Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Bien-être. Les vertus des remèdes traditionnels, connaître et cultiver les plantes médicinales : l’échinacée (4/4) 

SANTÉ > Bien-être

L’échinacée est bien connue pour ses capacités à renforcer le système immunitaire. Après avoir gagné en popularité auprès des médecins éclectiques à la fin des années 1800, elle a constitué l’un des remèdes à base de plantes les plus vendus dans le commerce.

Bien que de nombreuses études aient confirmé les bienfaits médicinaux de l’échinacée, sa production non réglementée a entraîné des différences de qualité et certains rapports ont révélé que la plante n’était finalement pas efficace, ce qui a terni sa réputation. Pour obtenir le meilleur produit, il est préférable de le cultiver soi-même. Heureusement, ces belles plantes sont faciles à cultiver !

La plante

Les vertus des remèdes traditionnels : connaître et cultiver les plantes médicinales : l’échinacée
Echinacea angustifolia était une plante médicinale traditionnelle bien avant l’arrivée des Européens en Amérique du Nord. (Image : wikimedia / Dy-e via / CC BY-SA 3.0)

Echinacea ou échinacée pourpre est un genre de la famille des marguerites, originaire de l’est et du centre de l’Amérique du Nord. Sur les dix espèces reconnues, deux sont couramment utilisées pour un usage médicinal qui va bien au-delà du traitement contre le rhume.

Bien qu’Echinacea angustifolia et Echinacea purpurea soient toutes deux des plantes robustes et dressées, avec des feuilles grossières, velues et lancéolées, et des fleurs composées, aux pétales pourpres et au centre hérissé, il existe des différences subtiles à prendre en compte lors de la fabrication d’un médicament.

Pour l’identification, Echinacea angustifolia a des pétales un peu tombants d’un violet plus pâle et des feuilles étroites, tandis qu’Echinacea purpurea a des pétales d’un violet plus foncé et des feuilles plus larges. Echinacea angustifolia a un système racinaire plus profond et est principalement utilisée pour sa racine, tandis que pour Echinacea purpurea, la plante entière est considérée comme médicinale.

Avec ses fleurs voyantes et durables, l’échinacée est depuis longtemps populaire parmi les jardiniers, et d’innombrables plantes hybrides ont été cultivées pour varier la couleur des fleurs, le nombre de pétales et la taille de la plante. Si ces hybrides peuvent être de délicieux ajouts à un festin visuel, il n’est pas certain qu’ils aient les mêmes propriétés médicinales ou les mêmes avantages environnementaux que les plantes indigènes. Pour les remèdes traditionnels, il est recommandé de s’en tenir aux plantes originales des prairies utilisées par les Amérindiens.

Utilisations traditionnelles

Les vertus des remèdes traditionnels : connaître et cultiver les plantes médicinales : l’échinacée
Les femmes amérindiennes avaient de nombreuses compétences et responsabilités, dont la préparation de remèdes traditionnels, qui ont été transmises en partie aux colons européens. (Image : wikimedia / Unknown author / Domaine public)

Curieusement, les Amérindiens utilisaient l’échinacée pour à peu près tout, sauf pour sa fonction principale actuelle : renforcer l’immunité contre le rhume et la grippe. Elle était utilisée par diverses tribus indigènes pour traiter toutes sortes de douleurs et d’enflures, et guérissait plus de maladies que n’importe quelle autre plante.

Les colons européens ont été initiés à ses vertus médicinales par les tribus voisines, qui lui trouvaient chacune des vertus. Par exemple, l’échinacée était utilisée pour traiter les maux de dents chez les Comanches et les Crows, la toux chez les Chocktaws et les Kiowas, les inflammations et les septicémies (inflammations potentiellement mortelles) chez les Dakota et les Omaha, la gonorrhée chez les Lenape et les morsures de serpent à sonnettes chez les Sioux et les Pawnee.

