La Suède ferme le dernier Institut Confucius

Par Vision Times
Le 24/04/2020
Affiche du film «Au nom de Confucius». (Image : Capture d'écran / VisionTimes)
Affiche du film Au nom de Confucius. (Image : Capture d’écran / VisionTimes)
 

La Suède a fermé le dernier Institut Confucius, devenant ainsi le premier pays européen à fermer complètement les Instituts Confucius.

La National Review a déclaré jeudi 23 avril que lorsque le dernier Institut Confucius de Suède a été fermé, les relations entre la Suède et la Chine se sont encore détériorées après l’apparition du nouveau coronavirus également connu sous le nom de virus du PCC, COVID-19.

Taiwan News a rapporté le même jour que la Suède avait fait fermer quatre Instituts Confucius en Suède en décembre dernier, et n’avait conservé qu’une salle de classe de l’Institut Confucius dans la ville méridionale de Falkenberg. Cette salle de classe a également été fermée la semaine dernière. Bjorn Jerden, directeur du programme Asie à l’Institut suédois des affaires internationales, y voit la preuve d’un changement d’attitude de la Suède à l’égard de la Chine.

«Un institut … financé par un autre État, est un acte très contestable»

Le pays a indiqué que la Chine avait ouvert son premier Institut Confucius à l’Université de Stockholm en Suède en 2005. Cet institut est également le premier Institut Confucius créé en Europe. Il a été fermé en 2015.

Astrid Soderbergh Widding, directrice adjoint de l’Université de Stockholm, a expliqué les raisons de la fermeture de l’Institut Confucius, déclarant que «en général, la création d’un institut dans le cadre d’une université, financé par un autre État, est un acte très contestable».

La National Reviewa a également noté que les relations entre la Suède et la Chine avaient commencé à se détériorer avant l’émergence du nouveau coronavirus. Ainsi, en novembre 2019, la Chine a arrêté le responsable d’une maison d’édition Gui Minhai, un ressortissant suédois basé à Hong Kong. En février 2020, il a été condamné à dix ans de prison pour «avoir fourni illégalement des informations à l’étranger».

En novembre 2019, L’association d’écrivains PEN International Suède a décerné le prix Tucholsky 2019 à Gui Minhai, pour avoir encouragé les auteurs et éditeurs persécutés, et la Chine a ensuite imposé des sanctions commerciales à la Suède.

Certains experts ont fait remarquer que les actions de Pékin avaient sérieusement ébranlé les relations entre les deux pays et sapé la confiance de la Suède envers la Chine.


Traduit par Charlotte Clémence

Source : https://www.secretchina.com/news/gb/2020/04/24/930859.html