Press "Enter" to skip to content

Bien-être. Le monde des parfums et senteurs : une subtile invitation au bien-être

SANTÉ > Bien-être

Depuis l’Antiquité les parfums et les senteurs fascinent l’être humain. Les anciens leur reconnaissaient déjà des vertus curatives pour le corps et l’esprit. L’ère moderne a vu naître une nouvelle science établissant un lien direct entre parfums, senteurs et comportement. Le parfum, de plus en plus associé au bien-être est bien plus qu’une odeur.

Odeur, parfums et senteurs : définitions et fonctionnement

Si l’odeur représente la perception par l’odorat d’une molécule chimique présente dans l’air, le parfum c’est l’odeur émise soit par une plante, un animal, ou un environnement. La senteur désigne une odeur agréable. Quand l’odorat entre en jeu, les molécules odorantes en suspension dans l’air se dissolvent dans le mucus nasal pour atteindre les cellules olfactives qui envoient des signaux nerveux au bulbe olfactif situé dans le cerveau. Les récepteurs olfactifs sont aptes à reconnaître les odeurs. L’homme serait capable de distinguer 10 000 odeurs.

Émotions et olfaction

De nombreuses études modernes établissent le lien entre l’olfaction ou odorat et les émotions. « L’odorat est très lié aux zones du cerveau associées aux émotions, à l’affectivité, mais aussi à celles de la mémoire. » précise l’anthropologue Annick Le Guérer dans son ouvrage intitulé : Le Parfum, des origines à nos jours, paru aux Editions Odile Jacob.

Une odeur ne « peut jamais être départie d’un contexte social rassurant ou angoissant » poursuit-elle, ce qui rappelle un épisode phare de la littérature française, la « madeleine de Proust » où l’auteur Marcel Proust ayant trempé une madeleine dans son thé se retrouve plongé au cœur de ses souvenirs d’enfance. L’écrivain bouleversé et surpris explique : « l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer. » Une enseignante chercheure Muriel Jacquot de l’Université de Lorraine développe des arguments comparables à savoir que le souvenir olfactif a une puissante charge émotionnelle bien plus significative que la vue ou le toucher par exemple. Olfaction, émotions et mémoire sont étroitement liés : l’amygdale, organe impliqué dans le processus olfactif traite à la fois la mémoire et les émotions, d’où son rôle modulateur dans les souvenirs émotionnels.

Le parfum, source de bien-être remise au goût du jour

Les Egyptiens se servaient de la myrrhe pour lutter contre l’anxiété tandis que le safran soulageait l’anxiété et calmait les tensions chez les Grecs. Hippocrate disait : « Le parfum est un remède pour soigner notre mauvaise humeur ». Puis, le parfum fut apprécié à travers les âges pour d’autres raisons liées à la séduction ou à la beauté. Plus près de nous, dans les années 1980, naît une nouvelle science appelée l’aromachologie à ne pas confondre avec l’aromathérapie. L’aromachologie s’intéresse au lien entre les parfums, les odeurs et le comportement. Le mot « aromachologie » dérivé de la combinaison des deux mots « arôme » et « psychophysiologie » se réfère à la recherche du bien-être à travers les parfums. Les sensations olfactives auraient le pouvoir de créer un équilibre émotionnel. Un certain nombre de parfums et senteurs sont recommandés pour leurs propriétés relaxantes.

Le monde des parfums et senteurs : une subtile invitation au bien-être
La lavande jouit d’une excellente réputation en tant que senteur relaxante. Des recherches indiquent qu’elle entraîne une diminution de la pression artérielle, de la température de la peau et du rythme cardiaque. (Image : Matthias Böckel / Pixabay)

La vanille et la lavande pour apaiser

Les vertus calmantes et apaisantes de la vanille et de la lavande sont scientifiquement prouvées. Une expérience récente rapportée dans la revue Social Issues Research Center, centre de recherches sur les faits de société montre que les patients ayant humé de la vanille au cours d’un examen médical de type IRM (imagerie par résonance magnétique) « témoignent d’une anxiété 63 % moins forte que les autres ». Les auteurs de l’expérience ont souligné le caractère particulièrement stressant de cette technique médicale.

La lavande jouit d’une excellente réputation en tant que senteur relaxante. Des recherches indiquent que la lavande entraîne chez les sujets testés une diminution de la pression artérielle, de la température de la peau et du rythme cardiaque. En conséquence les personnes ayant inhalé de la lavande se sentent plus détendues et plus dynamiques. La vanille et la lavande représentent une subtile invitation au bien-être.

Le monde des parfums et senteurs : une subtile invitation au bien-être
Les molécules odorantes des agrumes ont pour spécificité d’influer sur le système nerveux et la sphère hépatique. (Image : Couleur / Pixabay)

Les agrumes pour garder la bonne humeur

Les molécules odorantes des agrumes ont pour spécificité d’influer sur le système nerveux et la sphère hépatique, siège de la colère pour la médecine traditionnelle chinoise. Citrons, oranges douces et pamplemousses sont vivement conseillées pour atténuer l’irritabilité et réduire la mélancolie. Les agrumes évoquent l’optimisme et la bonne humeur. Dans le même temps, les odeurs d’agrumes éveillent les neurones et favorisent la concentration.

La menthe pour stimuler

La menthe connue pour ses vertus curatives ancestrales avec son odeur forte et rafraîchissante a tendance à stimuler. En cas d’énergie défaillante quelques gouttes d’huile essentielle mentholées diffusées dans l’environnement s’avèrent très efficaces. Toutefois une consommation mesurée est recommandée pour cette plante dont l’arôme compte parmi les plus vendus dans le monde.

Le cèdre et les senteurs boisées pourraient compléter cette liste non exhaustive de parfums qui font du bien.

Au Japon, les pouvoirs des parfums s’exercent dans le monde du travail pour stimuler les employés ou « influencer leur humeur suivant les moments de la journée », explique le professeur de chaire supérieure Jean-Luc Koehl dans son livre Le marketing sensoriel. L’auteur rapporte que l’enseigne Shiseido a conduit une expérience ayant donné lieu aux résultats suivants : l’usage de senteurs boisées a augmenté la productivité des employés de 15 % tandis que des fleurs aux vertus relaxantes a réduit le taux d’erreur de 20 %.

Parfums et senteurs n’ont pas fini de livrer leurs secrets. Il appartient à chacun de découvrir quelle fragrance lui procurera la dose de bien-être requise.

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.