Le Dr H. C. F. Meyer, médecin éclectique vivant au Nebraska, a été tellement impressionné par cette dernière application qu’il a passé plusieurs années à travailler sur l’échinacée pour formuler son propre « purificateur de sang », qui, selon lui, pouvait tout soigner, des morsures de serpent à sonnette à la typhoïde.

La médecine éclectique, un mouvement américain qui intègre l’utilisation de remèdes botaniques, a vu le jour vers 1850 et est restée populaire pendant près d’un siècle. Ce mouvement était déjà bien avancé lorsque le Dr. Meyer a présenté sa panacée dans les années 1870, mais ses affirmations étaient si extravagantes qu’il s’est naturellement heurté à une certaine résistance.

Dans une longue tentative de promotion de son remède, le Dr. Meyer a d’abord été traité de charlatan par d’éminents médecins. Sa persévérance l’a amené à faire plusieurs démonstrations de son efficacité après s’être injecté du venin, ainsi qu’à envoyer aux médecins de grands échantillons de racine d’échinacée, et pour finir la plante entière. Une fois qu’ils ont été incités à commencer à expérimenter la plante, d’autres médecins éclectiques sont devenus des défenseurs enthousiastes à leur tour, et l’échinacée a été reconnue comme une plante curative puissante.

L’utilisation actuelle de l’échinacée comme agent préventif contre le rhume et la grippe serait due à une information erronée, selon laquelle les Indiens d’Amérique utilisaient la plante à cette fin, alors qu’ils l’utilisaient en réalité pour le traitement plutôt que pour la prévention.

Propriétés médicinales de l’échinacée

Les vertus des remèdes traditionnels : connaître et cultiver les plantes médicinales : l’échinacée
En tant que puissant stimulant immunitaire, l’échinacée est susceptible d’être bénéfique à notre chère abeille domestique et à d’autres pollinisateurs importants, qui sont confrontés à de nombreuses menaces, notamment les infections virales. (Image : wikimedia / David J. Stang / CC BY-SA 4.0)

En tant que remède durable et populaire, l’échinacée a fait l’objet de recherches approfondies et sa valeur médicinale ne fait plus de doute. Les herboristes considèrent l’échinacée comme un puissant substitut, car elle permet à l’organisme de retrouver la santé grâce à diverses actions.

. Renforce le système immunitaire : stimule le système immunitaire et la production de globules blancs
. Augmente la phagocytose : élimination des agents pathogènes et des déchets métaboliques
. Anti-inflammatoire - dû en partie au composé bioactif alkylamide, qui a un effet notable de picotement et d’engourdissement.
. Antiviral - réduit efficacement la charge virale en modérant l’entrée, l’internalisation et la réplication.
. Immunomodulateur - peut équilibrer la réponse du système immunitaire de l’organisme grâce à ses effets antiviraux et anti-inflammatoires.
. Détoxifiant - favorise la circulation de la lymphe, tout en stimulant la salive et d’autres sécrétions corporelles.
. Inhibe la hyaluronidase, une enzyme qui dissout la chair et que l’on retrouve dans de nombreux venins.
. Généralement considérée comme sûre, l’échinacée peut être consommée par les enfants, par voie interne ou externe, et pendant de longues périodes. Les personnes souffrant de maladies auto-immunes devraient toutefois consulter leur médecin avant de prendre de l’échinacée.

La culture de l’échinacée

Les vertus des remèdes traditionnels : connaître et cultiver les plantes médicinales : l’échinacée
Les jeunes plants d’échinacée peuvent fleurir dès la première année s’ils sont mis en place tôt, mais il faut souvent une saison complète pour qu’ils arrivent à maturité. (Image : wikimedia / Forest & Kim Starr / CC BY 3.0)

En tant que plante vivace indigène, l’échinacée est facile à cultiver et bénéfique pour nos pollinisateurs indigènes. La plante peut être cultivée à partir de graines, divisée ou transplantée à partir de pots, et s’auto-ensemence dans des conditions favorables. Dans un jardin diversifié, cette plante nécessitant peu d’entretien résiste bien aux ravageurs et aux maladies.

