Press "Enter" to skip to content

Homme. Théorie de l’évolution : les faits occultés par la théorie de Darwin (2/2)

SAVOIR > Homme

En 1859, Darwin a proposé la théorie de l’évolution. Il croyait que les êtres vivants n’avaient pas été créés par Dieu, mais qu’ils avaient évolué du simple au complexe, sur une longue période de temps. Mais, à proprement parler, l’évolution n’est toujours qu’une hypothèse.

Darwin espérait que des preuves solides seraient trouvées dans un avenir proche. Mais aucune preuve n’a été découverte. La théorie de l’évolution est si éloignée des faits que les arguments connus sont ambigus et les conclusions irréductibles.

Plus tard, les savants ont hérité de la théorie de l’évolution en tant que foi scientifique. Ainsi, sur la base de la foi, l’évolution a été présentée à la communauté universitaire et au public comme la vérité. Pour une raison quelconque, cette nouvelle hypothèse est rapidement devenue une croyance populaire et a été largement acceptée comme la vérité. Cependant, l’acceptation par un grand nombre de personnes n’élève pas une hypothèse au rang de vérité.

Théorie de l’évolution : les faits occultés par la théorie de Darwin
Voyage de Beagle du 27 décembre 1931 au 2 octobre 1836. En 1859, Darwin a proposé la théorie de l’évolution. Il croyait que les êtres vivants n’avaient pas été créés par Dieu, mais qu’ils avaient évolué du simple au complexe, sur une longue période de temps. (Image : wikimedia / © Sémhur / Domaine publique)

Des découvertes qui questionnent la théorie de l’évolution

En 1880, la découverte de nombreux outils sophistiqués en pierre, au pied du Mont Tabor, en Californie, aux États-Unis, a confirmé qu’ils étaient vieux de 55 millions d’années, bouleversant complètement la théorie de l’évolution humaine. Cependant, cette découverte étonnante a été rapidement et sans aucune explication « oubliée ».

Parfois, lorsque les théories dominantes sont remises en question, certaines personnes hésitent à remettre en cause leurs croyances, ou alors les ignorent, même si elles ont fait l’objet d’une approche scientifique. En 1966, un lot de lances en fer a été déterré à Hoyaleque, au Mexique. Le Dr McIntyre, une géologue américaine, a été chargée de les identifier. Elle a utilisé deux méthodes pour dater les lances et a obtenu le même résultat : 250 000 ans.

Ce résultat, qui défie la théorie de l’évolution, était inacceptable pour une grande partie de la communauté scientifique. Cette partie de la communauté scientifique a fait pression sur un érudit européen pour qu’il modifie la date, afin que les gens l’acceptent. Mais McIntyre, professeur de renommée internationale, a perdu toute crédibilité et possibilité de travailler dans ce domaine.

Le même sort a été réservé à l’archéologue Amenta. Sa découverte d’une mâchoire d’animal préhistorique dans une ville mexicaine, qui contenait la tête d’une lance en fer brisée, a été identifiée comme une arme vieille de 260 000 ans. Cette trouvaille inhabituelle a été divulguée dans un certain nombre de publications, mais a rapidement suscité des critiques de la part des autorités qui n’ont mené aucune enquête, et ont ainsi porté atteinte à la carrière d’Amenta.

Théorie de l’évolution : les faits occultés par la théorie de Darwin
Il existe de nombreuses autres découvertes qui remettent en question la théorie de l’évolution, mais elles sont niées par ceux qui défendent toujours le passé. (Image : wikimedia / John Murray, Publisher & Charles Darwin / Domaine publique)

Il existe de nombreuses autres découvertes qui remettent en question la théorie de l’évolution, mais elles sont niées par ceux qui défendent toujours le passé. L’autorité de quelques-uns semble avoir pris la place de la pensée publique. L’opinion scientifique créée par les autorités est devenue un état d’esprit dominant.

Par conséquent, il était difficile pour le public de comprendre la situation réelle. Il ne pouvait qu’accepter inconditionnellement le point de vue des autorités, de sorte que la science est devenue une sorte de foi. Au fil du temps, la théorie de l’évolution a révélé de plus en plus de failles.

Certains universitaires opposés à l’évolution ont commencé à se manifester, en la remettant prudemment en question sur la base de faits : ce qui, sans exception, a naturellement suscité de nombreuses critiques empiriques. Mais les faits sont les faits, après tout, et les énigmes théoriques attireront toujours ceux qui recherchent la vérité.

Rédacteur Charlotte Clémence

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.