Press "Enter" to skip to content

Chine. La Chine fait face aux conséquences de sa politique draconienne zéro Covid avec une augmentation des cas de Covid et des décès

ACTUALITÉ > Chine

La Chine fait face aux conséquences de sa politique draconienne zéro Covid d’une durée de près de trois ans, avec une augmentation des cas de Covid et des décès.

Les contrôles « zéro Covid » qui allaient de la désinfection systématique aux confinements draconiens, en passant par les tests de masse, les restrictions de la liberté de mouvement et de voyage ont souvent entraîné le confinement de quartiers ou de villes entières après la détection d’une poignée de cas positifs.

Aujourd’hui, alors que l’économie chinoise s’effondre à la suite des mesures draconiennes de « zéro Covid » qui ont entraîné la fermeture d’entreprises, l’arrêt des chaînes d’approvisionnement et une montée en flèche du chômage, la deuxième puissance économique mondiale s’efforce de relancer son économie et de mettre fin aux restrictions liées aux virus, alors que les nouveaux cas de Covid se multiplient.

Le peuple se soulève

À la suite des manifestations de masse qui ont vu des centaines de milliers de personnes descendre dans la rue pour demander la fin des contrôles « zéro Covid » du Parti communiste chinois (PCC), le pays a signalé sa plus grande vague de contaminations depuis le début de la pandémie.

Le PCC a dissimulé la propagation du virus de Wuhan pendant des semaines avant de faire volte-face le 23 janvier 2020, date à laquelle l’épidémie était devenue une pandémie mondiale qui allait finir par tuer des millions de personnes.

Les autorités communistes ont ordonné le confinement de Wuhan et des provinces environnantes, ce qui a donné lieu à de nombreux incidents incluant des actes de brutalité, une mauvaise gestion, une pénurie d’approvisionnement et même des décès parmi les personnes bloquées dans ces zones.

La Chine fait face aux conséquences de sa politique draconienne zéro Covid avec une augmentation des cas de Covid et des décès
Environ 18 % de la population chinoise, soit 248 millions de personnes, pourraient avoir été infectées par le Covid-19 entre le 1er et le 20 décembre 2022. (Image : Capture d’écran / YouTube)

De tels scandales ont continué à se produire et se sont multipliés alors que les gouvernements locaux, suivant les ordres de Pékin d’appliquer « résolument » la politique de tolérance zéro, ont confiné une grande partie du pays à plusieurs reprises, souvent pendant des semaines ou des mois.

L’agitation populaire face à la politique de « tolérance zéro » a grandi, d’autant que même des métropoles aisées comme Xi’an, ancienne capitale et grand centre industriel de l’ouest, ainsi que les villes du delta de la rivière des Perles dans la province méridionale du Guangdong, où vivent des dizaines de millions de personnes, ou Shanghai, la plus grande ville de Chine, ont été soumises à ces mesures écrasantes de contrôle des épidémies.

Bien que le PCC ait annoncé une « optimisation » de cette politique après l’accession de Xi Jinping à un troisième mandat de secrétaire général en octobre dernier, le public en avait déjà assez. Ce mois-là et le suivant, des centaines de manifestations ont éclaté dans les villes chinoises des deux tiers des provinces du pays.

Parmi les manifestants figuraient des dizaines de milliers de travailleurs de l’usine d’iPhone Foxconn à Zhengzhou, ainsi que des étudiants et des membres du personnel de certaines des écoles les plus prestigieuses de Chine. Ces manifestations ont duré plus d’une semaine et se sont heureusement terminées sans effusion de sang.

Les séquelles

Ces manifestations, appelant parfois à la fin du régime communiste, ont peut-être accéléré les plans de la direction du comité central de Xi Jinping d’abandonner progressivement la politique « zéro-Covid »,  poussant Pékin à abandonner l’essentiel des restrictions au début de ce mois.

Cependant, étant donné qu’une grande partie de la population chinoise n’a eu qu’une exposition limitée à l’extérieur depuis début 2020, les infections et les décès dus à la Covid-19 se multiplient dans le pays.

Le 19 décembre, les autorités sanitaires ont annoncé que deux personnes étaient mortes de complications liées à la Covid à Pékin.

Bien qu’il s’agisse des premiers décès officiellement signalés depuis l’assouplissement spectaculaire des restrictions le 7 décembre, des messages largement diffusés sur les médias sociaux font état d’une augmentation de la demande dans les salons funéraires, les hôpitaux et les crématoriums ces dernières semaines, ce qui laisse à penser que le nombre de décès est beaucoup plus élevé.

Le PCC étant connu pour dissimuler ou limiter la publication de statistiques exactes, le nombre de décès réels devrait être beaucoup plus élevé. Selon un salon funéraire situé à la périphérie de la ville, le nombre de nouveaux décès était bien supérieur à ce qu’ils pouvaient gérer.

