Press "Enter" to skip to content

Sagesse. Des actes altruistes remuent souvent le Ciel et la Terre

CHINE ANCIENNE > Sagesse

L’altruisme est l’une des vertus les plus rares, et les actes altruistes remuent souvent le Ciel et la Terre. Ils peuvent également conduire à des récompenses tangibles dans le monde humain. Dans le long fleuve de l’histoire, chaque famille a ses propres histoires de fraternité désintéressée : des frères qui se sont battus pour la justice, des frères prêts à donner leur vie pour défendre la droiture, des frères qui n’ont pas peur des épidémies. Ces récits authentiques de l’histoire suscitent une affection éternelle et apportent un doux réconfort aux gens, ainsi que toutes sortes de forces éclairantes pour la postérité.

Actes altruistes et pouvoir de la gentillesse

Sous la dynastie Ming, il y avait un érudit nommé Chen Shi’en, originaire de l’actuelle province du Henan. Sa famille comptait trois frères, et il était le deuxième de la lignée. Ce frère était un homme filial et honnête, mais son jeune frère était oisif et insouciant depuis son plus jeune âge. Chaque jour, il quittait la maison dès le lever du soleil et ne revenait pas avant la nuit tombée.

Le frère aîné le grondait et le corrigeait toujours sévèrement, mais le plus jeune faisait quand même ce qu’il voulait. Après un certain temps, Chen Shi’en dit à son frère : « Ton comportement nuit à l’amour fraternel que nous avons et n’est pas utile ».

À partir de ce moment-là, Chen Shi’en a attendu son jeune frère à la porte tous les soirs et lui a ouvert la porte à son retour. Il lui demandait comment il allait et lui offrait de la nourriture chaude en disant : « Tu as faim ? Laisse-moi te préparer quelque chose de chaud à manger ».

Chen Shi’en a attendu son jeune frère à la porte tous les soirs et lui a ouvert la porte à son retour. (Image : 育银 戚 / Pixabay)

Cela a duré pendant plusieurs jours, jusqu’à ce que son jeune frère soit finalement ému et s’excuse sincèrement, modifiant son comportement de sorte qu’il ne rentre plus tard.

Plusieurs années plus tard, Chen Shi’en a été admis au Collège impérial, et sa carrière au sein de l’administration a progressivement pris de l’essor. À cette époque, son frère aîné était déjà décédé, mais sa belle-sœur, Wu Shi, était toujours en vie.

Un jour, le jeune frère de Wu Shi, Wu San, est venu rendre visite à sa sœur. Wu San portait un vieux chapeau et des vêtements en lambeaux, et avait l’air pauvre. Lorsque Chen Shi’en l’a vu, il l’a invité à s’asseoir et à prendre un repas avec lui.

À ce moment-là, le jeune frère de Chen Shi’en est rentré par hasard et a vu cet hôte inattendu. Il a dit à son second frère : « Nous lui avons déjà donné assez à manger et à boire, pourquoi l’invites-tu à s’asseoir en tant qu’invité ? ».

Chen Shi’en répondit : « Notre belle-sœur n’a pas d’enfants et elle est veuve depuis son plus jeune âge. De son vivant, elle s’est très bien occupée de notre frère aîné. Je lui en suis très reconnaissant et je la respecte beaucoup. On dit que l’amour d’une maison s’étend à ses occupants, alors pourquoi ne pas inviter son frère à s’asseoir et à se joindre à nous ? ». Son jeune frère était très impressionné par ses paroles.

Chen Shi’en a eu deux fils, Wu Sheng et Wu Hsiang, qui sont tous deux devenus des érudits.

Des frères altruistes se portent volontaires pour un travail dangereux

Sun Ji est né pendant la période Da Ming de l’empereur Xiaowu de la dynastie des Song du Sud. À cette époque, les hommes étaient appelés à rejoindre l’armée et étaient ensuite envoyés à la frontière. Selon l’édit impérial, un homme de chaque famille devait partir. Le jeune frère de Sun Ji, Sun Sa, s’est porté volontaire.

Les soldats envoyés pour garder la frontière étaient confrontés à la mort. (Image : InstaWalli / pexels)

Quand elle l’a découvert, la femme de Sun Ji lui a dit : « Mon époux, tu es le chef de notre famille. Comment peux-tu laisser ton frère assumer cette tâche périlleuse ? Avant de mourir, ta mère t’a confié ton jeune frère. Il ne s’est pas encore marié et n’a pas encore fondé de famille. Tu as déjà deux fils, alors même si tu meurs sur le champ de bataille, tu n’auras pas à regretter de ne pas avoir de successeur ».

Après avoir entendu les paroles de sa femme, Sun Ji se rendit immédiatement au gouvernement du comté pour exprimer sa volonté de servir sur la frontière à la place de son jeune frère Sun Sa. Mais, Sun Sa, n’était pas d’accord et ne voulait pas que son frère aîné serve dans l’armée en son nom.

Les deux frères étaient en compétition pour ce travail dangereux, ce qui a rendu Zhang Dai, le gouverneur, suspicieux, il a donc isolé les deux frères et envoyé un serviteur pour enquêter en toute discrétion. Après une enquête approfondie, le serviteur a rapporté au gouverneur que les deux frères étaient heureux et prêts à mourir. Zhang Dai a été touché par l’altruisme des deux frères Sun et a rédigé un rapport à leur intention. En conséquence, les deux frères ont reçu un décret royal les exemptant de la conscription.

Rédacteur Yasmine Dif

Source : Selfless Acts of Brotherhood
www.nspirement.com

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.