Press "Enter" to skip to content

Histoire. La Princesse Wencheng, ambassadrice de la culture (2/2)

CHINE ANCIENNE > Histoire

De gauche à droite : Bhrikuti, Songsten Gampo et Wencheng. (Image : wikimedia / Ernst Stavro Blofeld / Domaine public)
 

La princesse Wencheng fut envoyée par l’empereur chinois Taizong à Tubo (le Tibet aujourd’hui), pour épouser le souverain Songtsan Gambo et assurer la paix entre les deux royaumes. L’empereur Taizong jugea nécessaire de renforcer ses liens avec Tubo. Il souhaita partager avec Tubo les traditions culturelles de son royaume. La princesse partit accompagnée de livres, instruments de musique, de céréales, d’agriculteurs, de scribes, de musiciens. La princesse Wencheng se transforma en véritable ambassadrice de la culture du peuple Han au royaume de Tubo.

A Tubo, il existait une coutume : s’enduire le visage d’une terre ocre chaque jour pour éloigner les mauvais esprits. La princesse étudia cette habitude avec attention, puis conclut qu’elle était insensée et peu hygiénique. Elle fit part de son opinion à Songtsan Gambo avec tact. Son mari l’écouta, puis la trouva de bon conseil. Il abolit immédiatement la coutume. Au début, la population en fut déconcertée. Puis, les gens se rendirent compte que c’était plus pratique, et que leur peau devenait plus belle. Tout le monde finit par l’accepter.

Une fois bien installés dans la région, les musiciens Han de la princesse commencèrent à jouer la musique la plus populaire du Tang Palace pour le couple royal. La musique, magnifique et apaisante, toucha Songtsan. Il choisit un groupe de jeunes musiciens très talentueux pour s’instruire auprès des musiciens Han. La musique du peuple Han se répandit peu à peu sur le territoire de Tubo.

 Les cadeaux culturels envoyés avec la princesse Wencheng enrichirent la vie du peuple de Tubo. (Image: Pixabay)
Les cadeaux culturels envoyés avec la princesse Wencheng enrichirent la vie du peuple de Tubo. (Image : Pixabay)
 

Les scribes Han aidèrent à l’inventaire des grands classiques de littérature de Tubo. Ils transcrivirent les discussions importantes qui avaient lieu aux conseils de ministre. La politique de Tubo quittait la sphère privée pour devenir publique et officielle. Songtsan Gambo, enchanté, demanda aux ministres et aux nobles de s’instruire auprès des scribes Tang et d’apprendre la culture Han. Plus tard, il envoya des aristocrates à Chang’an pour apprendre puis diffuser la culture Han à Tubo.

Les agriculteurs plantèrent les graines de céréales sur un sol fertile, les plateaux de Tubo. Ils irriguèrent, fertilisèrent, et purent désherber les terres avec soin. À la saison des récoltes, le rendement très élevé étonna les habitants. Ils ne parvenaient pas à un tel rendement car ils méconnaissaient les techniques agricoles appropriées. Sous les ordres de Songtsan Gambo et de la princesse Wencheng, les agriculteurs enseignèrent au peuple Tubo leurs techniques. Les récoltes devinrent abondantes. Par exemple, la technique de la sériciculture de mûriers leur fut transmise : Tubo put développer progressivement des soies artisanales destinées à embellir la vie du peuple Tubo.

La princesse Wencheng se renseignait habilement sur la popularité de son mari auprès de la population. Elle conseillait ainsi le roi et l’aider à gouverner le pays. Elle participait à la gestion du pays dans l’ombre. Lorsque d’importantes décisions politiques étaient prises, elle exprimait son opinion, mais n’essayait jamais d’intervenir. Songtsan Gambo et ses ministres l’interrogeaient souvent sur le système politique du Palais Tang afin d’imiter leur administration. La population commencèrent à la considérer comme une déesse.

À la 23e année de la période Zhenguan, l’empereur Tang, Taizong, mourut, et la position de prince fut assumée par Tang Gaozong. Il nomma Songtsan Gambo commandant et lui donna un titre supplémentaire. Tang Gaozong demanda à son messager d’envoyer une grande quantité d’or et d’argent, des céramiques, des livres de poésie et des céréales, ainsi que des ornements et des cosmétiques destinés à la princesse Wencheng. Il souhaitait ainsi récompenser le travail des époux de Tubo qui avait permis aux royaumes de vivre en harmonie.

Quand Taizong mourut, le nouvel empereur envoya des précieux livres de poésie et d'autres cadeaux à la princesse Wencheng en guise de récompense pour la consolidation de la relation entre le royaume Tang et Tubo. (Image: Wikimedia)
Quand Taizong mourut, le nouvel empereur envoya des précieux livres de poésie et d’autres cadeaux à la princesse Wencheng en guise de récompense pour la consolidation de la relation entre le royaume Tang et Tubo. (Image : Wikimedia)
 

Pour remercier l’empereur, Songtsan offrit de nombreux joyaux à Taizong afin qu’ils soient placés devant le mémorial de Taizong. Cette marque de respect et de chagrin émut Tang Gaozong. Il promut Songstan au rang de roi Bing et lui envoya plus de 3000 pièces de soie de toutes les couleurs. Le messager venant de Tubo se rendit à Chang’an et demanda à Goazong s’il pouvait emporter avec lui les techniques de vinification, de broyage de riz, de fabrication de papier et d’encre. Tang Gaozong accepta volontiers de lui transmettre. La princesse Wencheng avait créé des liens solides entre le royaume Tang et Tubo.

Grâce aux efforts de Songtsan Gambo et de sa femme, Tubo se développa rapidement sur les plans militaire, politique, économique, culturel, etc., et domina ainsi la région occidentale. Tubo devint une puissante barrière protégeant la dynastie Tang.

Au cours de la première année de l’empereur Gaozong de Yongzong, la princesse Wencheng mourut à Luoxie. Le peuple Tubo construisit un temple en son honneur. Les artisans qui l’avaient accompagnée dans son voyage avaient toujours été traités avec courtoisie. Après leur mort, ils furent enterrés de chaque côté de la tombe de la princesse Wencheng. Aujourd’hui encore, la princesse Wencheng et son escorte sont toujours vénérées comme des dieux par les Tibétains.

Traduit par Lia Suzuran

Version en chinois : 中國最早的女外交官——文成公主