La Chine fait face aux conséquences de sa politique draconienne zéro Covid avec une augmentation des cas de Covid et des décès
Une vue rare sur le personnel médical de la ville de Wuhan, dans le centre de la Chine, en première ligne de la lutte contre le coronavirus. (Image : Capture d’écran / YouTube)

« Nous sommes submergés par de longues files d’attente pour la crémation, et (certains clients) ont dû attendre le lendemain pour incinérer leurs proches », a déclaré un employé à CNN sous couvert d’anonymat.

Sur Baidu, l’un des principaux moteurs de recherche en ligne de Chine, les recherches de « maisons funéraires » par les habitants de Pékin ont atteint un niveau record depuis que la pandémie a commencé dans la ville centrale de Wuhan au début de 2020, a rapporté CNN.

Une vague de décès pouvant aller jusqu’à un million

Les experts préviennent qu’étant donné que la population chinoise n’a pas eu l’occasion de développer son immunité et de coexister avec le virus, on peut s’attendre à une vague de décès pouvant aller jusqu’à un million.

Alors que le pays met brutalement fin à ses contrôles du virus et abandonne son approche « zéro Covid », une réouverture à l’échelle nationale pourrait entraîner jusqu’à 684 décès par million d’habitants, selon une étude menée par trois professeurs de l’université de Hong Kong.

Étant donné que la Chine compte 1,4 milliard d’habitants, cela représenterait 964 400 décès, souligne l’étude, qui ajoute que la levée simultanée des restrictions dans toutes les provinces entraînerait un nombre d’hospitalisations 1,5 à 2,5 fois supérieur à ce que les hôpitaux sont en mesure de gérer.

La vague d’infections « surchargerait probablement de nombreux systèmes de santé locaux dans tout le pays », indique l’étude, qui a été publiée sur le serveur de préimpression Medrxiv le 14 décembre.

Cependant, les manifestations de novembre et d’autres événements montrent que les Chinois préfèrent de loin leur liberté à ces confinements insoutenables.

Le 19 décembre, dans le district de Ba’nan, à Chongqing, des habitants ont manifesté devant un site de quarantaine pour demander que les Chinois rentrant de l’étranger ne soient isolés que pendant deux jours dans un établissement, suivis de trois jours d’auto-isolement. Actuellement, la politique prévoit cinq jours de quarantaine obligatoire, et trois jours d’auto-isolement.

On pouvait entendre les résidents chanter à l’unisson « Laissez-nous sortir ! », alors que des dizaines de policiers masqués bordaient les périmètres.

La Chine est-elle à court d’argent

Outre le fait que la société chinoise n’est pas disposée à supporter les restrictions de mouvement et les files d’attente interminables pour les fréquents tests Covid, l’économie chinoise pourrait également être à bout de souffle, compte tenu de la ruine que les politiques du PCC ont causée aux entreprises.

En tant qu’exportateur majeur de biens mondiaux, les restrictions ont perturbé le flux des échanges commerciaux entre la Chine et les autres parties du monde. Cela a entraîné des retards et des pénuries de certains produits, ce qui a eu un impact négatif sur les entreprises du monde entier.

Bien que les experts estiment que l’assouplissement rapide des restrictions de Covid peut contribuer à « rétablir un semblant d’ordre social normal et renforcer l’économie dans une certaine mesure », il ne résoudra pas les difficultés économiques à long terme du pays.


Un impact négatif sur les entreprises du monde entier

« Les secteurs de la restauration, des voyages et du divertissement devraient d’abord enregistrer des gains importants, mais ils ne contribueront pas beaucoup à l’essor de l’économie », a écrit Simone Gao, experte des affaires chinoises et animatrice de l’émission « Zooming In With Simone Gao », dans une tribune publiée le 20 décembre par The Wall Street Journal.

« L’immobilier, l’épine dorsale de l’économie chinoise, pourrait encore avoir du mal à se redresser », a déclaré Simone Gao.

Plombés par la corruption et un manque de gestion, les secteurs immobilier et bancaire chinois ont été confrontés à un certain nombre de crises touchant des millions de personnes.

Dans l’espoir de récupérer une partie des pertes dues aux blocages, les promoteurs immobiliers en difficulté ont tenté d’augmenter les prix des logements, ce qui a eu pour conséquence qu’un nombre croissant de résidents n’ont pas les moyens d’acquérir de nouvelles propriétés ou choisissent de ne plus acheter du tout.

Outre l’impact sur le commerce mondial, les restrictions « zéro Covid » de la Chine ont également ralenti la croissance économique et contraint de nombreuses entreprises à abandonner ou à réduire massivement leurs activités dans le pays. Cette situation a contribué au ralentissement économique mondial, la réduction de la demande de biens et de services entraînant des pertes d’emplois et une baisse des dépenses de consommation.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Source : China Tastes the Bitter Fruits of Its Pandemic Measures as COVID Cases and Deaths Spike

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.