À partir des graines

Comme les graines d’échinacée ont besoin d’une stratification froide et humide pour germer, elles peuvent être semées à l’extérieur à l’automne, pour germer au printemps. Pour une germination plus rapide, placez les graines dans une serviette en papier humide au réfrigérateur pendant quelques semaines. Ensuite, au moins quatre semaines avant les dernières gelées, semez les graines à 3 cm de profondeur dans de petits récipients contenant un mélange de départ. Placées sur une fenêtre ensoleillée avec une humidité constante, elles devraient germer en deux ou trois semaines.

Lorsqu’elles seront devenues de petits plants, vous pourrez les planter sans risque de gel. L’échinacée n’est pas exigeante, mais elle se plaît dans un endroit ensoleillé avec un sol riche et bien drainé. Arrosez régulièrement les jeunes plantes et elles développeront un système racinaire profond capable de tolérer la sécheresse.

Propagation par division

Les plants établis formeront des grappes denses qui peuvent être divisés pour la propagation. C’est également l’occasion de récolter les racines médicinales, ce qui peut être fait tous les trois à cinq ans sans nuire à la plante.

À l’automne ou au début du printemps, repérez vos plants et déterrez la masse des racines dans un sol bien humidifié. À l’aide d’une bêche, d’un couteau ou d’une scie bien aiguisée, coupez chaque touffe en deux ou trois morceaux. Ces sections peuvent être replantées directement avec un espacement de 45 cm, ou lavées et préparées pour un usage médicinal.

Les vertus des remèdes traditionnels : connaître et cultiver les plantes médicinales : l’échinacée
Les graines d’échinacée sont intéressantes pour l’hiver et constituent une nourriture précieuse pour la faune. Si on les laisse sur pied, elles s’ensemenceront d’elles-mêmes. (Image : wikimedia / Cephas / CC BY-SA 4.0)

Remèdes maison à base d’échinacée

Comme indiqué précédemment, l’ensemble de la plante Echinacea purpurea contient des composés médicinaux, ce qui la rend idéale pour la préparation de remèdes rapides à partir de plantes fraîches ou séchées. Les fleurs et les feuilles peuvent être récoltées et séchées pour une utilisation hors saison, ou cueillies fraîches à la demande. L’effet des racines peut être plus puissant, mais leur récolte demande plus d’efforts et, pour la santé de vos plantes, elles ne doivent pas être récoltées trop fréquemment.

Infusion ou « thé »

Les vertus des remèdes traditionnels : connaître et cultiver les plantes médicinales : l’échinacée
Pour préparer du thé, utilisez une cuillère à soupe d’herbe sèche (ou deux d’herbe fraîche) par tasse d’eau bouillante. (Image : Anna Pou / pexels)

Une infusion ou « thé » à base d’échinacée est un moyen simple et efficace de profiter des bienfaits de cette plante. Le thé peut être préparé à partir de matières sèches ou fraîches (feuilles, fleurs et/ou racines si vous en avez).

Récoltez des fleurs jeunes et fraîches, ainsi que des feuilles larges et saines. Si vous envisagez de les faire sécher, les tiges fleuries sont plus faciles à suspendre. Récoltez toujours au-dessus du nœud suivant afin d’encourager une nouvelle croissance.

Les tiges peuvent être suspendues dans un environnement propre et sec, à l’abri du soleil, tandis que les feuilles et les fleurs peuvent être séchées à plat ou placées dans un déshydrateur à basse température. Lorsque la plante est complètement sèche, écrasez-la en petits morceaux et conservez-la dans un récipient hermétique pour une utilisation ultérieure.

Pour préparer du thé, utilisez une cuillère à soupe d’herbe sèche (ou deux d’herbe fraîche) par tasse d’eau bouillante. Laissez infuser pendant 10 minutes et consommez chaud. L’échinacée seule a une saveur légèrement sucrée et terreuse et provoque une sensation de picotement, mais vous pouvez y ajouter de la menthe, de la mélisse ou un édulcorant naturel.

Une décoction plus puissante peut être réalisée en faisant infuser l’herbe deux fois plus longtemps. Cette décoction peut être utilisée en usage externe pour les affections topiques.

