’agent pathogène à l’origine du Covid-19 apparu pour la première fois dans la ville de Wuhan fin 2019). Le confinement excessif des villes les plus grandes et les plus productives de Chine, dont le plus spectaculaire est celui du « Printemps de Shanghai », a entraîné l’arrêt quasi complet du gigantesque port au début de cette année.

Covid-19 : les Chinois s’opposent à la politique du parti alors que la pandémie reprend dans tout le pays
Les habitants de Pékin et de Shanghai portant des masques ont envahi les rames de métro, alors que les deux plus grandes villes de Chine s’adaptent à la cohabitation avec la Covid-19. Le 26 décembre 2022. (Image : Capture d ’écran / YouTube)

En octobre, les autorités chinoises ont commencé à faire allusion à des changements à venir dans les mesures rigoureuses de lutte contre la pandémie, et après que le dirigeant Xi Jinping a entamé un troisième mandat à la tête du PCC, le régime a commencé à assouplir ouvertement les mesures de « zéro-Covid ».

Les médias du PCC ont ajusté leur position minimisant les effets de la maladie

À la suite de plus de 100 manifestations importantes dans des dizaines de villes fin novembre, Pékin a brusquement supprimé la plupart des restrictions, de même, les médias du PCC ont ajusté leur position sur la Covid-19, minimisant les effets de la maladie. Les dirigeants ont également évoqué la nécessité de relancer d’urgence l’économie et la consommation.

Les gens sont convaincus que l’explosion massive des infections et des décès dans toute la Chine est due à la levée des restrictions « zéro Covid » et à l’abandon par le PCC des mesures de lutte contre la pandémie.

Cependant, le 14 décembre, Michael Ryan, directeur exécutif du Plan d’urgence sanitaire de l’OMS, a déclaré aux journalistes à Genève que les infections au Covid-19 avaient explosé en Chine bien avant que le gouvernement ne décide d’abandonner sa politique stricte de « zéro Covid », et que le virus se propageait « intensivement » dans le pays bien avant la levée officielle des restrictions.

De même, conformément aux déclarations de Michael Ryan, le 19 décembre, un proche du régime chinois a déclaré à Radio Free Asia (RFA) qu’une grave épidémie avait submergé le système médical chinois à la mi-octobre. Cependant, l’événement a été dissimulé en raison de la nécessité de maintenir la stabilité pendant le 20e Congrès du PCC du régime.

Selon cet indicateur, de nombreux patients âgés sont morts après avoir contracté le virus dans les hôpitaux de Pékin.

Les élites du PCC meurent dans un contexte de pandémie

Bien que les décès dus à la Covid-19 n’aient pas fait l’objet d’une annonce publique, des dizaines de membres éminents du PCC et de personnalités publiques ont succombé à des problèmes de santé ces dernières semaines, notamment des professionnels des médias, des universitaires, des scientifiques et des artistes.

Des dizaines d’experts de la santé sont également décédés, tandis que de nombreux médecins, infirmières et autres membres du personnel hospitalier ont continué à travailler alors qu’ils étaient infectés et présentaient des symptômes de Covid-19.

Le 30 novembre, alors que des milliers de Chinois manifestaient dans les rues pour demander la fin du « zéro Covid », l’ancien secrétaire général du PCC, Jiang Zemin, est mort à Shanghai. Les médias d’État ont annoncé que la cause de sa mort était une défaillance organique due à une leucémie.

Les 15 et 16 décembre, le PCC a tenu sa conférence centrale sur l’économie. Outre le fait que la réunion de cette année a été raccourcie à deux jours, les médias de Hong Kong ont également noté, sur la base des images de la télévision centrale chinoise (CCTV), qu’environ 20 hauts responsables du PCC à Pékin étaient absents à la réunion.

Zhao Leji, le troisième plus haut responsable du Politburo, était également absent à une conférence centrale sur le travail rural qui s’est tenue les 23 et 24 décembre.

Les nombreux décès survenus en si peu de temps ont attiré l’attention du public, tout comme les politiques délétères du PCC concernant le contrôle des épidémies et sa gouvernance.

Covid-19 : les Chinois s’opposent à la politique du parti alors que la pandémie reprend dans tout le pays
Des personnes tiennent des feuilles de papier blanc pour protester contre les restrictions liées à la Covid-19, après une veillée pour les victimes de l’incendie d’Urumqi, alors que l’épidémie se poursuit à Pékin. Le 27 novembre 2022. (Image : Capture d ’écran / YouTube)

Le compte Weibo « National Policy Think Tank » a publié un message le 23 décembre rapportant que sur le moteur de recherche Baidu, l’équivalent chinois de Google, « parmi les 30 recherches chaudes de sa " Hot Search List " du 22 décembre, 5 éléments concernent la mort d’une personnalité connue. »

Pendant les manifestations de masse de fin novembre, de nombreux manifestants ont brandi des feuilles de papier vierges en signe de protestation contre la suppression de la liberté d’expression par le régime. Cette manifestation a reçu le nom populaire de « Mouvement du papier vierge ».

D’autres ont scandé des slogans demandant la démission du PCC et de Xi Jinping. À Pékin, un homme muni d’un porte-voix a suggéré que le communisme lui-même était une force étrangère indésirable apportant le désastre au peuple chinois.

Les pratiquants du Falun Gong, une pratique spirituelle chinoise que le PCC a passé plus de 20 ans à essayer d’éradiquer, ont également utilisé la pandémie comme un moyen de dénoncer la mauvaise gestion du PCC, tout en rappelant au peuple la foi et les vertus traditionnelles.

Depuis 2004, les pratiquants de Falun Gong en Chine et à l’étranger ont encouragé les Chinois à renoncer à leurs liens avec le PCC, créant un mouvement pacifique massif à travers le pays. En août dernier, le nombre de personnes ayant démissionné du Parti communiste chinois a dépassé les 400 millions.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann


Source : Chinese Reject the Party Line as Pandemic Resurges Nationwide

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.