Press "Enter" to skip to content

Culture. L’origine légendaire du concerto pour violon Les Amants papillons

TENDANCE > Culture

L’une des œuvres orchestrales chinoises les plus célèbres est le concerto pour violon Les Amants Papillons – ou Butterfly Lovers en anglais. Ce concerto est basé sur la légendaire et tragique histoire d’amour de Liang Shanbo et Zhu Yingtai. Cette histoire est également appelée Liang Zhu en chinois, qui est la combinaison des noms de famille des protagonistes centraux. Cette œuvre a été enregistrée et jouée plus que tout autre concerto chinois dans le monde. Elle est connue comme l’âme de la musique symphonique nationale chinoise.

Nous vous proposons d’explorer les nombreux thèmes, histoires, circonstances et personnalités qui s’entrecroisent derrière ce chef-d’œuvre musical créé par Chen Gang.

Les événements tragiques qui ont inspiré le concerto pour violon Les Amants papillons

En 1957, le père de Chen Gang, le célèbre et populaire musicien, compositeur et auteur de chansons Chen Gexin, a été qualifié de « droitier » par le régime communiste chinois et envoyé dans le redoutable camp de travail de Baimaoling, dans un ravin de la province d’Anhui.

Chen Gang, étant le fils aîné, a été également surnommé « fils de droitier ». Par conséquent, il a été férocement critiqué et a dû endurer de grandes douleurs et humiliations. Le deuxième fils, Chen Keng, était un génie des mathématiques et étudiant à l’origine à l’université de Fudan. Il a été contraint de se rendre dans le Jiangxi pour nourrir les cochons. Le troisième fils, Chen Dong, était encore jeune et a souffert émotionnellement, car il a été contraint de vivre sans son père et sans ses frères. La fille, Chen Xiaoli, est devenue silencieuse et a gardé un profil bas. La femme de Chen Gexin, Jin Jiaoli, a assumé toutes les charges et responsabilités et a mené une vie très difficile.

C’est dans ces circonstances que Chen Gang, qui était alors au conservatoire de musique de Shanghai, a été sommé, par le comité du Parti communiste du conservatoire, de créer une œuvre musicale pour célébrer le 10ème anniversaire de la fondation du régime communiste et de la « Nouvelle Chine ».

L’origine légendaire du concerto pour violon Les Amants papillons
Photo du Chen Gexin le père de Chen Gang. Ce dernier a commencé à composer Les Amants papillons, à l’époque où son père venait d’être qualifié de « droitier » par le régime communiste et envoyé dans un camp de travail. Il est mort de tortures mentales et physiques inhumaines, dans le camp de travail. (Image : wikimedia / Domaine public)

Il est difficile d’imaginer dans quel état d’esprit il se trouvait lorsqu’il a écrit cet immortel concerto pour violon intitulé Les Amants papillons. C’est peut-être parce qu’il avait souffert d’une douleur aussi atroce qu’il a pu créer un son qui secoue l’âme et une mélodie pleine de larmes et d’appels, dans laquelle Chen Gang a déversé tant de ses pensées et de ses souffrances inavouées.

Chen Gexin, qui se trouvait au loin dans le camp de travail de l’Anhui, a entendu Les Amants Papillons à la radio et a été très enthousiaste à ce sujet. Il a demandé à Chen Gang de lui envoyer la partition dès que possible. Mais Chen Gang avait beau vouloir envoyer l’œuvre à son père, qui était aussi son premier professeur, cela ne pouvait pas se faire dans cette période amère.

Les adieux déchirants entre Liang et Zhu

Au même moment, la propre vie amoureuse de Chen Gang était également secouée comme par une tempête. L’amour pur entre Chen Gang et sa dulcinée ne pouvait pas franchir les barrières du monde temporel. La famille de la jeune fille s’opposait systématiquement à sa relation avec le fils d’un droitier, malgré les sentiments profonds de la jeune fille.

Par une nuit sombre dans le parc Beihai, dans un silence total, Chen Gang, le cœur brisé, a dû faire ses adieux à sa bien-aimée. À ce moment-là, la mélodie du concerto pour violon Les Amants Papillons a soudainement retenti dans les haut-parleurs du parc, et la situation ressemblait à la séparation de Liang Shanbo et Zhu Yingtai. C’est devenu le son obsédant de la fin de son premier amour.

Chen Gexin, l’auteur-compositeur-interprète du vieux Shanghai

Le talent mondialement reconnu de Chen Gang est inséparable de celui de son célèbre père, Chen Gexin. Dans les années 1930 et 1940, Chen Gexin était un musicien réputé dans le vieux Shanghai. Il est l’auteur de Shanghai Nights, Rose, Rose, I Love You, The Blossom of Youth, Forever Smiling, Wishing You Happiness and Prosperity, Dream Lover…

À l’époque du vieux Shanghai, Chen Gexin était si connu et respecté pour son talent qu’au moins un tiers des chansons des films mettant en scène le chanteur populaire Zhou Xuan ont été composées par lui. En outre, l’influence de ses œuvres s’est poursuivie jusqu’à aujourd’hui.