Glycérine

Les extraits de plantes sont souvent utilisés pour fabriquer des composés médicinaux actifs afin de les conserver et d’en faciliter l’application. L’extrait le plus courant est la teinture. Pour ce faire, les racines hachées, fraîches ou séchées, sont recouvertes d’alcool fort (80 à 100 %) pendant quelques semaines. Le pot scellé est agité quotidiennement au début, puis tous les deux jours, jusqu’à ce qu’il soit temps de filtrer et de mettre le remède en bouteille.

Comme l’échinacée doit être prise fréquemment et qu’elle est souvent administrée aux enfants, beaucoup préfèrent une substance non alcoolisée, dans ce cas, un macérat sans alcool est la solution. Tout comme pour les teintures, les racines d’Echinacea angustifolia sont recommandées pour un extrait glycériné. Elles peuvent être fraîches ou séchées, ce qui déterminera le rapport entre la plante et le solvant.

Si l’on opte pour de l’échinacée sèche, il faut utiliser une part (en poids) de racines finement hachées pour quatre parts de solvant. Le macérat se compose d’eau filtrée (environ 40 %) et de glycérine végétale de qualité alimentaire (environ 60 %). Voici un exemple :

. 2 onces de racines séchées
. 3,2 onces d’eau
. 4,8 onces de glycérine

Pour les herbes fraîches, le rapport est d’une part (en poids) d’herbes écrasées/hachées pour deux parts de solvant. Dans ce cas, le macérat peut contenir entre 70 et 100 % de glycérine. Par exemple :

. 3 onces de racine fraîche
. 6 onces de glycérine

Si vous utilisez des racines séchées, laissez-les se réhydrater un peu en ajoutant d’abord l’eau, puis la glycérine. Les racines fraîches sont simplement pressées dans un bocal propre et recouvertes de solvant. Fermez hermétiquement le bocal afin que les huiles essentielles ne s’évaporent pas pendant le traitement, qui peut être l’exercice de trois semaines décrit ci-dessus pour les teintures, ou un bain chaud abrégé comme suit : placez le bocal scellé sur une grille ou un petit linge dans une mijoteuse, une cocotte-minute ou une marmite instantanée. Remplissez la marmite avec suffisamment d’eau pour atteindre le niveau de votre mélange dans le(s) bocal(aux). Réchauffez la glycérine sur le réglage le plus bas ou faites-la « cuire lentement » dans une mijoteuse pendant trois jours. Ensuite, filtrez, mettez en bouteille et étiquetez votre remède.

Application des remèdes à base d’échinacée

Rhumes et grippes

À titre préventif, buvez une tasse de thé d’échinacée par jour au début de la saison des rhumes, avant et pendant les voyages, ou à chaque fois que vous vous sentez vulnérable à une infection. En cas de rhume ou de grippe, une demi-cuillère à café de macérat glycériné d’échinacée toutes les quatre heures peut vous aider à vous rétablir plus rapidement. Les enfants de plus de deux ans peuvent prendre la moitié de la dose adulte, deux fois par jour.

Infections

Pour traiter une infection ou une inflammation, il est recommandé de procéder à une application topique et interne simultanée. De petites doses fréquentes de thé ou d’extrait renforceront votre immunité, tandis que la zone affectée sera traitée à l’aide d’une compresse imbibée d’une décoction chaude.

Maux de gorge

Préparez un spray pour la gorge à partir d’une tisane forte ou de macérat dilué, et appliquez-le régulièrement. Buvez une tisane d’échinacée ou prenez une demi-cuillère à café de glycérine trois ou quatre fois par jour.

Médecine Intégrative

Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires, l’échinacée s’est révélée prometteuse dans le traitement du cancer, du SIDA, de la Covid et d’autres maladies graves.

Rédacteur Fetty Adler
Collaborateur Jo Ann

Source : For Powerful Traditional Remedies, Know and Grow Medicinal Herbs (E) Echinacea

Cliquez ici pour lire l’article N°1

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.