Press "Enter" to skip to content

Bien-être. L’acupuncture dans le traitement du cancer du sein

SANTÉ > Bien-être

L’acupuncture existe depuis des milliers d’années et est l’un des cinq piliers de la médecine traditionnelle chinoise (MTC). (Image : Vivian Chen / flickr / CC BY-ND 2.0)
 

L’acupuncture, la phytothérapie chinoise, ainsi que d’autres outils de traitement de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) ne sont efficaces que si les anomalies énergétiques du patient sont évaluées soigneusement en utilisant toutes les théories de la MTC.

Les personnes atteintes d’un cancer du sein souffrent souvent de stress généré par les procédures diagnostiques. Elles sont confrontées à des décisions concernant les options de traitement et à l’impact que le diagnostic aura sur leur vie professionnelle et personnelle. Le stress peut avoir de multiples incidences biologiques pouvant conduire à un dysfonctionnement systémique sur le plan physique et émotionnel.

La chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie sont des traitements «locaux» standards pour ces patientes. Ces interventions se concentrent principalement sur la zone touchée par le cancer, mais elles peuvent aussi avoir une incidence sur d’autres parties du corps de façon systémique. Ces complications se manifestent sous forme d’effets secondaires dus aux traitements, en particulier :

• Douleur : en conséquence d’une neuropathie, de tissus endommagés ou de tissus cicatriciels.
• Dysfonctionnement de l’appareil digestif : nausées, vomissements, anorexie, diarrhée ou constipation.
• Dysfonctionnements endocriniens : perte de cheveux, bouffées de chaleur, extrémités froides et faible libido.
• Dysfonctionnements mentaux et cognitifs : anxiété, dépression, insomnie, troubles de la mémoire et de la concentration, et ralentissement des processus de pensée.
• Dysfonctionnement du système hématologique : diminution de la numération globulaire, réduction des lymphocytes.
• Atteinte du système squeletto-musculaire : douleurs musculaires, douleurs articulaires.
• Atteinte du système nerveux : neuropathie, dysfonction immunologique et symptômes tels que la bouche sèche.

Patient recevant une chimiothérapie. (Image : Phil et Pam Gradwell via flickr / CC BY 2.0)
Patient recevant une chimiothérapie. (Image : Phil et Pam Gradwell / flickr / CC BY 2.0)
 

Pour tenter de contrer ces effets secondaires systémiques, certains patients atteints de cancer ont recours à d’autres moyens relevant du domaine des médecines complémentaires et parallèles (MCP) Ces médecines visent à réduire les effets secondaires énumérés ci-dessus, car certaines d’entre elles sont axées sur l’amélioration du fonctionnement de l’ensemble du système. Elles abordent souvent des questions à la fois physiques et émotionnelles.

La médecine traditionnelle chinoise (MTC) est un exemple parfait d’un type de MCP. L’acupuncture, la moxibustion, la phytothérapie chinoise, le Tui Na, le Chi Gong (aussi appelé qigong, exercices de qi et méditation) et la thérapie nutritionnelle, ou diététique thérapeutique, sont tous des outils thérapeutiques de la médecine traditionnelle chinoise. Parmi ces outils, l’acupuncture est l’approche thérapeutique la plus utilisée en Occident, pour traiter des patients atteints de cancer, tandis que la phytothérapie chinoise est plus souvent utilisée en Chine aujourd’hui.

Médecine traditionnelle chinoise

L’acupuncture, la phytothérapie chinoise ainsi que d’autres outils de traitement de la médecine traditionnelle chinoise ne sont efficaces que si les anomalies énergétiques du patient sont évaluées soigneusement en utilisant toutes les théories de la MTC : yin et yang, « wu xing » (aussi appelé les cinq éléments), le qi, le sang, l’essence, les fluides, les méridiens, les organes ainsi que l’homme et la nature.

