Press "Enter" to skip to content

Chine. Trois cadres d’Evergrande Real Estate invités à démissionner en raison de prêts instables

ACTUALITÉ > Chine

Evergrande Group, le géant chinois de l’immobilier actuellement en difficulté, est une fois de plus au centre de l’attention internationale après avoir annoncé le 22 juillet que trois de ses principaux dirigeants avaient été invités à démissionner.

Le trio, composé du PDG Pan Darong, du directeur Xia Haijun et du directeur financier Ke Peng, a été prié de démissionner après qu’une enquête interne ait révélé qu’ils avaient participé à la mise en place d’un projet de garantie immobilière pour aider des sociétés tierces à obtenir des prêts. Evergrande a dû faire face à des poursuites en raison de son incapacité à rembourser le projet. Le projet portait sur un montant de 13,4 milliards de yuans (environ 2 milliards de dollars).

Après l’annonce, les trois dirigeants ont déclaré qu’ils « accepteraient immédiatement la demande » du conseil d’administration de la société et ont annoncé leur démission officielle sur leurs comptes de médias sociaux Weibo.

300 milliards de dollars de dettes

Après l’échec d’une transaction de 2,6 milliards de dollars en octobre dernier, la dette totale d’Evergrande a atteint 300 milliards de dollars, ce qui a conduit l’entreprise à se retrouver en défaut de paiement à la fin de l’année dernière. Dans une tentative désespérée de se stabiliser, Evergrande a soumis une demande au gouvernement provincial de Guangdong pour que ses principaux actifs soient restructurés.

Pour compliquer encore les choses, la Bourse de Hong Kong a annoncé le 11 juillet qu’un certain nombre d’actions chinoises dans l’immobilier et la gestion immobilière seraient retirées de l’indice Hang Seng. Parmi elles figuraient les sociétés chinoises Evergrande Group et Evergrande Property Co., Ltd.

Selon des experts du secteur cités par l’édition chinoise de Radio France Internationale  (RFI), le retrait de l’indice Hang Seng indique qu’Evergrande pourrait bien être « complètement mort », car cela signifie que les entreprises en difficulté ne sont plus attrayantes pour les investisseurs internationaux et nationaux.

Le Lehman Brothers de la Chine

Alors que l’économie chinoise est mise à rude épreuve par la politique implacable « zéro Covid » de Pékin et par la guerre en cours entre la Russie et l’Ukraine, les difficultés financières d’Evergrande n’ont fait que s’aggraver. La production industrielle atteint son niveau le plus bas depuis des décennies. Après que l’entreprise a fait défaut sur sa dette en décembre 2021, de nombreux investisseurs se sont vus retirer des millions de dollars.

Pour tenter de récupérer une partie des pertes, les promoteurs immobiliers en difficulté ont essayé d’augmenter les prix des logements, ce qui fait qu’un nombre croissant de clients n’ont pas les moyens de s’offrir de nouvelles propriétés, ou choisissent de ne plus acheter du tout.

« Lorsque le marché résidentiel chinois émergera de cette correction, il pourrait être changé à jamais », a déclaré à CNBC, Gary Ng, économiste pour l’Asie-Pacifique chez Natixis. « Nous prévoyons que moins de promoteurs seront en mesure d’employer la stratégie à fort effet de levier et à rendement rapide qui a apporté le succès dans le passé. »

D’autres experts ont même comparé la crise financière d’Evergrande à celle d’une entreprise américaine aujourd’hui déchue : les Lehman Brothers. Cette entreprise bancaire mondiale, qui était autrefois la quatrième plus grande des États-Unis, a déclaré faillite en 2008 et a déclenché une récession à l’échelle nationale aux États-Unis.

Afin d’éviter que la faillite du groupe Lehman Brothers ne s’étende à l’ensemble du pays, le gouvernement américain a procédé à des renflouements pour éviter que d’autres institutions financières ne connaissent le même sort. Cependant, cela est très rare dans les pays capitalistes qui utilisent les opérations de marché comme levier, ont déclaré les experts à RFI.

Pékin ne viendra pas à la rescousse

Pour aggraver la situation d’Evergrande, il semble que le gouvernement central chinois n’ait « aucune intention de maintenir la croissance économique à tout prix », ce qui signifie que le régime pourrait ne pas être disposé à soutenir le secteur immobilier chinois en difficulté, ou à renflouer Evergrande.

Dans un récent discours prononcé devant le Forum économique mondial (WEF), le Premier ministre chinois Li Keqiang a souligné l’importance de ne pas recourir à « l’eau qui coule », c’est-à-dire d’utiliser la politique monétaire pour soutenir sans fin l’économie.

« Il n’y aura pas de mesures de relance super-larges, d’émission de super-monnaie et d’avances futures pour des objectifs de croissance excessifs », a déclaré Li Keqiang.

Les analystes ont souligné que les propos de Li Keqiang devraient être considérés comme un avertissement pour les autres entreprises chinoises en difficulté, qui ne doivent pas compter sur le gouvernement pour restructurer leur dette en cas de défaut de paiement.

Lors de sa rencontre virtuelle avec les dirigeants mondiaux lors de l’événement du WEF qui s’est tenu le 19 juillet, Li Keqiang a admis qu’au deuxième trimestre de cette année, « l’économie chinoise a été frappée par une nouvelle série de mesures de contrôle des épidémies et d’autres facteurs inattendus », ce qui a entraîné un coup soudain à l’économie nationale dans son ensemble.

Li Keqiang a ajouté que, bien que les principaux indicateurs économiques de la Chine aient fortement baissé en avril, le gouvernement chinois « répondra résolument et s’adaptera en temps voulu », décrivant comment le gouvernement s’engagera dans la croissance d’autres « secteurs plus importants ».

Dans le discours du WEF, Li Keqiang a mis en garde à deux reprises contre les mesures « d’inondation », affirmant les vues macroéconomiques de la Chine pour une ère post-pandémique. Le premier ministre a noté que depuis 2020, les politiques de son pays en réponse aux événements majeurs ont été « d’une ampleur raisonnable », et ont réussi à prévenir de grandes vagues d’inflation.

Adapté du commentaire original rédigé par l’édition chinoise de Radio France Internationale.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Source : 3 Evergrande Real Estate Executives Asked to Resign Over Unstable Loans

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.