Press "Enter" to skip to content

Histoire. Le sens profond de la culture traditionnelle chinoise divine

CHINE ANCIENNE > Histoire

La Chine, appelée Shenzhou dans l’Antiquité, est réputée être la patrie des dieux. Dans le culture traditionnelle chinoise, la création du monde par Pan Gu, la création de l’homme par Nüwa, la création des huit trigrammes par Fuxi, le texte des cent herbes par Shen Nong, et la création de l’écriture par Cang Jie : toutes ces légendes nous montrent un tableau clair de l’histoire humaine. C’est le Créateur qui a systématiquement créé le monde et l’homme, défini l’environnement de l’existence et de la vie humaine, transmis la culture à l’homme, enseigné à l’humanité les différentes cultures pour l’éduquer et réglementer son comportement moral. Ensuite, le Créateur a fait descendre les dieux et les bouddhas sur terre pour enseigner le dharma et les méthodes de cultivation et pratique à l’humanité afin qu’elle puisse revenir à son origine authentique et retourner à son royaume céleste.

La création de la civilisation chinoise par différentes divinités

Selon les anciennes archives, le Créateur a créé les trois mondes (Ciel-Terre-Homme) dans lesquels vit l’humanité. Il y a longtemps, à la demande du créateur, Pangu a créé notre petit univers, qui comprend de nombreuses galaxies telles que la Voie lactée.

Ensuite, certains dieux ont commencé à créer des hommes à leur propre image sur notre planète. Il est écrit que la déesse Nuwa a créé l’homme à son image avec de l’argile. Il est également relaté dans la Bible que Dieu a créé l’homme à son image à partir de l’argile. Les différentes cultures parlent de différents dieux créant différentes races, ainsi que de la création du ciel et de la terre afin de faire prospérer ce monde.

Lorsque la nature a été créée, elle était indomptée, avec beaucoup de vent et de tonnerre. Après de nombreuses générations d’efforts, les dieux ont peu à peu apprivoisé la nature pour l’homme en régulant les précipitations ou la neige… afin de lui créer un environnement dans lequel il pourrait survivre et vivre. Les quatre saisons - printemps, été, automne et hiver - ont été clairement définies, et l’homme a enfin pu y vivre et travailler dans la paix et le bonheur.

L’être humain nouvellement créé était comme un nouveau-né, qui ne savait rien et n’avait aucune connaissance de l’environnement naturel et aucune capacité à faire face à la nature ou à la société. Durant cette période, les dieux s’occupaient directement de l’homme, lui fournissant un environnement dans lequel il pouvait vivre, développant sa capacité à survivre et enrichissant progressivement sa pensée pour l’aider à obtenir son autonomie.

Youchao, l’inventeur des maisons et des bâtiments, enseignait aux humains à construire des maisons en bois pour se protéger du vent et de la pluie.

Suiren a inventé et transmis à l’homme les techniques pour faire le feu, mettant ainsi fin à l’histoire de l’humanité dépendant du ciel pour le feu. Dans la mythologie grecque ancienne, un récit similaire raconte que Prométhée a volé le feu du ciel pour le donner à l’humanité.

Fuxi, qui avait de grands pouvoirs divins, a contemplé le ciel et la terre et a dessiné les huit trigrammes, laissant à l’humanité un outil pour communiquer avec les dieux. En d’autres termes, dès le début, les huit trigrammes étaient dotés du merveilleux pouvoir de communiquer avec la nature et les cieux.

À l’époque de Fuxi, un déluge dévastateur s’est produit et, selon le Livre de Chu, le chaos régnait après le déluge. Fuxi, ainsi que d’autres dieux, ont donc créé le monde, corrigeant les quatre saisons du ciel et de la terre et le mouvement du soleil, de la lune et des étoiles pour harmoniser le yin et le yang.

À l’époque de Shennong, les êtres humains se multipliaient et la demande de nourriture augmentait. Shennong a commencé à enseigner aux humains à cultiver et à produire des graines et des céréales, à fabriquer des charrues et des pelles, et à inaugurer l’ère de l’agriculture. Il était vénéré comme le dieu des cinq céréales, mais aussi comme le roi de la médecine, car il utilisait son fouet ocre pour fouetter les herbes et les arbres, et goûtait toutes sortes d’herbes afin de connaître leurs vertus médicales. Shennong a également créé le marché pour faciliter l’échange de biens et de services, ouvrant la voie au commerce et aux échanges.

L’époque de l’Empereur Jaune a marqué le début d’une histoire glorieuse de 5 000 ans

Le sens profond de la culture traditionnelle chinoise divine
L’Empereur Jaune. (Image : wikimedia / Domaine publique)

L’Empereur Jaune a pacifié le monde, unifiant et intégrant toutes les tribus de Chine et devenant le maître commun du monde. C’était la première fois que les différentes tribus et clans de la nation chinoise étaient réunis dans une alliance unifiée, et cela a inauguré une ère de grand succès dans l’administration du pays et le déploiement de l’armée à l’étranger, incarnant le principe selon lequel « la force armée conquiert le monde et le vainqueur gouverne le pays ».

