Pourquoi le Parti communiste chinois veut votre ADN

Par Steven Li
Le 08/02/2021
Le PCC peut également avoir pour objectif de « dominer l’industrie biotechnologique » en amassant des données génétiques. (Image :  The genetics lab’ par USFWS Pacific est autorisé sous CC BY-NC 2.0)
Le PCC peut également avoir pour objectif de « dominer l’industrie biotechnologique » en amassant des données génétiques. (Image : The genetics lab’ par USFWS Pacific est autorisé sous CC BY-NC 2.0)
 

L’année dernière, la Chine a déclaré publiquement son intention d’élargir sa base de données ADN mondiale. Selon l’organe de propagande de l’État Xinhua, lors du 15e sommet des dirigeants du G20 le 21 novembre 2020, le président Xi Jinping du Parti communiste chinois (PCC) a déclaré « Nous devons continuer à harmoniser les politiques et les normes et établir des " voies rapides " pour faciliter la circulation ordonnée du personnel. La Chine a proposé un mécanisme mondial de reconnaissance mutuelle des certificats sanitaires basé sur les résultats des tests d’acide nucléique sous la forme de codes QR acceptés au niveau international. Nous espérons que d’autres pays rejoindront ce mécanisme ».

Bien que Xi Jinping favorise le développement de technologies et l’unification mondiale comme moyen de s’élever au-dessus de la nouvelle pandémie de coronavirus SRAS-CoV-2, il ne répond pas aux préoccupations en matière de protection de la vie privée et aux ramifications d’une base de données d’ADN généralisée. En effet, un article du New York Times a révélé que le PCC travaillait sur une carte génétique de ses 700 millions d’hommes en recueillant de force des échantillons de sang à partir de 2014, culminant avec la création d’une base de données nationale fin 2017. Les autorités ont ciblé des hommes et des garçons en particulier parce qu’ils « commettent plus de crimes, selon les statistiques », peut-on lire dans l’article du Times. Ceux qui refusent la collecte de sang sont répertoriés comme un soi-disant « ménage noir » et peuvent être privés de certains avantages, tels que le droit de voyager et de se rendre à l’hôpital.

Une déclaration faite en mars 2020 par des responsables du canton de Guanwen, dans le sud-ouest de la province du Sichuan, rapportée par l’Australian Strategic Policy Institute, indique que la base de données génétiques a déjà été utilisée pour intensifier les efforts de surveillance.

Le projet « Sharp Eyes » est un programme de surveillance locale qui encourage les voisins à se dénoncer mutuellement pour des activités suspectes, en particulier dans les zones rurales où la présence de caméras de police et de sécurité est relativement faible. Les militants des droits de l’homme craignent que la science génétique ne donne aux autorités chinoises un accès illimité aux secrets génétiques et aux liens familiaux. Les données recueillies ont déjà été utilisées par une société de biotechnologie, Anke Bioengineering, pour construire un « Skynet ADN » qui intègre la vidéosurveillance et le Big Data pour créer un puissant système de police. Les militants craignent que les fonctionnaires n’aillent jusqu’à introduire des preuves génétiques sur les scènes de crime pour piéger et poursuivre injustement les dissidents.

Newsweek rapporte que d’autres objectifs du PCC pourraient être de « dominer l’industrie biotechnologique » en amassant des données génétiques et de mettre au point des « armes biologiques conçues pour cibler certains groupes ethniques ». Les médias d’Etat chinois affirment que la Chine possède déjà la plus grande base de données génétiques au monde avec plus de 80 millions de profils. Pour recueillir autant de profils génétiques, le PCC a utilisé une grande variété de méthodes. En menant des essais de phase III de son vaccin contre le coronavirus au Maroc et dans d’autres pays, la Chine a pu recueillir l’ADN des participants. Pour contraindre les pays qui pourraient hésiter à participer aux essais cliniques, comme le Nigeria et d’autres pays africains, les responsables du PCC ont déclaré en privé que l’accès aux vaccins pourrait être réduit pour ceux qui n’y participeraient pas.

« Le gouvernement autoritaire de la Chine et son dirigeant Xi Jinping ont fait preuve d’une ouverture audacieuse quant à leurs ambitions de battre l’Occident et de récolter les fruits des progrès de la science et de la technologie de l’ADN. Le régime communiste a même publié un manifeste avec un nom accrocheur... Fabriqué en Chine en 2025. »

 

Les entreprises chinoises sont tenues de partager leurs données avec le PCC et ne bénéficient pas des mêmes protections de la vie privée qu’aux États-Unis. (Image : « Hospital » par search.com est titulaire d’une licence en vertu du CC BY-NC 2.0)
Les entreprises chinoises sont tenues de partager leurs données avec le PCC et ne bénéficient pas des mêmes protections de la vie privée qu’aux États-Unis. (Image : « Hospital » par search.com est titulaire d’une licence en vertu du CC BY-NC 2.0)
 

