Press "Enter" to skip to content

Voyage. Les grottes sacrées d’Ajanta, abritant d’anciens artefacts bouddhistes

INSPIRATION > Voyage

Au plus profond d’une partie isolée de l’Inde, se trouve un ensemble de 30 grottes qui, pendant des siècles, ont fait partie intégrante de la tradition sacrée. Très éloignée de la grotte mortelle d’un film d’aventure, les grottes d’Ajanta offrent une fenêtre sur les anciennes traditions bouddhistes, sauvegardées dans un complexe architectural d’un savoir-faire exceptionnel.

Aujourd’hui classées au patrimoine mondial de l’UNESCO, les grottes invitent les gens de notre l’époque à s’aventurer dans une époque perdue depuis des siècles, offrant un regard sur le passé secret et sacré de ceux qui sont partis depuis longtemps.

Chambres sacrées de la religion et de l’art

Cachées au milieu d’une nature sauvage luxuriante, les 30 grottes d’Ajanta sont situées dans le nord-ouest de l’Inde, à proximité de la petite ville d’Ajanta, à environ 200 miles de Mumbai. Ils bordent le mur de la falaise de la petite rivière Waghur « en forme de fer à cheval ».

Les grottes sacrées d’Ajanta, abritant d’anciens artefacts bouddhistes
Entourées d’une vaste jungle, les grottes d’Ajanta sont cachées à la majeure partie du monde moderne. Les murs de la falaise parfaitement sculptés sont parsemés de salles intégrées qui servaient de lieux de prière et de logements. (Image : Ashok Prabhakaran / Flickr / CC BY-SA 2.0)

Ces grottes artificielles ont été creusées individuellement pour devenir des temples et des monastères bouddhistes. Ensemble, ils abritent une étonnante collection de reliques historiques qui ont survécu à plusieurs dynasties dans l’histoire de l’Inde.

Dans chaque grotte, il y a une combinaison d’architecture étonnante et d’œuvres d’art brillantes du passé antique. Les plafonds des grottes étaient soutenus par des piliers, des murs et des colonnes, tous sculptés avec des détails élaborés.

Les grottes sacrées d’Ajanta, abritant d’anciens artefacts bouddhistes
Les piliers et autres supports structuraux ont préservé les anciennes salles des grottes pendant d’innombrables générations.Les motifs sculptés montrent à quel point les sculpteurs étaient rigoureux et passionnés lors de la construction de leurs halls célestes. (Image : Jorge Lascar / Flickr / CC BY 2.0)

Dans ces salles de dévotion, des peintures et des sculptures de l’iconographie bouddhiste ont rempli les monastères, aboutissant à la plus grande collection d’œuvres d’art connue de l’histoire du pays.

Les sculptures ont été sculptées pour ressembler à des figures bouddhistes et à d’autres divinités - certaines ont été gravées dans des motifs muraux tandis que d’autres sont debout ou allongées, apparemment intactes, non touchées par des mains humaines pendant des siècles.

Les grottes sacrées d’Ajanta, abritant d’anciens artefacts bouddhistes
Une peinture trouvée dans la grotte 1 des grottes d’Ajanta, immortalisant Bouddha en tant que figure centrale de l’art du complexe. (Image : Arian Zwegers / Flickr / CC By 2.0)

Des peintures et des fresques murales riches en sens artistique, religieux et socioculturel tapissent les murs et les plafonds des grottes, ajoutant de la variété et de la couleur à un cadre autrement sombre. Avec à la fois un art et un savoir-faire incroyables qui immortalisent le Bouddha, les grottes d’Ajanta sont un spectacle merveilleux à voir.

Les grottes sacrées d’Ajanta, abritant d’anciens artefacts bouddhistes
La statue d’un Bouddha endormi repose contre un mur, mettant en valeur une incroyable beauté sacrée et intacte qui a survécu à l’épreuve du temps. (Image : NINXIVI / Flickr / CC By 2.0)

Parmi les 30 grottes, y compris les inachevées, cinq d’entre elles (grottes 9, 10, 19, 26 et 29) ont été utilisées comme chaitya grihas - sanctuaires ou salles de prière avec un stupa à une extrémité de la chambre, tandis que le reste est devenu viharas - des monastères qui servaient à la fois de salles de prière et de résidence.

