Evolution de l’habitat du frelon géant asiatique vespa mandarinia

Par Vision Times
Le 19/10/2020
Le frelon géant d’Asie, la plus grande espèce de frelon au monde, a fait son apparition à la fin de l’année dernière dans le secteur du Northwest Washington. (Image : Wikimedia / I, KENPEI / CC BY-SA 3.0)
Le frelon géant d’Asie, la plus grande espèce de frelon au monde, a fait son apparition à la fin de l’année dernière dans le secteur du Northwest Washington. (Image : Wikimedia / I, KENPEI / CC BY-SA 3.0)
 

Des chercheurs de l’université de l’Etat de Washington sont parvenus à déterminer la façon dont le frelon géant d’Asie populairement surnommé le « frelon meurtrier », qui a récemment envahi le nord-ouest du Pacifique, pourrait se propager et trouver un habitat idéal, tant aux États-Unis que dans le reste du monde. Dans un article récemment publié dans les Actes de l’Académie nationale des sciences, l’équipe a partagé que si le plus grand frelon du monde prenait pied dans l’état de Washington, il pourrait se propager à une grande partie de la côte ouest des États-Unis.

Les frelons géants asiatiques pourraient également trouver un habitat approprié sur toute la côte est et dans les régions peuplées d’Afrique, d’Australie, d’Europe et d’Amérique du Sud, en étant transportés par l’homme à son insu. Les prédictions de l’équipe soulignent l’importance des efforts de l’état de Washington pour stopper l’invasion de ces insectes avant qu’ils ne prolifèrent. L’auteur principal, Gengping Zhu, un chercheur postdoctoral du département d’entomologie de l’Université de Washington, a déclaré : « Nous avons trouvé de nombreux climats pouvant leur convenir aux États-Unis et dans le reste du monde »

En collaboration avec Chris Looney, scientifique du département de l’agriculture de l’état de Washington, David Crowder et Javier Illan, entomologistes du WSU, Gengping Zhu a examiné plus de 200 enregistrements de l’aire de répartition naturelle du frelon au Japon, en Corée du Sud et à Taïwan. Il a ensuite utilisé un ensemble de modèles écologiques intégrant des données climatiques pour prévoir l’habitat mondial probable sur les six continents. Javier Illan a déclaré : « Ces prévisions font appel à une véritable enquête scientifique. Nous faisons une estimation éclairée de la vitesse à laquelle ces insectes peuvent se déplacer, de la distance parcourue, de leur taux de réussite pour établir un nid, et nous proposons différents scénarios, du plus modeste au pire. Personne n’a jamais fait cela auparavant pour cette espèce ».

Un large éventail d’habitats adaptés

Originaire des régions boisées d’Asie, le frelon géant asiatique Vespa mandarinia représente une menace sérieuse pour les abeilles mellifères occidentales, qui n’ont aucune défense naturelle. En fin d’été et en automne, les colonies de frelons attaquent les ruches, détruisant des colonies entières d’abeilles pour nourrir leur couvain et produire de nouvelles reines. Cet insecte, qui peut atteindre une longueur de cinq centimètres, dispose également d’un puissant dard, plus dangereux que celui des abeilles et des guêpes locales.

Les frelons géants d’Asie sont plus susceptibles de prospérer dans les zones où les étés sont chauds, les hivers doux et les pluies abondantes. Une chaleur extrême leur est fatale, c’est pourquoi les habitats les plus adaptés se trouvent dans des régions où la température maximale ne dépasse pas les 39 degrés Celsius. Sur la base de ces facteurs, l’habitat idéal pour le frelon géant se situerait le long d’une grande partie des côtes ouest et est des États-Unis, dans les régions adjacentes du Canada, dans une grande partie de l’Europe, dans le nord-ouest et le sud-est de l’Amérique du Sud, en Afrique centrale, dans l’est de l’Australie et dans la plupart des régions de Nouvelle-Zélande.

 

En fin d’été et en automne, les colonies de frelons s’attaquent aux ruches, détruisant des colonies entières d’abeilles pour nourrir leur couvain et produire de nouvelles reines. (Image : pixabay / CC0 1.0)
En fin d’été et en automne, les colonies de frelons s’attaquent aux ruches, détruisant des colonies entières d’abeilles pour nourrir leur couvain et produire de nouvelles reines. (Image : pixabay CC0 1.0)
 

Une grande partie de l’intérieur des États-Unis est inhospitalière pour le frelon en raison des températures chaudes ou froides extrêmes et des faibles précipitations. Cela comprend la partie orientale de l’État de Washington et de la Colombie-Britannique, ainsi que la Vallée centrale de la Californie, qui disposent toutes d’importantes cultures de fruits et de noix qui dépendent de la pollinisation par les abeilles.

Risque de propagation accidentelle

En utilisant les données d’une espèce similaire, la Vespa velutina, les scientifiques ont déterminé que sans confinement, les frelons géants d’Asie pourraient se propager dans le sud de l’État de Washington et de l’Oregon, et vers le nord à travers la Colombie-Britannique. Sachant que les frelons peuvent progresser d’environ 110 kilomètres par an, le pire scénario a montré que les insectes pouvaient se disperser dans les régions occidentales de l’État de Washington et de l’Oregon en 20 ans ou moins. Cependant, les scientifiques ont averti que ces prédictions n’étaient qu’une estimation approximative. Javier Illan a déclaré : « Les informations qui nous sont nécessaires : à savoir la vitesse à laquelle les reines peuvent voler et la distance parcourue, nous sont inconnues. Beaucoup d’éléments biologiques basiques nous échappent. Donc, nous élaborons différentes hypothèses ».

Chris Looney a déclaré : « Nous savons que les reines sortent de leur nid à l’automne, s’accouplent et s’envolent... quelque part. Mais personne ne sait jusqu’où elles volent, ou si elles volent de façon continue. Nous ignorons si au printemps elles installent leur nid près de l’endroit où elles ont hiberné, ou si elles reprennent leur vol. Cette absence d’informations complique nos prévisions en ce qui concerne les tendances de dispersion naturelle ».

On ne peut pas se baser uniquement sur la nature pour prédire la destination finale du frelon. L’activité humaine joue un rôle dans la propagation des espèces envahissantes autour du globe. Bien que les colonies ne puissent être créées que par des reines fécondées et qu’une analyse de l’USDA ait montré que le transport accidentel par l’homme reste improbable, Chris Looney a lui déclaré que la propagation assistée par l’homme pourrait être une préoccupation, ajoutant : « Il est facile pour certaines espèces de se déplacer d’un bout à l’autre du pays, de façon accidentelle, même s’il y a une large zone d’habitat inadapté entre les deux ».

David Crowder a déclaré : « Il est essentiel de prévenir l’installation et la propagation du frelon géant d’Asie dans l’ouest de l’Amérique du Nord pour protéger les abeilles et les apiculteurs. Notre étude peut aider à mettre en place des stratégies de surveillance et d’éradication de ces envahisseurs avant qu’ils ne s’établissent ».


Fourni par : Seth Truscott, Washington State University (Note : le contenu et la longueur des documents peuvent être modifiés).

Traduit par Swanne Vi

Version en anglais : Scientists Predict Potential Spread, Habitat of Invasive Asian Giant Hornet