Press "Enter" to skip to content

Histoire. Le fondateur du confucianisme : le duc de Zhou

CHINE ANCIENNE > Histoire

Le premier duc de Zhou de l’histoire, Ji Dan (姬旦) (vers 1100 av. J.-C.), également connu sous le nom de Shu Dan (叔旦) était le quatrième fils du roi Wen de Zhou Ji Chang. Politicien, militaire, penseur et éducateur sous la dynastie des Zhou occidentaux (1046 – 771 av. J.-C.), il était vénéré comme un « sage primordial » et un pionnier du confucianisme.

Le fondateur du confucianisme : le duc de Zhou
Le confucianisme, Rúxué (儒学) « enseignement des lettrés », est l’une des plus grandes écoles philosophiques, morales, politiques et dans une moindre mesure, religieuses de Chine. (Image : Vision Times France)

Respecter la vertu et protéger le peuple

Le duc de Zhou était un homme de bienveillance et de piété filiale depuis son enfance, il était ingénieux et avait de multiples talents. Il servit de nombreux rois dans sa vie. Lorsque le roi Wen Ji Chang (1112 – 1056 av. J.-C.) était au pouvoir, il se distingua de ses fils par sa piété filiale et sa bienveillance. Lorsque le roi Wu Ji Fa (1076 – 1073 av. J. -C.) était sur le trône, il l’assista avec loyauté. Un jour que le roi Wu était malade, ses ministres, inquiets, ont demandé de l’aide en vénérant les rois précédents disparus. Le duc de Zhou se proposa alors comme offrande, dressa trois autels, et se tint au nord, portant un bi (disque généralement en jade et percé d’un trou, les chinois l’utilisaient autrefois pour les sacrifices et les vénérations). Il tenait un gui (morceau de jade dont le haut est triangulaire et le bas rectangulaire, emblème de celui qui occupe le plus haut poste du rite sacrificiel ou de la vénération) et dit au roi de Tai, au roi de Ji et au roi de Wen, voulant remplacer le roi Wu par lui-même : « Dan est agile, ingénieux et polyvalent, capable de rendre service aux fantômes et aux dieux. »

Lors du décès du roi Wu, alors que son fils Ji Song (姬誦) (1042 - 1021 av. J.-C.) n’était qu’un bébé, le duc de Zhou a résolument assumé la charge de « réglementer l’administration de l’empire » et a enseigné et éclairé le roi Cheng. Les deux autres frères du roi Wu, Guan Shu et Cai Shu n’étaient pas convaincus dans leur cœur. Ils répandaient des rumeurs selon lesquelles le duc de Zhou était ambitieux et pourrait comploter contre le roi Cheng et usurper le trône. Lorsque le duc de Zhou entendit cela, il dit : « J’ai assumé le rôle important de régent sans tenir compte de mes pertes et gains personnels, car je crains que le monde devienne instable. Si l’empire devenait instable et que le peuple devait souffrir, comment pourrais-je être digne de mes ancêtres et de la confiance que le roi Wu a placée en moi ? » Le duc de Zhou a passé toute sa vie à aider l’empire et à le sécuriser. Confucius a recherché et poursuivi précisément une vie comme celle du duc de Zhou.

Le fondateur du confucianisme : le duc de Zhou
Le duc de Zhou est vénéré comme un « sage primordial » et un pionnier du confucianisme. (Image : Li Zhi / Vision Times France)

Le duc de Zhou a été un pionnier du confucianisme

La pensée politique du duc de Zhou : « respecter la vertu et protéger le peuple » est la source directe de la pensée politique confucéenne. Un concept important du confucianisme, les « rites (礼) », trouve également son origine chez le duc de Zhou. Depuis la dynastie des Hans orientaux, les gens font souvent référence au duc de Zhou et à Confucius ensemble. Dans la dynastie Tang (618 – 907), Han Yu (韓愈), un poète, philosophe et homme politique, a cité le duc de Zhou comme l’une des figures clés de la doctrine confucéenne.

Le duc de Zhou dit également à son fils Bo Qin (伯禽), qui devait hériter de son titre et vivre dans le fief de Lu : « Je suis le fils du roi Wen, le frère du roi Wu et l’oncle du roi Cheng, je suis donc très haut placé dans l’empire. Mais je veille toujours à être diligent et frugal, et à être humble et sincère envers les hommes, de peur de perdre les sages du monde. Quand vous allez au royaume Lu, ne soyez pas arrogant et négligent. »

Le duc de Zhou était non seulement un politicien et un stratège hors pair, mais aussi un poète et un érudit. On dit qu’il a créé des rites et de la musique et établi un système canonique. Il est vénéré comme le fondateur du confucianisme et le sage antique le plus aimé de Confucius, ses paroles se retrouvent dans les différents chapitres du Classique des documents(尚书). Dans les Entretiens de Confucius (论语), Confucius a dit : « Je suis sur le déclin ! Pendant longtemps, je n’ai pas rêvé de revoir le Duc de Zhou. »

Rédacteur Jessica Wang

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.