Le plan de traitement devrait inclure des changements alimentaires, des modifications du mode de vie et la pratique d’exercices pour renforcer le qi (énergie), ainsi que des traitements quotidiens d’acupuncture et la prescription d’apport journalier de plantes adaptées au patient (qui pourra changer en fonction de l’évolution des symptômes).

Combiner la médecine traditionnelle chinoise avec la médecine moderne peut avoir de plus grands bénéfices pour votre santé. (Image : Spot Us via flickr/CC BY-SA 2.0)
Combiner la médecine traditionnelle chinoise avec la médecine moderne peut avoir de plus grands bénéfices pour votre santé. (Image : Spot Us / flickr / CC BY-SA 2.0)
 

En Occident, les gens ne reçoivent généralement pas la dose adaptée à un traitement par MTC habituellement nécessaire pour s’avérer efficace. Les gens combinent rarement un traitement conventionnel à la phytothérapie chinoise, les oncologues craignant une interaction négative avec la chimiothérapie.

La MTC peut être utilisée à des fins multiples pour les personnes atteintes d’un cancer du sein : d’une part pour soutenir les fonctions physiques et mentales du corps durant les traitements conventionnels, d’autre part pour réduire les effets indésirables de ces traitements, et enfin pour récupérer un corps en bonne santé et éviter les récidives du cancer et autres maladies à l’avenir.

Acupuncture

L’acupuncture est un procédé utilisé pour rétablir l’équilibre du qi. Il s’agit d’insérer de fines aiguilles stériles en de nombreux points situés à la surface du corps. Il y a environ 360 points reliés à 12 méridiens principaux et 8 méridiens supplémentaires.

Avant d’insérer les aiguilles, l’acupuncteur doit poser un diagnostic sur le patient selon la méthode en MTC. L’acupuncteur doit comprendre les enjeux biomédicaux et structurels avant de choisir une combinaison de points. Par exemple, s’il y a une chaleur excessive dans le système, le praticien peut choisir un point lié à l’énergie froide pour augmenter celle-ci, ou un point lié à l'énergie thermique afin de réduire celle-ci.

En plus de choisir stratégiquement une combinaison de points, le praticien doit aussi veiller à bien choisir comment insérer et manipuler les aiguilles. Il s’agit là d’un détail crucial pour le bon déroulement de l’intervention.

Tableau d'acupuncture chinoise du XVIIe siècle, montrant le trajet du canal pulmonaire taiyine de la main, avec les emplacements acu-moxa marqués. (Image : Wikimedia Commons)
Tableau d’acupuncture chinoise du XVIIe siècle, montrant le trajet
du canal pulmonaire taiyin de la main, avec les emplacements
acu-moxa (Acupuncture & Moxibustion) marqués.
(Image : Wikimedia / Commons)
 

Si le praticien veut améliorer la circulation du qi dans le méridien de la patiente, il doit demander à la patiente de respirer profondément lorsque l’aiguille est insérée. L’aiguille doit être insérée en suivant le sens de l’écoulement du qi, tournant en sens horaire et maintenue un peu plus en profondeur.

Une séance d’acupuncture dure environ 30 minutes. D’autres manipulations manuelles peuvent s’ajouter en cours de séance. Les patientes peuvent ressentir de l’inconfort et une légère douleur lors de l’insertion de l’aiguille. Ensuite, des sensations telles qu’une pression, une douleur sourde, des picotements et un engourdissement, peuvent se produire lorsque l’aiguille touche le qi.

Après le traitement, les patientes peuvent se sentir profondément détendues, légères, pleines d’énergie ou fatiguées. La douleur peut être réduite immédiatement, mais parfois il se peut qu’elle augmente avant dvêtre réduite. Les patientes doivent envisager une trentaine de séances avant que les symptômes n’aient disparu. La MTC n’est pas un traitement à solution rapide.

Le Dr Yang est un psychiatre certifié et un médecin de quatrième génération de la médecine chinoise. Son site Web est Taoinstitute.com

Rédacteur Laila

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.