Press "Enter" to skip to content

Tradition. Accomplir une mission céleste : les trois augustes et cinq empereurs chinois ont construit un riche héritage

CHINE ANCIENNE > Tradition

Le mot chinois « 皇帝 » (pinyin : huángdì) est aujourd’hui utilisé pour désigner les rois et les monarques, mais son sens originel est très différent. Le premier caractère chinois « 皇 » (huáng) indique qu’une personne a la même aura que le soleil et la lune, tandis que le deuxième caractère « 帝 » () désigne une personne dotée d’une mission céleste.

La mission céleste des trois augustes et cinq empereurs

Dans les temps anciens, les trois augustes et cinq empereurs (5 000 av. J.-C.) ont apporté le feu aux peuples de Chine, créé l’écriture, réglé le calendrier et les saisons agricoles, formé le yin et le yang, traité par la médecine, construit des maisons et des chariots, créé des uniformes et de la musique, cultivé des champs et plantations de mûriers pour la sériciculture afin de fabriquer de la soie, et… Bien qu’ils ne soient pas tous de véritables empereurs, on leur accorde de grandes réalisations que même un empereur n’aurait pu égaler et atteindre, leurs mérites sont connus et importants pour la culture chinoise.

L’homme moderne peut reconnaître que, même si la formation académique est importante pour atteindre une certaine réussite, le don inné est indispensable pour accomplir un mérite extraordinaire. L’inspiration et l’innovation ne viennent pas à tout moment, il faut encore attendre les moments célestes opportuns et les conditions terrestres favorables pour y parvenir. Donc le mot "génie" n’est pas un mot vide de sens, et les gens ordinaires n’ont pas le pouvoir adéquat pour réaliser une mission confiée par le ciel.

En tant que fondateurs de l’ancienne civilisation chinoise, ces personnages dotés d’une vertu et d’un pouvoir exceptionnels, ont reçu le mandat venu d’en haut pour faire le bien à tous les êtres vivants, et ont accomplit leur mission historique qui brille depuis des milliers d’années. Ils ont donc été vénérés comme des divins par les générations qui ont suivi, c’est tout à fait à juste titre.

La vraie signification des caractères Huang et Di


Accomplir une mission céleste : les trois augustes et cinq empereurs chinois ont construit un riche héritage
Les écritures anciennes pour les caractères chinois « Auguste » (huang) et « Empereur » (di). (Image : Yi Ming / Vision Times)

Le caractère « Huang » s’écrit en chinois comme « 皇». Le style bronze est un style de calligraphie extrême-orientale de la dynastie des Shang (1 600 av. J.-C.). Dans ce style, ce caractère est composé de deux parties : la moitié supérieure est « 日 »(le soleil)surmonté par trois petits points qui symbolisent le rayon du soleil, et la moitié inférieure est « 王 » (le roi). L’aura de cette personne est comme la lumière du soleil qui est à la fois belle, étendue et éternelle. En même temps, il a le style d’un roi, qui se distingue par sa splendeur et son éclat.

Le caractère « Empereur » s’écrit en chinois comme « 帝 ». La moitié supérieure est un trait horizontal « 一 » qui signifie « un » . C’est le symbole du ciel et se réfère à la personne qui est connectée à la pensée du divin. Au sens plus large, ce trait symbolise Dieu, et se réfère à la personne qui a une connexion avec Dieu. Le sens dérivé est le Dieu, celui qui est associé au Divin. Dans le tout premier dictionnaire chinois Shuo Wen Jie Zi (說文解字), il y a également ce caractère « 諦 » (Di) qui est composé de « parole » à gauche et « empereur » à droite, ce qui signifie que le monde doit obéir à l’ordre donné par l’empereur.

Depuis que le parti communiste chinois a pris le pouvoir en Chine en 1949 par le biais d’une guerre civile, il a détruit la culture chinoise traditionnelle qui a été transmise à travers les âges, discréditant les trois augustes et les cinq empereurs, ainsi que les autres empereurs du passé. Maintenant que le marxisme-léninisme a fait son temps et que la fin du parti communiste chinois est imminente, de grandes figures comme les trois augustes et les cinq empereurs vont émerger à nouveau pour restaurer la culture chinoise vieille de 5 000 ans.

Rédacteur Tchen Sixuan

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.