Selon le site web de l’UNESCO, les chaitya grihas avaient « des plafonds voûtés et des extrémités absidales », avec une fenêtre en forme de fer à cheval appelée fenêtre chaitya. En plein milieu de l’abside, il y a l’objet de culte appelé chaitya ou stupa, qui a été taillé dans la roche.

Ces grottes sont reliées à la rivière en contrebas par des escaliers en pierre, permettant aux moines d’accéder à l’eau qui coule.

Les grottes seraient utilisées par les moines pour apprendre, méditer et résider alors qu’ils suivaient leur chemin vers l’illumination et le Nirvana. On dit que les moines vivaient dans les grottes pendant les saisons de mousson, pendant lesquelles les déplacements sous les pluies étaient interdits.

Le site web de l’Encyclopédie de l’histoire du monde a mis en ligne un bref article résumant toutes les grottes et ce que l’on pouvait trouver à l’intérieur de chacune.

Histoire des grottes d’Ajanta

Les grottes ont été creusées séparément au fil des ans, en deux phases différentes, couvrant les époques Satavahana et Gupta en Inde.

La première phase aurait eu lieu sous la dynastie Satavahana, du IIe au Ier siècle av. J.-C. Ici, six des grottes (grottes 9, 10, 12, 13 et 15) ont d’abord été creusées par des adeptes du bouddhisme Hinayana, où Bouddha était autrefois mentionné sous la forme d’un stupa dans un chaitya griha, comme on le voit dans les grottes 9 et 10.

La deuxième phase a eu lieu pendant la dynastie Vakataka, au cours du Ve siècle ap. J.-C., réalisée par des adeptes du bouddhisme Mahayana. Contrairement aux adeptes du bouddhisme Hinayana, les bouddhistes Mahayana vénèrent Bouddha sous la forme d’une idole.

Alors que les grottes antérieures ont été réutilisées, d’autres grottes ont été creusées avec de nouveaux exploits architecturaux et des peintures murales embellissant les murs.

Bien qu’incomplètes, les grottes inachevées (grottes 5, 24 et 29) peuvent donner une bonne idée du déroulement de la construction.

Au VIe siècle ap. J.-C., les grottes auraient été abandonnées avec la chute de la dynastie Vakataka.

En 1819, le capitaine John Smith, un officier de cavalerie britannique, menait une partie de chasse lorsqu’il tomba sur les temples perdus des grottes d’Ajanta. Au fur et à mesure que la nouvelle de la découverte se répandait, le site est devenu une attraction pour les voyageurs et les aventuriers du monde entier qui bravaient les jungles denses pour rechercher les grottes.

Les grottes sacrées d’Ajanta, abritant d’anciens artefacts bouddhistes
Les grottes étant désormais classées au patrimoine mondial de l’UNESCO, les gens peuvent désormais visiter et explorer les vastes chambres des grottes d’Ajanta, en admirant les magnifiques œuvres d’art et les salles sacrées. (Image : Kunal Mukherjee / Flickr / CC BY-SA 2.0)

Aujourd’hui, les touristes peuvent être conduits sur le site, où ils sont accueillis par les étals du marché avant d’entrer et de voir les monastères dans toute leur splendeur. En 1983, les grottes d’Ajanta sont devenues un site du patrimoine mondial de l’UNESCO, amenant encore plus de visiteurs.

Les grottes d’Ajanta sont parmi les rares vestiges connus de la civilisation ancienne, remplies d’artefacts culturels, religieux et artistiques qui aident à brosser un tableau d’une époque où les gens consacraient leur vie à rechercher le chemin de la droiture.

Alors que les touristes modernes font leurs pèlerinages et sont témoins des images durables de l’architecture et de l’art bouddhistes, peut-être découvriront-ils, eux aussi, un chemin vers l’illumination au sein de l’école de Bouddha.

Rédacteur Nello Tinnazo

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.