Press "Enter" to skip to content

Bien-être. Cultiver la bonne humeur, c’est le bonheur à l’horizon

SANTÉ > Bien-être

Rester imperturbable face aux frustrations de la vie courante et garder le sourire malgré un temps maussade et froid font figure de défis constants. Cultiver la bonne humeur servirait à aplanir ces difficultés apparentes à condition d’avoir les bons réflexes.

Que veut dire être de bonne humeur ?

L’humeur proprement dite c’est la « disposition affective dominante et permanente d’une personne » selon la définition du Larousse.

Quand vous êtes de bonne humeur, vous avez de bonnes dispositions envers vous-même et envers les autres si bien que vos proches trouvent votre compagnie agréable. En revanche une personne de mauvaise humeur a une mine renfrognée. Elle est désagréable envers les autres.

Le dictionnaire Larousse précise que l’humeur est une « disposition souvent liée aux circonstances ». Une personne de bonne humeur sait garder le sourire quelles que soient les circonstances. Elle sait communiquer la joie et la gaieté aux autres.

Comment fonctionne le cerveau quand une personne est de bonne humeur ?

Comme le rappelle le Professeur Michel Lejoyeux, psychiatre, addictologue et professeur à l’université de Paris 7, trois hormones entrent en jeu lorsque le cerveau reçoit des messages de bonne humeur : la dopamine, la sérotonine et les endorphines.

La dopamine, sorte de stimulant naturel contrôle l’élaboration de projets tandis que la sérotonine appelée « l’hormone du bonheur » contribue à la sensation de bien-être. Quant aux endorphines, elles sont impliquées dans le circuit de la récompense et du plaisir.

Le Professeur Michel Lejoyeux, psychiatre, addictologue et professeur à l’université de Paris 7 avance que la bonne humeur réduit les tensions et abaisse le taux de glycémie. Le stress au contraire augmenterait le taux de glycémie dans le sang. La bonne humeur, c’est plus qu’une simple disposition, c’est une alliée de taille pour la santé. Cependant elle n’est pas innée. Elle se travaille. « Je cultive ma bonne humeur. Au départ, c’était un petit effort (de bloquer les pensées négatives, par exemple), puis cela s’est transformé en habitude et s’est autoentretenu » explique Michel Lejoyeux, interrogé le 22 octobre 2020 par une thérapeute de la revue « Psychologies ».

Cultiver la bonne humeur nécessite le respect de quelques habitudes simples.

Exercer une activité physique

Instaurer un rituel comportant une activité physique le matin par exemple est très bénéfique. Les experts estiment que quelques minutes d’activité physique suffisent pour activer la bonne humeur. Des exercices d’étirement, une simple marche génère rapidement une sensation de bien-être. Il suffit de 6 minutes de marche par jour pour augmenter de 30% nos endorphines selon le Professeur Michel Lejoyeux. Les émotions négatives diminuent et la bonne humeur augmente.

Cultiver la bonne humeur, c’est le bonheur à l’horizon
Certains aliments contribuent plus que d’autres à entretenir la bonne humeur. La vitamine D très importante pour la régulation de l’humeur se trouve en abondance dans le saumon. (Image : cattalin / Pixabay)

Avoir une alimentation saine

Bien s’alimenter est la condition essentielle pour avoir un esprit sain dans un corps saint. Certains aliments contribuent plus que d’autres à entretenir la bonne humeur. Une alimentation riche en vitamine C, présente dans les agrumes notamment, stimule le système immunitaire et règle les troubles de l’humeur. Les produits riches en vitamine B comme la banane, l’avocat, les œufs eux aussi permettent d’améliorer l’humeur. Le chocolat noir riche en magnésium joue un rôle comparable et contribue à stimuler la bonne humeur.

La vitamine D très importante pour la régulation de l’humeur, synthétisée dans le corps par l’exposition au soleil en particulier, se trouve en abondance dans les sardines, les maquereaux, le saumon. Il est recommandé de consommer ces produits pour éviter les carences en vitamine D surtout en période hivernale.

Cultiver la bonne humeur, c’est le bonheur à l’horizon
Pour cultiver la bonne humeur bien dormir est indispensable. (Image : Daniela Dimitrova / Pixabay)

Avoir un sommeil de qualité

La qualité du sommeil a un impact déterminant sur la santé. Des heures de sommeil irrégulières et insuffisantes affectent l’humeur. Les chercheurs ont établi un lien entre le manque de sommeil, la dépression et les maladies mentales. Pour cultiver la bonne humeur bien dormir est indispensable. Il est recommandé de créer des routines propices à l’endormissement comme pratiquer un peu de lecture, boire une tisane, écouter de la musique apaisante. Avant de se coucher il vaut mieux éloigner les écrans qui perturbent l’envie de dormir à cause de la lumière bleue.

Privilégier la bienveillance

S’investir dans la vie associative, accorder un peu de son temps aux autres représentent autant d’occasions de rendre service. Pratiquer la bienveillance contribue à maintenir la joie de vivre et à cultiver la bonne humeur : la bienveillance rend plus heureux. Elle optimise la santé cardiaque et régule les problèmes liés au cœur estiment les experts. Donner et partager avec le sourire a des effets insoupçonnés : le mouvement des lèvres qui sourient envoie un message positif au cerveau. Plus vous souriez plus vous avez une sensation de bien-être et ceux qui vous verront sourire voudront vous imiter. Le sourire est contagieux. Il ne coûte rien et n’apporte que du bonheur !

Cultiver la bonne humeur, c’est le bonheur à l’horizon
La méditation aide à repousser les pensées négatives et stressantes. Pratiquée dans un endroit retiré, elle permet de prendre conscience de ses propres sensations. Elle réduit l’anxiété et les tensions. (Image : JL G / Pixabay)

Pratiquer la méditation

La méditation est considérée comme l’alliée idéale pour cultiver la bonne humeur. Elle aide à repousser les pensées négatives et stressantes. Pratiquée dans un endroit retiré, elle permet de prendre conscience de ses propres sensations. Elle réduit l’anxiété et les tensions. Les effets bénéfiques de la méditation sur le cerveau ne sont plus à démontrer.

« Pratiquée deux fois par semaine pendant huit semaines, elle fait chuter le taux de cortisol (hormone du stress) dans le sang et stimule la production d’endorphine, de sérotonine et d’ocytocine, qui est l’hormone de la sécurité affective et de la sociabilité. » commente la psychologue Jeanne Siaud-Facchin dans son ouvrage « Comment la méditation a changé ma vie… et pourrait bien changer la vôtre ! », paru aux éditions Odile Jacob). Grâce à la méditation notre cerveau a la capacité de nous aider « à savourer les petits bonheurs du quotidien ». Dans la vie courante, se ménager des pauses de 20 à 30 minutes par jour pour méditer est vivement recommandé.

L’humeur est une disposition bien plus précieuse qu’il n’y paraît. Cultiver la bonne humeur à l’intérieur de soi est un choix de vie délibéré, un choix déterminant qui favorise l’harmonie entre le corps et l’esprit.

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.