Teresa Teng, Anita Mui et d’autres ont chanté les œuvres de Chen Gexin lors de concerts, et ils l’ont toujours fait avec une profonde affection. Chen Gexin a écrit plus de 200 chansons au cours de sa vie, dont Rose, Rose, I Love You, qui a connu un grand succès lorsqu’elle a été chantée par Frankie Laine en anglais. Cette chanson est restée populaire dans le monde entier.

L’origine légendaire du concerto pour violon Les Amants papillons
Teresa Teng, la « reine éternelle de la pop » en Asie, est l’une des nombreuses artistes célèbres qui ont chanté les œuvres de Chen Gexin lors de concerts. (Image : wikimedia / news.sohu.com / Domaine public)

Chen Gexin : génie musicien et patriote

Le jeune Chen Gexin était doux et élégant, beau et raffiné. Même s’il vivait très frugalement et ne portait pas de vêtements tape-à-l’œil, il dégageait une aura d’érudition et un talent extraordinaire. Alors qu’il enseignait à Shanghai, il a gagné l’amour d’une étudiante nommée Jin Jiaoli, qui était la fille d’un riche homme d’affaires et la beauté de l’école.

Cependant, leur amour mutuel s’est heurté à l’opposition de la famille de Jiaoli. Elle a courageusement franchi les barrières et a épousé Chen Gexin malgré tout. Dès lors, ils ont mené une vie simple et heureuse, et Jin Jiaoli a soutenu de tout son cœur la carrière musicale de Chen Gexin.

À cette époque, Chen Gexin n’était pas seulement passionné de musique, c’était aussi un jeune homme enthousiaste, soucieux du bien-être de sa patrie. En 1941, il a été emprisonné par les Japonais, mais il n’a pas cédé malgré toutes sortes de tortures, et il a finalement été libéré. Cette expérience éprouvante ne l’a pas déprimé, mais a enrichi son cœur et l’a incité à écrire d’autres chansons. Derrière les thèmes apparemment romantiques de la musique qu’il a écrite à cette époque, se cachent des métaphores exprimant l’espoir de Chen Gexin d’une victoire dans la guerre sino-japonaise et son aspiration à une vie libre et meilleure.

Une vie heureuse à Hong Kong

Après la victoire chinoise dans la guerre sino-japonaise, la famille de Chen Gexin s’est installée à Hong Kong où il a continué à travailler sur ses compositions. La famille menait une vie confortable et heureuse, mais une décision ultérieure a complètement changé non seulement son propre destin, mais aussi celui de toute sa famille.

En 1950, à l’invitation de Xia Yan, figure littéraire de gauche de Shanghai, Chen Gexin abandonne sa vie privilégiée à Hong Kong et retourne à Shanghai, plein de nostalgie et d’espoir pour la « Nouvelle Chine » sous le régime communiste. Dans ses rêves les plus fous, il n’aurait jamais pensé que la décision de rentrer au pays condamnerait tous les membres de sa famille à un destin tragique.

Le régime qualifie Chen Gexin de « droitier »

En 1957, Chen Gexin a été qualifié de « droitier » et condamné aux conditions sauvages du camp de travail de Baimaoling, dans le ravin de l’Anhui. En 1961, Chen Gexin, qui avait subi des tortures mentales et physiques inhumaines, est mort de faim, de malnutrition et de maladie dans le camp de travail.

L’origine légendaire du concerto pour violon Les Amants papillons
Photo de Chen Gexin et de son épouse. À la mort de son époux Jin Jiaoli a été accompagnée par les chansons de son mari et par Les Amants papillons de son fils Chen Gang, qui résumait l’aspiration de la famille et sa quête d’une vie libre et meilleure. (Image : wikimedia / Domaine public)

A ce moment-là, sa femme Jin Jiaoli, loyale, courageuse et héroïque, marchait jusqu’à Baimaoling dans la neige, comme elle l’avait fait de nombreuses fois auparavant pour lui rendre visite, et le spectacle qui l’attendait fut éprouvant. Elle fut horrifiée par l’état de la dépouille de son mari bien-aimé. On avait laissé les bêtes sauvages déterrer son corps d’une tombe peu profonde, puis démembrer et déchirer ses restes. Elle a récupéré 206 des os de Gexin. Elle a délicatement placé ses os dans une petite boîte en bois et a marché avec eux sur ce long et triste chemin du retour.

Un héritage durable

Après cette épreuve, au cours des longues années qui ont suivi, elle n’a été accompagnée que par les chansons que son mari lui avait léguées et par Les Amants papillons de son fils Chen Gang, qui résumaient l’aspiration de la famille et sa quête d’une vie libre et meilleure. À la fin, leurs rêves se sont transformés en magnifiques papillons et se sont envolés.

Jin Jiaoli venait d’une famille très aisée. Elle aurait pu avoir une vie facile et insouciante. Mais elle a renoncé à tout cela pour l’amour de sa vie. Nous ne pouvons qu’espérer que la gentillesse, l’endurance et la loyauté de cette femme extraordinaire envers son mari, sa famille et la nation chinoise seront un jour reconnues par tous les Chinois et les personnes de bonne volonté du monde entier. Peut-être, dans le futur, un génie musicien composera-t-il « La symphonie de Gexin et Jiaoli ».

Rédacteur Albert Thyme

Source : The Legendary Origin of the Violin Concerto ’Butterfly Lovers’
www.nspirement.com

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.