L’Empereur Jaune a créé la structure de la société humaine en mettant en place les fonctionnaires, publiant des codes et des règlements, fabriquant des vêtements, des bateaux et des chars, élaborant l’écriture, instaurant le calendrier traditionnel basé sur la tige céleste et la branche terrestre, créant les instruments de musique, établissant la médecine, élevant les vers à soie… créant ainsi une glorieuse civilisation humaine. L’Empereur Jaune pratiquait également le Tao et a fini par monter au ciel sur un dragon, établissant une culture de la cultivation et pratique pour devenir une divinité en obtenant la Voie ou le Tao. Il est vénéré comme l’ancêtre du peuple chinois jusqu’à nos jours.

La création de l’écriture et la fin du contact direct entre le divin et l’humain

« La création de l’écriture par Cangjie  » est un événement glorieux dans l’histoire humaine. Il est écrit que Cangjie était l’historien de l’Empereur Jaune et savait écrire dès sa naissance. Il a également été inspiré par le He Tu et Luo Shu, les changements du ciel et de la terre, a regardé en haut la puissance du Kui Xing Huan Qu, a regardé en bas les poissons et les oiseaux, les montagnes et les rivières, et a créé l’écriture. Le Huai’nanzi - Benjing rapporte que « Dans le passé, lorsque Cangjie créa l’écriture, le ciel pleuvait du mil et les fantômes pleuraient la nuit  ».

Le sens profond de la culture traditionnelle chinoise divine
Par Wen Zhengming, dynastie Yuan (1271-1368). (Image : Musée Nationale du Palais de Taïwan / @CC BY 4.0)

Les caractères chinois sont hiéroglyphiques, représentatifs. Les sons et les formes des caractères correspondent à des phénomènes célestes, et sont capables de communiquer des informations sur le ciel, la terre, les humains et les dieux.

Les écrits ossécailles découverts à ce jour contiennent quelque 5 000 caractères, ce qui en fait une écriture très mature. Le grand nombre de caractères gravés sur des carapaces de tortue, des os d’animaux, des récipients en bronze, des poteries et du jade étaient pour la plupart des enregistrements de rituels et de divination, car l’écriture à l’époque servait à enregistrer les phénomènes célestes, à offrir des sacrifices aux dieux et à honorer les dieux. En d’autres termes, avant la dynastie Zhou, l’écriture était utilisée pour enregistrer les événements « divins », et non les événements « humains ».

À l’époque du règne de Zhuanxu, petit fils de l’Empereur Jaune, la connexion directe entre le ciel et la terre a pris fin. Cet événement a coupé le contact direct entre les humains et les dieux, éloignant ainsi progressivement les humains des dieux.

Le Grand Déluge et la création du nouveau monde

Sous le règne de l’empereur Yao, une grande inondation a eu lieu, et seules quelques personnes ont survécu. Par la grâce du Créateur, trois seigneurs sacrés, Yao, Shun et Yu, ont préparé le terrain pour le divin. Ils ont été les pionniers d’une nouvelle civilisation et les créateurs d’un nouveau monde après le Grand Déluge.

L’unification de la Chine par l’Empereur Qin Shi Huang a perfectionné la grande scène divine qu’est la Chine. Les Livres ont été écrits dans la même langue et les véhicules utilisaient le même type de voie, créant une institution culturelle millénaire et établissant le modèle des systèmes politiques chinois pour les siècles à venir.

Le sens profond de la culture traditionnelle chinoise divine
L’empereur Qin Shi Huang a unifié la Chine ainsi que les différentes monnaies et mesures. (Image : Li Zhi / Vision Times)

Plus tard, l’empereur Wu de la dynastie Han a écarté les cent écoles de pensée et a préparé le terrain pour l’établissement d’une orthodoxie culturelle avec la connexion entre le divin et l’humain, combinant le confucianisme à l’extérieur et le taoïsme à l’intérieur. La dynastie Han a hérité du système Qin et a établi une structure politique stable pour les générations futures jusqu’à la dynastie Qing.

Le sens profond des cinq mille ans de culture chinoise divine

L’histoire de la Chine a été marquée par la montée et la chute des dynasties, comme un drame historique passionnant et un tableau historique magnifique, elle nous raconte d’innombrables histoires touchantes.

Yu a pacifié le neuf Etats, Cheng Tang a hérité des fondations de ses prédécesseurs, Qin a unifié les six royaumes et Han est monté sur le trône. Une dynastie s’est achevée et une nouvelle a commencé, construisant et interprétant la culture chinoise dont la moralité constitue le cœur.

Les 5 000 ans de culture sacrée sont un processus de martelage et d’accomplissement de l’humanité par Dieu, un grand projet pour créer la structure de la pensée humaine. Chaque dynastie apporte ses propres caractéristiques culturelles, sa propre mission à remplir et sa propre façon de faire les choses. Les 5 000 ans d’accumulation culturelle sont si vastes et profonds qu’ils brillent de mille feux.

La culture traditionnelle chinoise est le résultat de la création des différents peuples dans l’histoire de la patrie des divins, selon les dispositions prises par le Créateur.

Traduit par Yi Ming

Version en chinois : 千古英雄人物(一):洪水滔天伏羲創世