Edward You, Agent spécial de surveillance, FBI

Aux États-Unis, la Chine a recueilli des données génétiques en faisant l’acquisition d’entreprises américaines, comme Complete Genomics en 2013. En septembre 2020, la compagnie en faillite GNC a été vendue pour 770 millions de dollars à Harbin Pharmaceutical Group Co. basé en Chine. Au moins 23 sociétés chinoises sont accréditées pour effectuer des tests génétiques sur des citoyens américains et cherchent à accéder aux données génétiques en travaillant avec des sociétés de généalogie telles que 23andMe. En outre, le programme du PCC a été renforcé par des efforts visant à empêcher le transfert de données chinoises vers des pays étrangers. En mai 2019, le Conseil d’État du PCC a publié un décret visant à réglementer ses ressources génétiques humaines, notamment en interdisant aux entités étrangères de collecter ou de préserver des ressources génétiques humaines en Chine et de transférer des ressources génétiques humaines à l’étranger.

Un épisode de 60 minutes sur CBS News intitulé Laissés pour compte, la course aux bio-données, ADN à vendre (De l’anglais Left Behind, The Biodata Race, DNA For Sale) de la Chine pour collecter l’ADN des Américains. La plus grande société de biotechnologie au monde, le groupe BGI, est basée en Chine et aurait envoyé des lettres à plusieurs états pour leur proposer de « fournir une expertise technique », de fournir des « séquenceurs à haut débit » et de « faire des dons supplémentaires » pour aider au dépistage de la maladie du coronavirus 2019 (Covid-19). BGI a participé à la collecte de données génétiques auprès de l’ethnie « ouïghour » et a reçu 1,5 milliard de dollars du gouvernement chinois en 2010.

Sophie Richardson, directrice du programme chinois de Human Rights Watch, explique comment plus d’un million de Ouïghours, citoyens chinois majoritairement musulmans, sont emprisonnés dans des camps et interdits de religion ou de parler dans leur langue maternelle. La collecte d’ADN et d’autres données biométriques provenant de ces minorités est « utilisée spécifiquement pour identifier les personnes, cibler d’autres membres de la famille et affiner les logiciels de reconnaissance faciale ». Le gouvernement américain a critiqué ces actions du gouvernement chinois comme un crime contre l’humanité.

En outre, les entreprises chinoises sont tenues de partager leurs données avec le PCC et ne reçoivent pas les mêmes protections de la vie privée qu’aux États-Unis. La situation en Chine est équivalente à ce que des entreprises comme Google, Amazon et Facebook soient tenues de donner des informations à la CIA sur demande. Les fonctionnaires de plusieurs Etats se sont donc méfiés des intentions de BGI en raison de ses liens étroits avec le PCC, et ont refusé les aides pour les tests de Covid-19.

Bien que la possibilité de prélever directement de l’ADN à partir de prélèvements nasaux soit incertaine, Bill Evanina, le directeur du Centre national de contre-espionnage et de sécurité (NSC), a averti que BGI tentait probablement d’établir des partenariats avec des entreprises américaines qui pourraient être exploitées par la suite. L’agent spécial de surveillance Edward You, un enquêteur du FBI ayant une formation en biochimie, a déclaré « Le gouvernement autoritaire de la Chine et son chef Xi Jinping ont fait preuve d’une ouverture audacieuse quant à leurs ambitions de battre l’Occident et de récolter les fruits des progrès de la science et de la technologie de l’ADN. Le régime communiste a même publié un manifeste avec un nom accrocheur... Made in China 2025 ». La Chine veut dominer le secteur de la biotechnologie et se positionner en tant que leader dans le développement de vaccins et la médecine de précision.

Le pays avec le plus grand ensemble de données est le plus susceptible de gagner, Edward You explique : « Pensez à l’ADN comme la carte au trésor ultime, une sorte de graphique à double hélice contenant le code pour les traits allant de notre couleur des yeux à notre sensibilité à certaines maladies. Si vous avez 10 000 échantillons d’ADN, les scientifiques pourraient éventuellement isoler les marqueurs génétiques de l’ADN associés, par exemple, au cancer du sein. Mais si vous avez 10 millions d’échantillons, vos chances statistiques de trouver les marqueurs s’améliorent considérablement, c’est pourquoi la Chine veut en obtenir autant. »

Le secteur mondial de la biotechnologie est une industrie en plein essor, dont la valeur est estimée à 4 000 milliards de dollars par an, soit plus que la valeur d’Amazon et d’Apple réunies. Étant donné que la Chine a clairement fait part de ses intentions, les États-Unis doivent continuer à être vigilants pour protéger les données génétiques de ses citoyens. Bien que certains avantages de l’analyse des données génétiques soient extrêmement positifs, comme le développement potentiel de cures et de traitements susceptibles de sauver des vies, la vérité sous-jacente est que les données génétiques privées sont un moyen pour les entreprises de profiter des consommateurs. Dans le cas du gouvernement chinois, la combinaison de l’intelligence artificielle, de la surveillance et des données génétiques a ouvert la voie à une persécution sans précédent des dissidents.


Par Gabriel Olamsaint

Version en anglais : Why the Chinese Communist Party Wants Your DNA